AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
RAGUS III | Une touche de sucré.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mar 19 Juil - 20:12

« - C’est bien les serpents. – Tu crois que le Centre accepterait qu’on ait un serpent comme animal de compagnie ? ne put-elle s’empêcher de lui demander. » Avant de s’acheter un serpent de toute manière, elle souhaitait avoir un chien. Elle aimait bien les chiens. Et c’était moins bizarre qu’un serpent, aussi. Angus lui expliqua qu’il n’aurait le temps que de faire un tour de Californie. Il y avait trop de choses à voir dans un seul état pour pouvoir en faire le tour rapidement d’un autre côté. C’était plus grand que la Nouvelle-Zélande. Tout sauf douée en matière de géographie, la jeune femme aurait été bien incapable de lui dire quoi que ce soit. Alors elle se contenta d’hocher la tête, faire comme si elle était d’accord alors qu’en vrai… Bah, s’il le disait, c’est que ça devait être juste non ? « Et puis j’ai envie de prendre mon temps et d’en profiter. J’ai envie de prendre un peu de temps à Los Angeles, puis de visiter San Francisco, aller un peu dans le Nevada pour voir le Grand Canyon et Vegas. » Rave eut un peu le vertige en entendant tous ces projets. « Wahou, tu auras pleins de choses à me raconter. » Elle aurait aimé voir le Grand Canyon. Peut-être un jour. « T’es sûre que tu veux que je lui fasse un numéro de charme ? – Non. » Il rigolait, mais elle était très sérieuse. C’était un sentiment étrange, mais elle avait voulu être honnête. Elle n’était pas certaine de vouloir qu’il fasse un numéro de charme à qui que ce soit, d’ailleurs. Parce qu’il pouvait certainement avoir toutes les filles qu’il voudrait. Et ça non plus, elle n’en avait pas envie. C’était trop confus pour qu’elle puisse vraiment savoir quoi en retirer mais elle sentit sa chaleur corporelle augmenter.

« Le truc c’est qu’elle est plus âgée, du coup elle est en formation pour devenir agent spécial au Centre, et je suis pas sûre qu’elle puisse prendre autant de vacances que moi pour partir en voyage. » Agent spécial, rien que ça ? C’était des surdoués dans la famille ou ça se passait comment ? « Et puis je sais pas si j’ai vraiment envie de partir avec elle. C’est ma sœur mais en même temps il y a des circonstances qui font qu’on est pas si proches que ça. Malheureusement. – Pourquoi ? Tu pourrais changer les choses, tu sais. Si tu en as envie, bien sûr. Enfin si je suis trop indiscrète, laisse-tomber, ce n’est pas grave. » Elle ne voulait pas lui faire dire des choses personnelles. S’il n’avait pas envie d’en parler, jamais elle ne lui forcerait la main. « C’est cool que t’ailles voir ta famille ! » Elle haussa les épaules, pas très motivée. Ses grands-parents maternels n’aimaient pas les mutants et étaient au courant pour sa situation. Et sa mère… Il ne valait mieux pas en parler. « Tu vas pas t’ennuyer si tu restes toute seule au Centre. – Non, je trouverai bien de quoi m’occuper. » Déjà il fallait qu’elle s’entraîne à utiliser un téléphone portable, et un ordinateur. Ce qui lui prendrait certainement un bon bout de temps. Et puis, en tant que solitaire dans l’âme… Elle ne craignait ni la solitude, ni l’ennui. Enfin, pas trop.

Angus lui dit qu’il préfèrerait la Californie car c’est un peu plus vert que New York. Elle hocha simplement la tête, ne sachant pas trop quoi ajouter d’autre. Comme dit précédemment, la géographie était tout sauf son fort, alors elle allait se contenter de le croire sur parole. Il choisit finalement un steak sans viande, ainsi qu’un soda et alors que le serveur s’approchait d’eux, Raven n’était pas certaine d’avoir encore choisi. Tant pis, elle prendrait au feeling. Elle choisit un bagel au bacon – elle devait faire honneur à la grosse carnivore qu’elle était. « Tu es végétarien ? lui demanda-t-elle tout de même, un peu étonnée de son choix. » Elle se frotta les mains, pressée de pouvoir goûter au bagel. Elle n’avait pas vraiment mangé de gâteau, elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Mar 19 Juil - 21:54

— Tu crois que le Centre accepterait qu’on ait un serpent comme animal de compagnie ?
— Si ce n’est pas une espèce venimeuse je ne vois pas trop pourquoi.


Ils enchainent rapidement sur un autre sujet, tandis que la jeune femme acquiesce au fur et à mesure de ce qu’il dit. Angus n’est pas particulièrement intelligent, mais il est loin d’être idiot non plus. C’est juste qu’il est un peu dégourdi, et qu’il a un bon sens de l’orientation et qu’il connait un peu sa géographie, mais c’est clairement pas le genre à passer des journées entières le nez dans un livre. Dans tous les cas, il est loin de prétendre qu’il a la science infuse.

— Wahou, tu auras pleins de choses à me raconter.
— C’est sûr ! Je te ramènerais un truc, si tu veux.


Angus a l’air vraiment enthousiaste à l’idée de pouvoir ramener quelque chose à Raven, mais il ne sait pas trop quoi.

— Non.

Le néo-zélandais est étonné de la voir aussi sérieuse, tout à coup. Il ne trouve rien à répondre – pour une fois. Ceci dit, il ne peut réprimer un sourire. Un qu’il ne peut s’empêcher de cacher derrière ses mains qu’il joint devant ses lèvres étirées. Il pose son nez dessus. Finalement, il n’a pas le cœur à la charier sur le sujet : elle pourrait vite prendre la mouche, et Angus n’a pas envie de regretter. Même si un autre question lui brûle la langue.

— Pourquoi ? Tu pourrais changer les choses, tu sais. Si tu en as envie, bien sûr. Enfin si je suis trop indiscrète, laisse tomber, ce n’est pas grave.
— C’est compliqué. J’ai quand même vécu trois ans sans elle et presque sans nouvelles. Pour faire simple, elle était pas là quand j’en avais besoin.


Il ne rentre pas dans les détails, parce que déjà, ce n’est pas le lieu où il a envie d’en parler : c’est un lieu public, avec des gens qui ont potentiellement envie d’écouter les discussions des autres. Ca encore, il s’en fiche, mais ce sujet-là en particulier, il n’a pas envie d’en parler ici. Comme il n’aborde pas le sujet des cauchemars de Raven ici : il sait combien c’est délicat et ne veut pas en parler de manière impudique si c’est contraire à ce qu’elle veut. Il finit par dire un peu plus bas :

— Si tu veux je t’en parlerais plus en détails, mais pas ici. Fais-moi y juste penser, je risque d’oublier.

Il n’est pas fermé sur ce sujet, donc. Ceci dit, ce n’est pas le genre à proposer ce genre d’opportunités à n’importe qui. Raven est donc spéciale aux yeux du jeune homme de ce point de vue-là.

— Non, je trouverai bien de quoi m’occuper.
— Sinon viens avec moi.


Il le dit le plus sérieusement du monde. Angus aurait vraiment envie qu’elle vienne avec lui, presque que plus qu’avec sa sœur. Au fond de lui, il a peur qu’elle finisse par l’oublier, comme sa sœur, et qu’ils ne parlent plus. Mais il ne l’admettra pas. Le Néo-Zélandais déteste la solitude. D’ailleurs, le serveur s’éloigne déjà alors que Raven demande :

— Tu es végétarien ?
— Non, c’est juste que je suis pas un énorme consommateur. Et puis c’est pas trop mon délire, le véganisme, tout ça. Je comprends le combat, et c’est admirable, mais pas les leçons culpabilisatrices que font certains d’entre eux.


Il réfléchit un petit moment puis dit :

— Du coup… Tu aimes beaucoup lire, non ? Tu lis quoi ?


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mar 19 Juil - 22:40

Lorsqu’Angus posa son poing tout contre ses lèvres, appuyant sur nez dessus, le cœur de Raven manqua un battement. Elle se contenta de le fixer un moment, ne sachant pas si des secondes ou des minutes s’étaient vraiment écoulées. Son attention retourna au menu rapidement, histoire de cacher son malaise. Elle préféra se concentrer sur ce qu’il racontait aussi. Il lui arrivait souvent de faire répéter plusieurs fois les gens. Autant ce n’était pas dérangeant quand il s’agissait d’une date de naissance, mais quand on parlait de la relation avec des membres de la famille… Il valait mieux être à l’écoute. « C’est compliqué. J’ai quand même vécu trois ans sans elle et presque sans nouvelles. Pour faire simple, elle n’était pas là quand j’en avais besoin. – Oh. Je suis désolée. » La mutante voulut attraper sa main pour le rassurer mais elle ne fit rien, à nouveau. « Si tu veux je t’en parlerai plus en détails, mais pas ici. Fais-moi y juste penser, je risque d’oublier. » Elle hocha lentement la tête, un peu étonnée et rassurée qu’il ressente la même chose qu’elle. Il lui arrivait souvent de ne pas vouloir entamer une discussion délicate en lieu public. Voire même, parler trop fort dans les transports en commun lui semblait une aberration. Elle n’était pas certaine d’y penser à nouveau, mais elle nota l’information tout de même. Elle était curieuse après tout ; et en savoir plus sur Angus était une occupation qui lui plaisait.

« Sinon viens avec moi. » La demande était si étrange qu’elle n’était pas certaine d’avoir bien compris pour la première fois. Elle tiqua un instant, ne sachant pas comment réagir. Elle ne devait pas bafouiller. Pas rougir. « Euh… » Raté. Dommage. Essaye encore. « Je… » Toujours pas. « Oui. Oui. D’accord ? Ou alors tu te moques de moi ? » Elle eut ce petit sourire un peu mal à l’aise, lèvres plissées et joues tendues, ne sachant pas trop comment réagir. Partir des jours entiers avec Angus en voyage ? « Mais… Je ne suis pas douée en organisation. » Elle ne le connaissait même pas. Mais elle était bien avec lui. Ce serait son premier voyage. Son premier voyage ! Mais avec Angus. Un garçon. Et alors ? Qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? Rave essaya de faire taire la bataille intérieure qui se jouait en elle. Elle aurait tout le temps de stresser un autre jour, n’est-ce pas ? Elle appliqua une touche d’illusion sur ses joues, de peur que son teint pivoine ne soit trop appuyé.

« Non, c’est juste que je ne suis pas un énorme consommateur. Et puis ce n’est pas trop mon délire, le véganisme, tout ça. Je comprends le combat, c’est admirable, mais pas les leçons culpabilisatrices que font certains d’entre eux. – Après le véganisme et le végétarisme sont deux courants de pensée bien différents. Je les comprends aussi… Mais j’aime trop la viande pour ça. Enfin, j’en mange pas énormément non plus, mais un bon steak de temps en temps… Ou juste un peu de bacon. » Elle sourit un peu du genre, oups j’ai fait une bêtise. Elle savait que les conditions d’élevage étaient monstrueuses… Pourtant elle se demandait si arrêter d’en consommer changerait vraiment la façon dont étaient traités les animaux ? Leurs plats finirent par arriver et Raven loucha sur la montagne de frites qu’ils avaient à se partager. « Du coup… Tu aimes beaucoup lire, non ? Tu lis quoi ? – Non, tu n’as vraiment pas envie que je te parle de livres ! éclata-t-elle de rire. Enfin après je commence juste un monologue pendant vingt minutes, mais au moins ça te laissera le temps de manger, hein ? » Elle attrapa une frite et l’enfourna. Non, effectivement, Angus n’avait vraiment pas envie qu’elle se lance dans ce sujet de conversation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Mer 20 Juil - 1:12

— Oh. Je suis désolée.
— Non. T’y es pour rien.


Il hausse les épaules, les sourcils un peu froncés. Il lui dit qu’il lui en parlerait plus tard et elle acquiesce. Il est un peu soulagé qu’elle le prenne comme ça, même si dans tous les cas, c’était à prendre ou à laisser. La discussion se poursuit sur un tout autre sujet qui finit par laisser Raven muette.

— Euh... Je… Oui. Oui. D’accord ? Ou alors tu te moques de moi ?
— Je suis sérieux. J’ai envie de partir en voyage avec toi. Mais toi tu es sûre ?


Si seulement il n’y avait que ça ; avoir envie de partir en voyage avec elle. Mais non, il y a d’autres choses, des choses qu’il ne peut pas admettre comme ça. Une liste peut-être pas assez longue à exécuter en une seule vie. Il finit par planter son doigt dans sa joue et la regarde d’un air faussement sévère, d’un air de dire « c’est quoi cette tête ? ».

— Mais… Je ne suis pas douée en organisation.
— C’est pas grave. Tu me dis juste ce que tu as envie de faire. On est pas obligé de planifier le voyage à la seconde près. C’est pas marrant sinon.


A nouveau, il hausse les épaules. Angus : roi de l’improvisation. A comprendre que Raven a intérêt à s’accrocher car il va l’amener partout avec n’importe qui jusque dans son propre pays si on l’écoute parler. A ce stade-là, il s’en fiche, il veut juste passer du temps avec elle et la connaître. Il se demande une seconde s’il n’a pas des penchants psychopathes. Le jeune homme secoue la tête.

— Après, le véganisme et le végétarisme sont deux courants de pensée bien différents. Je les comprends aussi… Mais j’aime trop la viande pour ça. Enfin, j’en mange pas énormément non plus, mais un bon steak de temps en temps… Ou juste un peu de bacon.
— Je sais. Ca n’empêche pas les végétariens d’être un peu extrémistes aussi.


Le néo-zélandais sourit au ton de son amie. Il n’est définitivement pas pour les raisonnements extrémistes. De toute façon, ça n’apporte jamais rien de bon : trop gentil, trop agressif, ça cause toujours des problèmes.

— Non, tu n’as vraiment pas envie que je te parle de livres ! elle éclate de rire. Enfin après je commence juste un monologue pendant vingt minutes, mais au moins ça te laissera le temps de manger, hein ?

Le serveur vient apporter leur plat bouillant. Angus est trop occupé pour observer Raven loucher sur les frites : il fait exactement la même chose, avec un petit déglutissement glouton. Il attrape le poignet de Raven avant qu’elle réussisse à enfourner la frite et l’approche de lui. Angus mange la frite qu’elle tient – en évitant de lui croquer les doigts. Après quoi, Angus la gratifie d’un petit sourire narquois, de ses yeux verts rieurs.

— Dis-moi au moins quels genres de livres tu aimes.

Ses doigts glissent sur l’avant-bras de la jeune femme avant de rejoindre la table puis sa propre assiette où il trempe une frite dans de la sauce barbecue.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mer 20 Juil - 20:10

« Non. T’y es pour rien. » Bien sûr, mais elle se sentait quand même désolée pour lui. Au moins, elle n’avait pas eu de frère ou de sœur qui aurait pu la décevoir de cette manière. Pourtant, si Aélan ressemblait à son frère, elle ne doutait pas qu’ils trouveraient un moyen de se réconcilier. Un jour. Peut-être. Certaines blessures prenaient du temps pour guérir. Elle ne savait pas encore si Angus avait la rancune tenace, et elle ne préférait pas le lui demander ici, puisqu’il préférait lui en parler ailleurs.

« Je suis sérieux. J’ai envie de partir en voyage avec toi. Mais toi, tu es sûre ? – Oui oui, acquiesça-t-elle rapidement. Tu m’as prise au dépourvue, c'est tout… » C’est juste qu’on ne m’a jamais vraiment invitée à partir en voyage, eut-elle envie d’ajouter mais elle préféra se contenter d’un silence. Elle baissa un peu le regard, incapable de le regarder à nouveau dans les yeux. Ca va être long le voyage ma cocotte si tu peux plus le regarder en face. Ca lui arrivait parfois, de ne plus pouvoir confronter le regard des gens. Pendant quelques minutes ça la rendait complètement mal à l’aise, mais après quelques instants elle oubliait cette gêne. La bonne nouvelle, c’était qu’Angus se concentrait souvent sur ses lèvres et qu’elle ne le regardait pas souvent dans les yeux. Rave aurait aimé lui poser plus de questions quant au voyage mais… Elle n’était toujours pas certaine qu’il était sérieux. Le lendemain, ou dans quelques jours, elle était persuadée qu’il viendrait la voir, pour s’excuser maladroitement. Lui dire qu’il avait trouvé quelqu’un d’autre, une autre idée de voyage, ou quelque chose de ce genre. Elle ne serait pas déçue – un peu triste, peut-être. Mais ce ne serait pas une nouveauté. « C’est pas grave. Tu me dis juste ce que tu as envie de faire. On est pas obligés de planifier le voyage à la seconde près. C’est pas marrant sinon. » Est-ce qu’elle avait l’air de savoir ce qui était marrant ou non pour un voyage ? « Oui, j’imagine. Je te suivrai de toute manière, dit-elle simplement avec un sourire. » Enfin, la connaissant, elle courrait ouvrir un bouquin en rentrant au Centre pour en savoir un peu plus sur la Californie (et paraître un peu moins stupide).

« Je sais. Ca n’empêche pas les végétariens d’être un peu extrémistes aussi. » Rave ne put s’empêcher de rire à cette appellation. Certes. La discussion s’arrêta un instant lorsque le serveur apporta les frites. Alors qu’elle voulait manger la première, la main d’Angus attrapa son poignet au vol, l’approcha de sa bouche et goba sa frite. « Hé ! Voleur ! » Elle lui sourit mais apprécia le contact des doigts chauds d’Angus sur son poignet. Elle ne put s’empêcher de fondre un instant devant ses yeux verts, qui avaient bien vite oubliés la tristesse émanant de la situation avec sa sœur, pour se teinter d’amusement. « Dis-moi au moins quels genres de livres tu aimes. » Elle mit quelques instants à retrouver son calme alors que les doigts d’Angus glissaient lentement sur son avant-bras. Infime instant de caresse, il s’éloigna d’elle pourtant, afin de piocher dans la nourriture. « Je suis plutôt du genre science-fiction, fantasy, fantastique, young adult.. J’ai lu tous les classiques bien sûr, Orwell, Huxley, Keats… Oui, même de la poésie. Même si ce n‘est pas forcément ma tasse de thé. J'en lis juste un peu de temps en temps... Et toi, est-ce que tu lis ? J’ai tendance à trop parler quand on me lance sur le sujet des livres alors n’hésite pas à me couper. Mais ne me vole pas mes frites, merci. Tu es un valet, l’aurais-tu oublié ? » Elle le regarda avec un petit sourire goguenard, chipant une frite qu’il voulait prendre. Elle n’était pas certaine que cette histoire de plat partagé allait bien se terminer. « Je te surveille, hein, dit-elle alors qu’elle tentait de manger le plus proprement possible son bagel. » Heureusement pour elle, il était plutôt bien serré et donc rien ne tombait de part et d’autres. « C’est super bon, asséna-t-elle après la première bouchée. Ou alors c'est juste parce que j'ai super faim. Et comment est le tiens ? » Elle loucha dessus mais n'osa pas lui demander si elle pouvait goûter, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Jeu 21 Juil - 18:19

Il oublie de préciser qu’il partira une petite semaine en Nouvelle-Zélande pour aller voir ses parents. Maintenant que son père se retrouve tout seul, il ne veut pas lui donner l’impression qu’il l’abandonne. Angus en a parlé à sa sœur, mais il ne sait pas trop si elle va venir. Peut-être qu’elle ira à un autre moment. Au moins, il lui a proposé.

— Oui, oui, acquiesce-t-elle. Tu m’as prise au dépourvue, c’est tout…

Il la voit baisser les yeux, mais ne dit rien, même si ça l’intrigue un peu. De toute façon, personne n’a le regard fixe pendant une conversation – à part lui, mais c’est différent. Il allait prévoir des dates, un itinéraire où s’arrêter pour visiter un peu. Peut-être que ça plairait à Raven de s’arrêter dans quelques autres grandes villes des Etats-Unis et de visiter un peu. L’improvisation c’est bien, mais connaître la route et les éventuels trucs à voir, c’est mieux.

— Oui, j’imagine. Je te suivrai de toute manière.

Il lui tire un peu les joues, doucement. Enfin, il essaye.

— Me suivre c’est pas le but. On le fait ensemble ce voyage.

Angus lui sourit tendrement. Il n’a pas envie de faire quelque chose avec Raven s’il n’y a que lui qui en profite. Et ça serait dommage pour elle. Alors qu’il mange sa frite, elle proteste :

— Hé ! Voleur !

Elle lui sourit, ce qui agrandit celui du jeune homme un peu plus.

— Je suis plutôt du genre science-fiction, fantasy, fantastique, young adult… J’ai lu tous les classiques bien sûr, Orwell, Huxley, Keats… Oui, même de la poésie. Même si ce n’est pas forcément ma tasse de thé. J’en lis juste un peu de temps en temps… Et toi, est-ce que tu lis ? J’ai tendance à trop parler quand on me lance sur le sujet des livres alors n’hésite pas à me couper.
— Un peu, mais pas autant que toi. Et je suis loin d’avoir lu tous les classiques. Je lis beaucoup plus de bandes dessinées. Mais si c’est des vrais livres, je préfère les dystopies et les sciences fictions, enfin, pas des trucs chiants.
— Mais ne me vole pas mes frites, merci. Tu es un valet, l’aurais-tu oublié.
— Un valet charmant !


Il prend une nouvelle frite, pas décidé à se laisser marcher sur les pieds. Il la trempe de nouveau puis s’empresse de la mettre dans sa bouche avant que Raven la lui prenne.

— Je te surveille, hein, dit-elle.
— Fais gaffe, je pourrais essayer de te tuer en mettant des frites dans chaque narines.

Le jeune homme prend un air innocent puis croque dans son bagel. Il acquiesce pour signifier son approbation.

— C’est super bon ! s’exclame-t-elle. Ou alors c’est juste parce que j’ai super faim. Et comment est le tien.
— J’ai super faim aussi, mais c’est bon quand même ! Tu veux goûter ?

Angus dirige son sandwich un peu vers son amie pour accompagner la parole au geste.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Jeu 21 Juil - 21:34

« Me suivre c’est pas le but. On  le fait ensemble, ce voyage. » Quand il disait ça, ça lui semblait réel. Comme s’il y croyait vraiment. Elle n’était pas certaine de vouloir y croire. Elle avait toujours peur d’être déçue. Elle préférait rester dans le flou, ne pas savoir, comme ça… Comme ça si ça tombait en lambeaux, elle ne pourrait pas être déçue. Quelque chose dans le regard d’Angus lui indiquait toutefois qu’elle pouvait lui faire confiance. Ou plutôt, Rave avait envie de lui faire confiance. Pouvoir s’appuyer sur quelqu’un, pour une fois et que les promesses ne s’effacent pas simplement comme si elles avaient été écrites dans le sable et non dans la roche. Et il avait les mains sur ses joues. Ca changeait tout. Elle attrapa sa main pour la retirer de son visage, non sans sourire au passage. « Bin on ouvrira un guide touristique, et je tournerai les pages. Et dès qu’il y a un truc que je voudrai voir, je crierai. Ou alors je mettrai juste un marque-page. Et ensuite, tu pourras voir ce qui est possible de faire, et ce que tu as envie de faire aussi. » Peut-être même qu’elle trouverait un camping dans le lot, rien que pour rire.

Angus n’était pas un aussi grand lecteur qu’elle. Quoi qu’elle se demandait si c’était seulement possible quand on y réfléchissait. Elle passait presque tout son temps libre à lire. « Et je suis loin d’avoir lu tous les classiques. – Moi aussi, rassure-toi ! Il y en a tellement… Et encore, je ne me suis penchée que sur les auteurs anglais et américains. Imagine, on a encore les russes, les français, les espagnols… Je ne manquerai jamais de lecture ! – Je lis beaucoup plus de bandes dessinées. Mais si c’est des vrais livres, je préfère les dystopies et les sciences fictions, enfin pas des trucs chiant. – Des « vrais » livres ? Haha ! Les bandes dessinées sont des livres  aussi. Même si je suis moins fane de ce media. Mais je peux comprendre l’intérêt qu’il revêt aux yeux de son public. Et tout ce qui est autre que dystopie ou SF n’est pas chiant. Juste tu n’aimes pas, c’est différent. Et tu n’es pas un valet charmant ! geignit-elle en le voyant piquer de nouvelles frites. Je vais mourir de faim par ta faute. Voilà. » Elle fit semblant de bouder alors qu’il la nargue en mangeant les frites dégoulinantes de sauce. Rave n’aimait pas se battre avec la nourriture bien sûr, et de toute manière elle serait bien trop lente pour échapper aux réflexes du garçon. « Fais gaffe, je pourrais essayer de te tuer en mettant des frites dans chaque narine. » Les yeux arrondis par la surprise, la jeune femme manqua de s’étouffer sur son bagel. « C’est une idée très bizarre, monsieur Blackburn. Et je vous défends d’essayer. Formellement. » Elle avait déjà remarqué que les interdictions lui plaisaient bien, mais elle posa un regard si féroce sur son ami qu’elle était persuadée que cette fois-ci, il comprendrait. « J’ai super faim aussi, mais c’est bon quand même. Tu veux goûter ? » Il tendit son bagel sous son nez, et elle ne pouvait décemment par refuser une si belle offre. Elle prit un petit croc, rien d’extravagant, juste pour avoir le goût sur le bout de la langue. « Oui, il est top le tiens. Du coup je suppose que comme il y a de la viande dans le mien tu ne préfères pas essayer ? » Elle le taquina, le regard malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Ven 22 Juil - 0:24

Un long moment se passe avant que Raven décroche ses doigts de ses joues, elle sourit aussi. Angus, lui se laisse faire, prouvant qu’il n’est pas décidé à reproduire les mêmes erreurs que la première fois.
Pour tout dire, le jeune homme n’était pas dans ses meilleures dispositions, bien que cela n’excuse rien.

— Bin on ouvrira un guide touristique, et je tournerai les pages. Et dès qu’il y a un truc que je voudrai voir, je crierai. Ou alors je mettrai juste un marque-page.
— Tu peux crier si tu veux,
commente-t-il, rieur. Mais les marques-page c’est mieux.
— Et ensuite, tu pourras voir ce qui est possible de faire, et que tu as envie de faire aussi.


Il acquiesce. Angus s’occupe de bien des manières différentes, du moment que ça le divertit un minimum et qu’il ne voit pas le temps passer. C’est peut-être ce qu’il aime avec Raven, parce que malgré tout ce qu’elle dégage, il ne s’ennuie pas avec elle. Le jeune homme n’aurait jamais cru pouvoir s’entendre aussi bien avec une fille de la carrure de celle qu’il a devant lui. Ce n’est pas parce qu’elle est super intelligente, qu’elle lit beaucoup de livres et qu’elle veut devenir neurologue que Raven n’est pas une fille simple. Étrangement, c’est compatible, et sans parler de clichés, Angus ne l’aurait jamais cru.

— Moi aussi, rassure-toi ! Il y en a tellement… Et encore je ne me suis penchée que sur les auteurs anglais et américains. Imagine, on a encore les russes, les français, les espagnols… Je ne manquerai jamais de lecture !
— C’est sûr que si tu pars par là, jamais non.
— Des « vrais » livres ? Haha ! Les bandes dessinées sont des livres aussi. Même si je suis moins fane de ce media. Mais je peux comprendre l’intérêt qu’il revêt aux yeux de son public. Et tout ce qui est autre que dystopie ou SF n’est pas chiant. Juste que tu n’aimes pas, c’est différent.
— Beaucoup de gens pensent qu’une bande dessinée, ce n’est pas un vrai livre. Sûrement parce que les descriptions ne sont pas développées, travaillées, qu’on ne peut pas forcément savoir précisément ce que les personnages pensent à un moment donné. Et quand je dis chiant, je pense pas forcément aux genres littéraires, mais au style de l’auteur, même si concrètement ça revient au même, mais… Personnellement si l’auteur prend vingt pages pour décrire une porte, je peux pas.
— Et tu n’es pas un valet charmant !
geint-elle. Je vais mourir de faim par ta faute. Voilà.
— Si je suis pas un valet charmant, je suis quoi alors ? Mais non, regarde, y’en a plein encore. Pleure pas.


Le jeune homme prend une poignée de frites qu’il met dans l’assiette de Raven. Et il s’en met une poignée dans la sienne aussi. Il croque dans son bagel. Les yeux de son amie s’agrandissent et elle manque de s’étouffer avec son bagel. Angus pouffe, la bouche masquée par sa main. Il ne voudrait pas recracher sa nourriture en explosant – littéralement – de rire. Il finit par avaler sa bouchée tout rond, ce qui lui vaut d’avaler de travers. Il boit une gorgée de soda pour faire passer.

— C’est une idée très bizarre, monsieur Blackburn. Et je vous défends d’essayer. Formellement.
— Sinon qu’est-ce que je risque ?


Il sourit, toujours avec son air malicieux. En ce moment, Angus est mi-figue, mi-raisin : impossible de dire s’il va mettre sa menace à exécution, cependant, il a bien conscience du regard féroce de Raven. C’est bien tenté, mais il n’est pas sûr d’être totalement intimidé par son personnage.

— Oui, il est top le tien. Du coup je suppose que comme il y a de la viande dans le mien tu ne préfères pas essayer ?

Le jeune homme hausse un sourcil, un sourire aux lèvres. Sérieusement ? Il ne répond pas, mais prend le bagel de son amie et croque dedans. Il mâche sa bouché puis hoche la tête pour marquer son approbation. Il le repose dans l’assiette puis ajoute :

— Il est pas mal. Mais je préfère le mien.

Il mange un peu, boit aussi, appréciant la fraicheur agréable de sa boisson. Au bout d’un moment, il pose son regard sur Raven, et demande :

— Tu fais quoi demain ?


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Sam 23 Juil - 22:09

« Tu peux crier si tu veux. Mais les marque-page c’est mieux. » Elle était presque déçue de cette réponse : quel manque d’originalité ! Quand elle était plus jeune, elle se souvenait qu’elle refusait de mettre un marque-page dans ses livres. Elle retenait par cœur le numéro de la page. Bon moyen aussi pour entraîner sa mémoire. Et surtout parce qu’elle perdait tous les marque-page qu’on pouvait lui offrir. « Beaucoup de gens pensent qu’une bande dessinée, ce n’est pas un vrai livre. Sûrement parce que les descriptions ne sont pas développées, travaillées, qu’on ne peut pas savoir précisément ce que les personnages pensent à un moment donné. – Oh tu sais, il y a pleins de « vrais » livres où les descriptions ne sont ni développées, ni travaillées ! s’esclaffa-t-elle. Je sais que certains ne considèrent par les bandes dessinées comme des livres, mais je trouve ça stupide. Surtout vu tout le travail qu’il y a d’ailleurs un seul tome ! – Et quand je dis chiant je pense pas forcément au genre littéraire, mais au style de l’auteur, même si concrètement ça revient au même, mais… Personellement si l’auteur prend vingt pages pour décrire une porte, je peux pas. – Certains auteurs littéraires ne prennent pas vingt pages pour décrire une porte. Huxley ou Fitzgerald publiaient des livres très courts par exemple. On est loin des auteurs français qui ont beaucoup de fioritures dans leur langage, comme Balzac par exemple. – Si je suis pas un valet charmant, je suis quoi alors ? – Je sais pas, lâcha-t-elle, en faisant mine de bouder. »

Raven faisait difficilement la tête. Bien sûr, parfois sur une impulsion elle pouvait être fâchée, gênée ou autre mais sa mauvaise humeur s’effaçait bien vite, laissant place à l’amère culpabilité d’avoir peut-être froissé son comparse. Elle avait parfois un peu de rancune, mais c’était trop rare pour être souligné. Angus attrapa une poignée de frites qu’il déposa dans son assiette, ainsi qu’une dans la sienne. « Oh, je ne voulais pas dire qu’il fallait… » Elle laissa sa phrase en suspens, ne sachant pas trop comment interpréter le geste d’Angus. Etait-il vexé ? Enfin, parfois elle cherchait un peu un sens dans les actions là où il n’y en avait pas : il lui avait donné une poignée de frites, voilà tout. « Sinon qu’est-ce que je risque ? » Raven soupira, un peu agacée qu’il ne la prenne pas (jamais ?) au sérieux. « Je te fais la même chose avec mes illusions, voilà ! Stop les gamineries maintenant. » Pourtant elle ne pouvait s’empêcher de rire au passage. Angus tendit le bras et croqua dans son bagel. « Tu veux manger tout mon repas en fait ?! Tu veux que je te laisse ma chambre aussi ? Comme ça t’en auras deux, tout ira bien dans le meilleur des mondes. » Elle le regarda, un peu malicieuse. « Ca tombe bien que tu préfères le tiens, tu éviteras de manger le miens. » Il fallait qu’elle se dépêche de manger au risque de ne plus rien avoir ensuite.

« Tu fais quoi demain ? – Je vais faire mes devoirs, préparer mes cours de la semaine, lire, profiter de la plage… Comme d’habitude quoi ! Et toi ? Tu voudrais qu’on fasse quelque chose ? demanda-t-elle, plutôt curieuse. » Heureusement qu’elle avait encore le lendemain, le dimanche, pour récupérer le temps perdu de cette journée. Elle n’avait même pas travaillé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Dim 24 Juil - 1:27

Elle a l’air déçue qu’il préfère les marques-page, mais en étant sourd, il n’est pas sûr de pouvoir dire quand elle le fait. D’où sa préférence, à moins qu’elle ait une autre solution excentrique à proposer. En étant entendant, ç’aurait peut-être été amusant.

— Oh tu sais, il y a pleins de « vrais » livres où les descriptions ne sont ni développées, ni travaillées ! s’esclaffe-t-elle. Je sais que certains ne considèrent pas les bandes dessinées comme des livres, mais je trouve ça stupide. Surtout vu tout le travail qu’il y a derrière un seul tome !
— Je suis d’accord avec toi. C’est pas facile de bien dessiner en plus, les proportions, tout ça.
— Certains auteurs littéraires ne prennent pas vingt pages pour décrire une porte. Huxley ou Fitzgerald publiaient des livres très courts par exemple. On est loin des auteurs français qui ont beaucoup de fioritures dans leur langage, comme Balzac par exemple.
— Heureusement qu’ils ne font pas tous ça, sinon je ne lirais pas grand-chose !

— Je ne sais pas, lâche-t-elle, la mine boudeuse.
— C’est pas une vraie réponse, ça, marmonne-t-il.

Il la regarde avec son air malicieux. Et puis il se rend compte qu’il parle plus qu’il ne mange. Il mord à nouveau dans son bagel, mâche en étant concentré sur ce qu’elle dit. Manger et regarder ce que la personne dit en même temps, ça n’est pas forcément facile. Angus aimerait que ça le soit plus. D’un point de vue extérieur, Angus pourrait avoir l’air d’être hypnotisé par Raven – ce qui n’est pas faux à cent pourcent, ceci dit.

— Oh, je ne voulais pas dire qu’il fallait…
— Tu t’attendais à autre chose ?


Il a un air mi-sérieux, mi-amusé. Angus enfourne deux frites à la fois, trop affamé pour les manger une par une. Cependant, il s’assure d’avoir la bouche vide avant de l’ouvrir. Il ne supporte pas les gens qui parlent la bouche pleine ; donc il ne le fait pas.

— Je te fais la même chose avec mes illusions, voilà ! Stop les gamineries maintenant.
— Oui, madame.


Le jeune homme n’a pas l’air tellement convaincue par les menaces de son amie, mais il décide de ne pas l’enquiquiner davantage. Mais il sourit, ce qui montre qu’il ne la prend pas tellement au sérieux. Il croque ensuite dans son propre bagel.

— Tu veux manger tout mon repas en fait ?! Tu veux que je te laisse ma chambre aussi ? Comme ça t’en auras deux, tout ira bien dans le meilleur des mondes.
— Je préfère partager, si t’avais pas encore compris.


Il la gratifie d’un grand sourire. Les repas, la chambre, tout. Angus aime partager : tout a meilleur goût comme ça. C’est toujours plus agréable. Ca le rend plus joyeux. Il ne pense presque plus au mal que sa sœur lui a fait, même s’il ne laisse pas passer. Au début, il a l'air un peu déçu : il a l'impression d'essuyé un refus, mais essaye de se dire qu'au pire il y aura d'autres fois.

— Je vais faire mes devoirs, préparer mes cours de la semaine, lire, profiter de la plage… Comme d’habitude quoi ! Et toi ? Tu voudrais qu’on fasse quelque chose ?
— J’aimerais bien… Oui.


Des fois, Angus regrette de ne pas être aussi sérieux que Raven. Ou le contraire, il ne sait pas trop. Mais ils pourraient faire leurs devoirs ensemble, même s’ils ne sont pas dans les même cours, ils pourraient peut-être s’aider.

— Je voulais savoir aussi… Est-ce que t’es avec quelqu’un ?

Ca lui est venu de manière totalement subite – aussi subitement que sa question en fait – ; il n’a jamais conçu que Raven pouvait avoir un petit-ami mais il fallait qu’il sache. Déjà parce que si jamais elle en avait un, qu’il essaye d’éviter les problèmes et puis c’est bon à savoir. Il trempe une frite dans sa sauce barbecue puis mord dedans pour se donner de la contenance.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Dim 24 Juil - 9:05

Spoiler:
 

« Je suis d’accord avec toi. Ce n’est pas facile de dessiner en plus, les proportions, tout ça. Tu dessines un peu ? lui demanda-t-elle, curieuse. » Elle avait souvent essayé, par le passé, mais ça s’était soldé par de tels échecs qu’elle évitait de plus en plus de tenir un crayon dans sa main. Elle se souvenait encore des soupirs désespérés de son père quand elle animait des petits bonhommes bâtons plutôt que de réels dessins. Angus avait raison : les proportions et elle, ça faisait dix. « Tu t’attendais à autre chose ? » Elle haussa les épaules, ne sachant plus vraiment de quoi ils parlaient, avant de se reconcentrer sur sa nourriture. Elle avait terminé son bagel, et finissait les frites qu’il avait déposées dans son assiette. « Oui, madame. » Ses yeux trahissent ce qu’il pense réellement – il est plus amusé que vraiment intimidé, d’un autre côté, il la connaissait maintenant assez pour savoir qu’elle ne pourrait même pas faire peur à une mouche. « Je préfère partager, si t’avais pas encore compris. » Il lui sourit, et elle lui sourit en retour. « C’est une bonne philosophie de vie. Mais tu veux tout tout tout partager ? » Elle lui gratifia d’un regard plein de sous-entendu, même si elle n’était pas certaine de ce qu’elle sous-entendait elle-même. Parfois elle avait l’impression de jouer avec des règles qu’elle n’arrivait pas à comprendre. Les relations étaient trop compliquées pour elle – elle préférait les cerveaux.

« - J’aimerais bien, oui. – D’accord, bin on pourrait travailler ensemble, ou se voir quand j’aurai terminé. Comme tu veux. » Heureusement qu’il était là pour prendre les devants. Elle avait déjà eu énormément de mal à lui demander de venir manger un gâteau avec elle : jamais elle ne lui aurait proposé quelque chose une deuxième fois. Elle avait presque envie de ronronner à l’idée de le voir le lendemain. « Je voulais savoir aussi… Est-ce que t’es avec quelqu’un ? » La mutante eut presque envie de rire en entendant cette question. « Bien sûr que non. » Elle l’avait dit simplement, pas du tout pour se plaindre. Simplement elle n’avait jamais vraiment côtoyé de garçons avant son arrivée au Centre, et même si les filles avaient peut-être un intérêt spécial à ses yeux, elle n’avait jamais vraiment… Ressenti ça. Ce qu’on appelle de l’amour pour quelqu’un. Elle avait beaucoup lu à ce sujet, surtout neurologiquement parlant – synthèses et réactions très intéressantes au demeurant au niveau microscopique. Elle avait aussi lu des histoires d’amour, bien sûr, qui transcendaient, qui vous poussait constamment à faire mieux, pour la personne aimée. Elle avait aimé ses parents,  oui, mais depuis ça… Elle avait ressenti de l’attirance, rarement, mais c’était arrivé. Attirance qui s’était bien vite évanouie lorsque les relations s’étaient dénouées, parce qu’elle n’avait jamais vraiment gardé d’amitié solide dans le temps. « Et toi ? » Elle avait envie qu’il réponde non. Elle ne saurait pas vraiment dire pourquoi – peut-être parce qu’elle commençait à être attachée à lui, et qu’elle ne voulait pas le partager, elle. Angus aimait peut-être cette façon de voir, mais Rave n’était pas certaine de vouloir toujours tout partager. Bien sûr, une personne avait assez d’amour pour tout le monde, mais la mutante aimait se sentir… spéciale ? Ses parents l’avaient toujours élevée dans cette optique, alors c’était comme ça qu’elle voulait se sentir aimée. Pleins de gens avaient d’autres façon de voir l’amour et de toute façon, Raven n’avait jamais expérimenté ça véritablement, donc elle ne pouvait pas être sûre de ce qu’elle voulait… Mais là, maintenant, alors qu’elle terminait son plat, elle voulait qu’il réponde non. « Et tu es attiré par les femmes ? » La question était tombée un peu comme un cheveu sur la soupe, mais elle avait aussi besoin de savoir. Après tout, il pouvait bien entendu préférer la gente masculine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Dim 24 Juil - 23:17

Spoiler:
 


— Tu dessines un peu ?
— Pas vraiment, non. Je suis plutôt photo.


Il dessine quand même, mais pas beaucoup. Il se débrouille en dessin, mais il est loin de pouvoir entrer aux beaux-arts. En fait, Angus n’est pas particulièrement calé dans un domaine ; il s’intéresse à un peu tout mais n’a pas de connaissances vraiment très approfondies dans les sujets auxquels il s’intéresse.

Elle lui sourit en retour. Il aurait bien voulu lui répondre en souriant davantage, mais il est déjà au maximum de ces capacités en matière de sourire. Angus finit par prendre son verre et boire une gorgée de soda.

— C’est une bonne philosophie de vie. Mais tu veux tout tout tout partager ?
— Dans la mesure du raisonnable. Et que avec les gens qui me tiennent à cœur.


Il ignore les sous-entendus de Raven parce que pour une fois, il est un peu sérieux. Et qu’il ne tient pas à tout partager, non.

— D’accord, bin on pourrait travailler ensemble, ou se voir quand j’aurai terminé. Comme tu veux.
— Les deux me vont !


Il ne sait pas trop ce qu’ils pourraient faire, mais il est déjà comblé à l’idée de la voir. Ca lui suffit, même s’il doit se contenter de la regarder travailler. Il avale son morceau de frite puis plonge la moitié restante dans la sauce.

— Bien sûr que non.

Il paraît soulagé, même s’il essaye de le cacher comme il peut. Égoïstement ou non, il a aussi envie de se garder Raven rien que pour lui.

— Et toi ? Tu es attiré par les femmes ?

Étonnement, Angus a très rarement été en couple, quand il y pense. La première a été un véritable calvaire : elle aurait tué n’importe quelle de ses amies par jalousie. Elle était violente aussi, même avec lui. Autant dire qu’il n’est pas resté longtemps avec elle. C’était hors de question qu’il se laisse faire. En fait, plus souvent il est un trophée sur un tableau de chasse, une conquête parmi tant d’autres. Qui a envie de s’embarrasser d’un sourd ? De prendre le risque d’avoir l’un de ses enfants de sourd. Pas grand monde. Alors oui, il pourrait satisfaire sa vie de conquête mais malheureusement pour certaines, ce n’est pas vraiment ce qu’il recherche. Les relations plus houleuses et compliquées que douces et agréables ne sont pas sa tasse de thé.

— Non plus. Et c’est oui. Et toi, qu’est-ce que tu préfères ? Mais est-ce qu’il y a quelqu’un que tu aimes ?

Il pose sa dernière question en ne sachant pas quoi répondre lui-même, ce qui est un peu stupide. Il ne veut pas dire oui parce qu’il ferait peut-être naître l’idée qu’il est inaccessible dans l’esprit de Raven – alors qu’il l’est totalement. Il n’a pas envie de répondre par la négative non plus, et ça, il ne sait pas pourquoi. Si, il le sait, mais il n’arrive pas à se faire une raison. Il se voile la face en se disant qu’il faut qu’il laisse du temps, qu’il sache ; mais il sait déjà, Angus connait déjà sa réponse. Mais pas celle de Raven, alors ça l’angoisse. Ca l’angoisse tellement qu’il garde tout à l’intérieur. Il brûle tellement qu’il a peur de la consumer trop vite, ou alors que le bois ne prenne pas la flamme. Du coup, il tâte le terrain, pour plus tard. Que peut-il faire de plus ? Il reste un moment silencieux, sans vraiment chercher à se donner une quelconque contenance. Il ne sait pas trop comment il le pourrait de toute façon.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Lun 25 Juil - 17:44

« Pas vraiment, non. Je suis plutôt photo. – Oh, tu photographies quoi ? Tu as un appareil photo ? » Elle avait toujours trouvé ça cher pour ce que c’était, mais elle aimait lorsque les autres avaient une passion. « Voilà pourquoi tu prenais des photos sur l’Empire State Building. Je comprends mieux. » Est-ce qu’il ne prenait ses photos que via smartphone ? Peut-être, c’était devenu à la mode depuis quelques temps. La qualité de l’appareil photo sur les portables intelligents était devenue si élevée, qu’au final ça ne changeait plus grand-chose pour les personnes qui n’étaient pas professionnelles. « Dans la mesure du raisonnable. Et qu’avec les gens qui me tiennent à cœur. » Elle le sentait sérieux sur cette question, alors elle hocha simplement la tête – c’était déjà assez rare comme ça ! Elle n’allait pas le relancer sur quelque chose d’amusant. « Les deux me vont ! » Elle voulait lui demander à quelle heure, mais Rave n’était pas certaine que c’était ce qu’il fallait faire dans ce genre de cas. Alors elle se lèverait juste tôt, pour être prête quoi qu’il arrive. « Non plus. » Souffle qui s’échappa difficilement de ses poumons, alors que son cœur battait trop violemment pour ne pas lui faire mal. Ah. Elle s’en doutait un peu, auquel cas il lui aurait forcément parlé de la personne partageant sa vie… non ? Enfin, elle espérait. Mais la réponse était non. Tout allait bien dans le meilleur des mondes alors ? « Et c’est oui. Et toi, qu’est-ce que tu préfères ? – Je ne sais pas. » Elle était un peu perturbée en entendant ça. En fait, elle n’avait jamais vraiment réfléchi. Elle était censée aimer les garçons, puisque c’était une fille – pourtant elle avait su trouver une certaine harmonie dans le corps féminin, des courbes qui l’intéressaient parfois. Mais elle ne savait pas vraiment. Puisqu’elle n’avait jamais essayé non plus. C’était comme regarder les haricots verts. On pouvait aimer ou ne pas aimer leur couleur, leur forme, être inspiré ou non. Mais on ne pouvait pas savoir avant d’avoir vraiment goûté. Elle n’était pas certaine non plus de vouloir dévoiler ce genre de choses pour le moment. Il allait la prendre pour une gamine, non ? « Enfin. Je n’ai pas encore essayé avec une fille. Mais si vous aimez ça, c’est qu’il doit y avoir quelque chose d’intéressant à découvrir, non ? » Elle n’avait jamais essayé avec un garçon non plus, mais elle savait qu’elle pouvait ressentir quelque chose pour eux, au moins. Elle termina ensuite son bagel – de toute façon, la discussion avait quelque peu coupé son appétit. Pas de la mauvaise manière. Juste elle cogitait trop, et du coup, elle en oubliait d’avoir faim.  « Mais est-ce qu’il y a quelqu’un que tu aimes ? » Il fixa ses lèvres parce qu’il devait les regarder pour avoir sa réponse. Elle s’empourpra, ses poumons se contractèrent et elle fit tout son possible pour garder une contenance. Rave s’essuya les lèvres avec sa serviette, essayant de trouver les bons mots. De trouver ce qu’elle ressentait réellement. « Je ne sais pas si on peut parler d’amour. Parce que c’est un grand mot, hein ? Ca englobe pleins de trucs. Mais… Oui. Je pourrais m’imaginer avec quelqu’un du Centre. » Honnêteté, comme d’habitude. Et puis, Angus était censé être son ami, non ? Elle pouvait bien se confier sur ce qu’elle ressentait pour quelqu’un, d’aléatoire ? « Et toi ? Je la connais p’tête. »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Lun 25 Juil - 19:05

— Oh, tu photographies quoi ? Tu as un appareil photo ?
— Un peu tout : le paysage, les gens… Du moment que ça m’inspire. Et oui, mais je l’ai laissé dans ma chambre donc bon…
— Voilà pourquoi tu prenais des photos sur l’Empire State Building. Je comprends mieux.


La photographie n’est pas sa plus grande passion, mais ça lui prend un peu de son temps, ça le pousse à sortir de chez lui, à découvrir de nouveaux endroits. Ceci dit, il n’aime pas forcément se trimballer son énorme boitier partout où il va, surtout s’il sait qu’il aura d’autres occasions d’aller à l’endroit en question.

Raven prend son information, mais il n’arrive pas à dire si elle est soulagée, si ça l’embête ou si ça ne lui fait rien du tout. Finalement, peut-être que ça lui est égal.  

— Je ne sais pas. Enfin. Je n’ai pas encore essayé avec une fille. Mais si vous aimez ça, c’est qu’il doit y avoir quelque chose d’intéressant à découvrir, non ?
— Je sais pas. J’aurais pu être attiré par des hommes et dire la même chose, mais… Je me suis jamais vraiment posé des questions sur ça. Intéressant, je sais pas, mais différent, oui, du point de vue des hommes.


Angus est un peu perplexe face à la réponse de Raven. Il ne s’attendait pas à une réponse aussi approfondie. Mais puisque le sujet semble l’intéresser, il tente de répondre comme il peut. Il est un fervent de la théorie comme quoi l’amour n’a pas de sexe, cependant, Angus n’a jamais été attiré par des gens du même sexe que lui. Il n’a eu que des petites amies pendant sa vie, mais pas de petit-ami. Il n’a jamais ressenti non plus le besoin d’essayer. Il mord à nouveau dans son bagel pour le terminer, un peu après Raven. Il n’a plus de frites non plus. Il décide de boire un peu de son soda.  

— Je ne sais pas si on peut parler d’amour. Parce que c’est un grand mot, hein ? Ca englobe pleins de trucs. Mais… Oui. Je pourrais m’imaginer avec quelqu’un du Centre.

C’est une réponse qui ne satisfait pas vraiment Angus, pour le coup. Plus dans le sens où il ne sait pas trop quoi faire de cette information mais il n’ose pas en demander plus de peur d’être déçu. Mais elle était honnête, c’était déjà ça. Une honnêteté qui lui laisse un goût amer dans la gorge. C’est difficile de ne pas s’en formaliser : si elle lui dit avec tant de facilité, c’est que ça ne doit pas être lui. Alors il choisit de faire ce qu’il fait de mieux : cacher ses véritables émotions, si seulement il en est suffisamment capable face aux yeux de Raven ; il ne sait pas. Le jeune homme finit par dire, avalant une frite et la gratifiant d’un sourire :

— Oh… C’est chouette pour toi !
— Et toi ? Je la connais p’tête.


Il reste silencieux un moment parce qu’il ne sait pas quoi dire, pas parce qu’il essaye de trouver un mensonge douloureux. Ses lèvres s’entrouvrent, se ferment sans qu’un son n’en sorte. Premier essai, raté. Un petit silence s’en suit à nouveau. Oui. Non. Évidemment. Pas du tout. Bien sûr. Pas vraiment. Il fronce les sourcils, pas vraiment convaincu par sa propre réponse.

— Je ne sais pas. Peut-être.

Il ne peut pas être moins mystérieux que ça sur la question, c’est même la voie facile à ce genre de questions, finalement. Il devrait pouvoir se confier à une amie. Mais pas là, là c’est différent. Tout est différent. Il faut qu’il se force, pourtant à extérioriser ses sentiments. C’est ce qu’on lui a demandé de faire. Ce que les psychologues lui ont demandé de faire. Il écarte un peu les bras, un peu vaincu et lance sur d’un ton plus léger mais pas forcément assuré :

— Je… Oui. Je suis amoureux.

Mais il ne dit pas qui, pas même quelqu’un. Et il la regarde dans les yeux, même si concrètement, ça ne doit avoir aucun sens pour elle, c’est ça qui rend tout si facile. C’est parce qu’elle n’a absolument pas l’air de se sentir concerné par ces sentiments-là.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Lun 25 Juil - 19:43

« Un peu tout : le paysage, les gens… Du moment que ça m’inspire. Et oui, mais je l’ai laissé dans ma chambre donc bon… - Oh, tu me le montreras ? J’en ai jamais vraiment vu. Enfin je le toucherai pas, j’aurai trop peur de le casser. » Elle trouvait les appareils parfois plus fascinant que ce qu’ils photographiaient réellement. La mécanique, savoir comment ça s’enclenchait… Elle trouvait ça tellement incroyable et ingénieux ! Elle venait souvent à se demander si un jour l’humanité plongeait et que l’on perdait tout le savoir accumulé au fil des années, si on trouverait des personnes aussi brillantes, des hommes d’un tel génie pour recommencer, tout, à nouveau. Elle-même ne serait jamais capable d’inventer de telles choses. « Je sais pas. J’aurais pu être attiré par des hommes et dire la même chose, mais… Je me suis jamais vraiment posé de questions sur ça. – Chacun fait ce qu’il veut, je ne veux pas dire par là que tout le monde doit s’intéresser aux deux sexes mais… L’idée d’être avec une personne du même sexe que moi ne me laisse pas forcément indifférente. Je ne sais pas si je suis très claire. » Elle croyait déceler un soupçon de perplexité dans le regard d’Angus, qui l’amenait à se demander si elle aurait dû faire cette déclaration. Ca pouvait paraître bizarre ? Elle ne savait pas, en fait, simplement parce qu’elle n’avait jamais eu ce genre de propos auparavant, avec personne. Elle y avait réfléchi, oui, avait discuté avec elle-même, suivant le fil de ses pensées, songeuse, mais elle ne l’avait jamais dit à voix haute. Est-ce que c’était mal ? Beaucoup de personnes étaient homophobes et n’aimaient pas que des personnes du même sexe s’embrassent, par exemple. Pourquoi ? Certaines espèces n’étaient pas qu’hétérosexuelles, alors pourquoi l’homme devrait l’être ? Ca ne faisait de mal à personne. L’amour, c’était beau, non ?

« Oh… C’est chouette pour toi ! » Il semblait déçu ? Elle ne savait pas. Cette conversation était vraiment bizarre, et il était en train de la perdre. Entre ce qu’elle devait dire, ne pas dire, ce qu’elle devait ressentir et ne pas ressentir, ce qu’elle devait penser et ne pas penser, déceler chez lui, et ne pas déceler, elle avait l’impression de danser maladroitement une valse et que le monde tournait trop vite pour elle. « Je ne sais pas. Peut-être. » Elle haussa un sourcil. Il semblait gêné d’aborder le sujet. Peut-être qu’il avait besoin de conseils pour aborder cette fameuse fille ? Rave eut envie de rire, car c’était bien la dernière personne à qui il fallait demander des conseils en matière amoureuse, mais bon, elle ferait de son mieux. « Je… Oui. Je suis amoureux. » Raven ne connaissait pas ce ton peu assuré qu’Angus avait pris. D’habitude, il était si taquin, si persuadé de ce qu’il disait. Ces mots semblaient lui coûter. Est-ce que c’était la première fois qu’il réfléchissait à cette fille en ces termes ? « Et elle a un prénom, cette heureuse élue ? Tu devrais lui dire, tu sais. Au pire… Je veux dire, au pire, elle te dit qu’elle ne ressent pas la même chose que toi, et tu pourras tourner la page, non ? » Raven la cartésienne. Son ventre semblait se retourner alors qu’elle lui conseillait ça. Peut-être qu’elle aurait voulu qu’Angus ait ce genre de mots pour elle, en fin de compte. Elle était sincère : si Angus aimait une fille, il fallait qu’il lui dise, mais elle n’était pas certaine d’être heureuse de le savoir dans les bras de quelqu’un. De tenir la main d’une fille. De rire avec elle. Mais déjà, elle l’avait comme ami. C’était mieux que rien, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Mar 26 Juil - 1:54

— Oh, tu me le montreras ? J’en ai jamais vraiment vu. Enfin je ne le toucherai pas, j’aurai trop peur de le casser.
— Pas de soucis. Et à part si t’es aussi maladroite quotidiennement qu’en cuisine, tu peux le toucher, essayer de faire des photos.


La jeune femme semble assez émerveillée, ce qui ajoute de la bonne humeur à Angus. Pour ce dernier, un appareil photo est assez banal mais peut-être pas pour la jeune femme. Son appareil photo lui est plutôt précieux, mais dans son optique de partage – surtout envers ceux à qui il tient – il a l’air d’en avoir un peu rien à faire.

— Chacun fait ce qu’il veut, je ne veux pas dire par là que tout le monde doit s’intéresser aux deux sexes mais… L’idée d’être avec une personne du même sexe que moi ne me laisse pas forcément indifférente. Je ne sais pas si je suis très claire.
— Je suis bien d’accord, tant que l’on est bien dans sa peau et qu’on n’embête pas son monde j’ai rien à y redire.

Le néo-zélandais se retrouve un peu plus intéressé par sa discussion avec Raven qu’au début. Surtout depuis que l’idée a fait son chemin dans son esprit. Ce sont les relations sans tabous qui marchent le mieux, paraît-il. Ou pas du tout, qui sait. Cependant si le jeune homme ne semble pas avoir de réels tabous quant aux sujets qu’il aborde avec la brune, il en a sur ses propres sentiments.

— Et elle a un prénom, cette heureuse élue ? Tu devrais lui dire, tu sais. Au pire… Je veux dire, au pire, elle te dit qu’elle ne ressent pas la même chose que toi, et tu pourras tourner la page, non ?

Angus a un petit sourire. Mais pas un sourire vraiment joyeux. C’est un peu triste, un peu déçu. C’est un mélange de beaucoup de choses, en fait. Le mutant n’a pas vraiment beaucoup d’amie de sexe féminin ; et s’il en a, c’est bien différent de la relation qu’il entretient avec Raven. Pour lui, elle est spéciale, même si elle ne voit pas les choses comme ça. Les autres filles ne sont pas tellement proches de lui, finalement ; ce sont des camarades de classe pour les unes, des coéquipières d’entrainements pour d’autres.

— C’est pas si évident. Pour toi ça l’est peut-être, de dire à quelqu’un que tu l’aimes, mais pas pour moi.

Il ne répond pas à sa première question. Déjà parce qu’il ne se voit pas dire à Raven qu’il tient à elle plus qu’il ne l’avait prévu de but en blanc ; surtout maintenant qu’il sait qu’elle se voit déjà bien avec quelqu’un. Quelqu’un d’autre. L’autre raison, c’est parce qu’Angus n’est pas le genre à laisser une fille lui tenir la main facilement, ni même lui prêter sa veste. Il l’aurait renvoyée directement dans sa chambre, l’aurait laissée s’étrangler dans ses illusions. Il ne serait simplement pas aussi solliciteur avec elle, si appliqué à montrer le meilleur de lui-même. Tout ça a une signification pour lui, ce n’est pas simplement de la gentillesse : Angus n’est pas forcément si gentil – et Raven en a fait plus ou moins les frais lors de leur première rencontre.
Il parait presque déçu que ça ne soit pas aussi facile que Raven semble le dire. Et il ne le dit pas d’un ton accusateur, loin de là. Au bout d’un moment, il finit par lâcher, d'une voix douce :

— T’y arriverais comme ça, toi, à lui dire ? T’es peut-être pas amoureuse, mais cette personne te plaît, non ?

Il ne l'épargne pas non plus, quitte à mettre les pieds dans le plat aussi.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mar 26 Juil - 10:41

« Pas de soucis. Et à part si t’es aussi maladroite quotidiennement qu’en cuisine, tu peux le toucher, essayer de faire des photos. » Elle piqua un fard. « Je pense que tu n’as pas envie que je le touche, honnêtement, dit-elle avec un pâle sourire. » Comme il l’avait si bien fait remarquer, l’adresse n’était pas vraiment l’une des cordes de son arc. Pourtant, elle avait une dextérité en musique qu’on ne lui connaissait pas au quotidien, et qui avait toujours étonné son entourage. Peut-être parce qu’elle ne prenait pas la peine de se concentrer sur ce qui l’entourait dans la vie de tous les jours, déjà concentrée sur son illusion, et aussi sur comment elle devait se comporter en société. Ca faisait déjà assez de choses. « Et tu les retouches ensuite ? » Elle savait que de nombreux photographes utilisaient ensuite des logiciels pour en faire de plus jolies photos. Ca prenait beaucoup de temps apparemment et c’était cette activité chronophage à laquelle certains essayaient de se soustraire que Raven trouvait la plus complexe.

« Je suis bien d’accord, tant que l’on est bien dans sa peau et qu’on n’embête pas son monde, j’ai rien à y redire. » Elle eut envie de lui faire remarquer que lui, embêtait souvent son monde, mais elle n’avait pas envie de le vexer ou même de le relancer sur la taquinerie alors que la conversation avait pris un tour étonnamment sérieux. Rave était plutôt du genre à tenir ce genre de conversations-là plutôt que de rire à tout va et elle commençait à avoir trop mal aux joues pour continuer de rire. Elle préféra se taire donc. Elle était contente aussi de voir qu’il était plutôt tolérant. Enfin, elle pouvait déjà le deviner, puisqu’il se moquait bien de son œil défaillant. Toutefois elle avait rencontré des gens charmants qui n’aimaient pas l’homosexualité. Fallait croire que certains sujets étaient plus sensibles que d’autres pour certains. « C’est pas si évident. Pour toi ça l’est peut-être, de dire à quelqu’un que tu l’aimes, mais pas pour moi. » Elle hocha la tête. « Oui, oui, je comprends… Ce n’est pas forcément facile pour moi non plus… » étant donné que je ne l’ai jamais dit à personne « … mais c’est dommage de rester dans une impasse alors qu’elle ressent peut-être la même chose pour toi, tu ne penses pas ? C’est difficile, j’en conviens… Surtout si en plus tu dois la croiser dans les couloirs tous les jours. » C’était peut-être un des désavantages du Centre. Une dispute, une amitié brisée, un amant éconduit, voilà des choses qui attisaient les rumeurs et qui ne s’oubliaient pas facilement dans cet espace clos. « T’y arriverais comme ça, toi, à lui dire ? T’es peut-être pas amoureuse, mais cette personne te plait, non ? » Elle plissa les yeux, pliant sa serviette et la lissant lentement du bout des doigts comme elle avait l’habitude de le faire quand elle allait au restaurant. Elle avait envie de répondre à sa confrontation, mais elle ne trouvait aucun moyen pertinent de le faire. Si Angus avait trouvé une fille qui attirait son attention, il fallait qu’il le lui dise. Elle ne supportait pas de regarder des films où les deux protagonistes se tournaient autour pendant deux heures, en osant jamais se jeter à l’eau, alors qu’il suffisait d’une bribe d’honnêteté pour résoudre tous les problèmes. Quand elle était plus jeune et que ce genre d’imbroglio prenait place dans un film ou une série, elle éteignait simplement la télé, presque déçue que le genre humain se comporte avec tant de fierté et d’égo. Ils ne se connaissaient pas plus que ça, avec Angus. Lui dire qu’il lui plaisait, pourrait peut-être mettre une sorte de mur entre eux deux, mais si ça pouvait lui prouver que c’était facile de dire les choses aux gens, alors pourquoi pas ? Elle avait envie que son seul véritable ami soit heureux. Peut-être que la fille lui mettrait un vent par la suite, auquel cas… Eh bien elle serait triste pour lui mais quelque part, au fond d’elle, elle serait contente de pouvoir peut-être partager un peu plus avec lui. « Tu me plais, oui. » Elle lâcha ça comme une bombe, mais ne préféra pas s’attarder là-dessus. « Tu peux lui dire, maintenant. Je vais payer. » Elle se leva, un peu déstabilisée, un peu hors d’elle-même, comme si elle voyait du dessus agir sans pouvoir plus rien maîtriser. Elle plissa le bas de sa robe en se dirigeant vers le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Mar 26 Juil - 13:22

— Je pense que tu n’as envie que je le touche, honnêtement, dit-elle.
— Y’a quand même une lanière de sécurité.

Il le dit en haussant les épaules. Si elle ne veut pas le toucher, elle ne la forcera pas, mais au moins, elle sait qu’à part si elle n’est vraiment pas douée au point de tomber à la moindre occasion – ce qu’il n’a pas noté, il suffit qu’elle le mette autour de son cou et il ne touchera pas le sol, même si il lui glisse des mains.

— Et tu les retouches ensuite ?
— Quelques-unes, oui. C’est plus joli. Je t'en montrerais si tu veux.


Quelques-unes d’entre-elles trônent fièrement dans sa chambre : une de ses parents et de sa sœur. D’autres sont conservées dans son ordinateur ou encore dans un album. Plusieurs personnes lui ont conseillé d’ouvrir un blog sur internet pour pouvoir poster des photos, mais le jeune homme n’a jamais tenté l’expérience : trop effrayé de se faire voler ce qui lui tient à cœur, ou qu’on le critique trop facilement. Il n’est qu’un amateur, de toute façon. Et puis il n’est pas sûr que sa sœur ou son père apprécie d’être partout sur internet non plus.

Elle hoche la tête à ses propos, puis renchérit :

— Oui, oui, je comprends… Ce n’est pas forcément facile pour moi non plus… Mais c’est dommage que rester dans une impasse alors qu’elle ressent peut-être la même chose pour toi, tu ne penses pas ? C’est difficile, j’en conviens… Surtout si en plus tu dois la croiser dans les couloirs tous les jours.
— Tu trouves ça peut-être ridicule, mais j’ai besoin de me préparer psychologiquement à ce genre de choses. Je compte pas attendre des années avant de dire ce que je ressens, mais j’ai besoin d’un peu de temps.


Elle reste silencieuse un moment, pensive probablement. Il la regarde plier et lisser sa serviette de table. En attendant sa réponse, il prend son verre pour terminer son verre de soda, goûte la fraicheur des glaçons qui viennent se coller à sa lèvre supérieure sous l’effet de la gravité. Et puis finalement elle parle.

— Tu me plais, oui.

Il manque de s’étouffer avec son soda. Elle n’en a rien à faire de sa préparation psychologique. Un petit sourire lui échappe, bien que son cœur rate un battement. Le brun ne s’y attendait pas. Il s’attendait à une réponse par oui ou par non, mais visiblement, il faut toujours qu’elle le surprenne. Dans tous les cas, ça répond à sa question. Ça le fait sourire davantage, même s’il fond à l’intérieur, il se liquéfie sur place. Angus reste presque figé sur place. Elle a du cran, comparé à lui. Raven se lève et lance :

— Tu peux lui dire, maintenant. Je vais payer.

Angus attrape sa main en toussotant un peu. Il ne veut pas la laisser partir, parce qu’attendre qu’elle paye, ça serait rendre les choses encore plus étranges que ça ne l’est déjà et ça serait aussi rater sa chance. Peut-être qu’elle n’oserait plus l’aborder après. Surtout qu'elle lui paraît un peu amère. C’est maintenant ou jamais. Le coca est un peu mal passé mais il survit. Pendant un moment, il ne trouve rien à dire, mais il garde sa main contre la sienne sans vouloir la lâcher. Il finit par murmurer :

— C’est toi, pas une autre. Juste toi. Et je… Tu me plais aussi.

Il ne sait pas quoi dire de plus. Et il a beaucoup de mal à faire sortir plus d’entre ses lèvres, mais il voudrait dire tellement plus. Ca se voit sur son visage, tout d’un coup. Il essaye de rendre les choses plus légère maintenant.

— J’ai presque envie de m’excuser d’être aussi terrible à dire ce que je ressens. Mais la bonne nouvelle c’est que je travaille dessus.

Il lui sourit largement, comme il le fait – peut-être trop – souvent. Il se sent un peu fébrile mais heureux. Angus finit par se lever aussi mais il n’est pas décidé à lâcher la main de Raven. Ni même à la laisser payer. Mais il concède, il n’est pas forcément pour laisser perpétuer les clichés.

— Si tu payes, je t’invite au restaurant la prochaine fois.

Il concède aussi à lui lâcher la main, juste pour récupérer sa veste, que Raven a laissé sur la chaise et la lui mettre sur les épaules.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mar 26 Juil - 19:11

« Quelques-unes, oui. C’est plus joli. Je t'en montrerais si tu veux. » Elle hocha vigoureusement la tête. Le traitement des couleurs était ce qu'elle préférait le plus. Elle avait comme l'impression que les hommes devenaient des sortes de dieux, donnant leurs teintes préférées aux choses, créant parfois des paradoxes. Quelque part aussi elle avait envie de découvrir le point de vue d'Angus, son œil artiste, qui en dévoilerait plus sur lui que tout ce qu'il pourrait lui dire. Il y avait certaines choses que les gens ne pouvaient pas vous dire mais savaient vous montrer.
« Tu trouves ça peut-être ridicule, mais j’ai besoin de me préparer psychologiquement à ce genre de choses. Je compte pas attendre des années avant de dire ce que je ressens, mais j’ai besoin d’un peu de temps. » L'élue aurait alors un moment à attendre avant d'obtenir ces mots de la part d'Angus. Elle pouvait le comprendre. Le temps pouvait guérir, améliorer, adoucir certaines choses. Mais tarder pouvait aussi avoir des effets néfastes. Se donner le temps d'attendre c'était aussi quelque part se donner le temps de renoncer. Généralement, quand Rave voulait quelque chose, alors elle faisait tout pour l'obtenir. Elle n'avait jamais vraiment vu ça pour les relations. Surtout parce que mettre des mots dessus était important pour elle, pour bien assimiler les choses. Et les mots, elle les prononça.
Il manqua de s'étouffer avec sa boisson, si bien qu'elle crut avoir fait une bêtise. Est-ce qu'il se moquait d'elle ? Il lui sourit, et elle n'était pas certaine d'aimer ce sourire. Elle n'avait pas envie qu'il réponde. Ce genre de choses n'appelait pas de réponse. Alors qu'elle se détourne, des doigts chauds s'enroulent autour de sa main. Il parlait si bas qu'elle n'était pas certaine qu'il assumait ses dires. « C’est toi, pas une autre. Juste toi. Et je… Tu me plais aussi. » Rave le fixa un instant sans comprendre. Il se tait. Elle se tait. Oui, il n'y a pas grand chose d'autre à dire et ça lui convient. En fait, elle se sent tellement dissociée d'elle même qu'elle ne sait pas trop quoi dire. Quoi penser. Quoi ressentir. Son cœur est juste emprisonné dans la glace. « J’ai presque envie de m’excuser d’être aussi terrible à dire ce que je ressens. Mais la bonne nouvelle c’est que je travaille dessus. » Elle ne savait pas quoi répondre à ça. Elle ne pouvait que sentir la morsure brûlante contre la chair de sa main, qui finit tout de même par s'atténuer quand il la lâche. Est ce que la douleur venait de la brûlure du gâteau ou du tambourinement incessant de son cœur ? « Si tu payes, je t’invite au restaurant la prochaine fois. » Elle hocha simplement la tête, rendue muette par les mots si lourds qu'elle a prononcé. Tu me plais. Ça voulait dire quoi, en fait ? Tu me plais, je passe un bon moment avec toi ? Tu me plais, on se revoit en cours ? Tu me plais, on s'achète un chien et une maison ? Ridicule.
La veste d'Angus atterri à nouveau sur ses épaules et elle paye ce qu'ils doivent au serveur. Ils sortent finalement de ce restaurant qui ressemblait a une bulle hors du temps, un espace serein qui leur dévoilait maintenant le hurlement de New York quand ils sortent. Raven se tortilla les mains. Bon, elle avait assez lu de livres romantiques pour savoir que "tu me plais", c'était un peu plus que "chouette, nous sommes amis". Sauf qu'il lui avait confié être amoureux. D'elle ? Était-il aveugle en plus d'être sourd ? Ou est-ce qu'il la faisait marcher ? Et si elle n'était pas amoureuse en retour ? C'était quoi, être amoureux ? Elle avait les papillons dans le ventre, le rouge aux joues, l'envie de passer du temps avec lui. C'était ça ? Et s'il changeait d'avis ? « Tu veux aller boire un verre ? lâcha-t-elle pour couvrir le brouhaha de ses pensées. » Ça ne sonnait tellement pas Raven. C'était la première fois que ces mots franchissaient ses lèvres. Heureusement pour elle, Angus était sourd : il ne repéra pas l'intonation criarde dans sa voix, stressée de se retrouver la, comme si le "Tu me plais" flottait entre eux deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Mar 26 Juil - 21:43

Raven reste inhabituellement silencieuse. Si silencieuse que ça en devient pesant et Angus ne sait pas trop quoi dire, quoi faire pour l’en sortir. Il essaye de rester concentré pour pouvoir lire sur les lèvres de la brune. C’est un peu difficile de la fixer quand elle reste silencieuse. Et elle le fixe, longuement. Il ne dit rien non plus ; il n’y a rien à dire. Quand il dit qu’il l’invitera une autre fois, Raven se contente d’acquiescer. Elle paye puis ils quittent le lieu.

— Tu veux aller boire un verre ? lâche-t-elle finalement.
— Si tu veux ! répond-il avec entrain. Je te l’offre, du coup.

Il la voit tortiller ses doigts. Alors Angus attrape sa main encore, il les emprisonne dans les siens, les entremêle, ce qu’il n’a jamais fait auparavant. Pas comme ça, du moins. Il marche tout près d’elle, ne laissant presque pas d’espace entre eux deux, pas assez de place pour un « tu me plais » de plaisanterie. Angus ne plaisante pas avec ça. Quand il dit ce genre de chose, quand il parle de ses propres sentiments, il est mortellement sérieux. Il n’ose pas essayer d’aller plus loin dans son entreprise. Il lui plaît ; elle n’est peut-être pas amoureuse. Mais c’est toujours une bataille de gagnée.

— Tu connais un endroit pour boire ?

Il serre ses doigts, en se demandant comment il peut lui montrer à quel point il tient à elle sans pour autant le lui dire. Il préfère des actes plutôt que le dire sans vraiment que ça ait du sens dans la manière dont il se comporte. Angus voit qu’elle est ailleurs, et il se force à demander, à se préoccuper. Il voit bien qu’elle a l’air anxieuse, ou quelque chose dans cet esprit. Dans tous les cas, elle ne semble plus vraiment avec lui, mentalement parlant.

— Raven, il y a quelque chose qui te tracasse ?

Il adopte un ton doux. S’il faut la rassurer, il le fera. S’il faut qu’il le répète, il le fera aussi. Elle peut lui parler. Il peut endurer, il peut attendre. Angus n’est pas pressé, pas particulièrement ouvert et volontaire à brûler les étapes. Si ça va trop vite, il comprend. C’est allé beaucoup plus vite qu’il l’avait prévu. C’est parti d’une simple question et ça s’était terminé en aveux.

Et puis il se dit que c’est peut-être son propre reflet. Elle a dit elle-même qu’on la qualifiait de miroir. C’est peut-être lui qui ne tourne pas très rond. Il chasse cette idée rapidement. Il se rappelle qu’il lui a fait une promesse, celle de lui raconter son histoire, en quelque sorte. Pas forcément extraordinaire, mais qu’elle mérite de connaître. Angus ne sait pas si aujourd’hui est un bon jour, par contre.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mar 26 Juil - 22:34

« Si tu veux ! Je te l’offre, du coup. » Il avait l’air content, alors elle sourit un peu timidement, comme si c’était la première fois qu’elle le voyait vraiment. Il attrapa sa main, alors qu’elle avait pris la fâcheuse tendance de se les tortiller lorsqu’elle n’était pas à l’aise. Leurs doigts s’entremêlèrent, comme deux âmes qui essayeraient de se tisser ensemble, pour s’approcher, être plus près encore, devenir l’un et l’autre. C’était plutôt agréable. « Tu connais un endroit pour boire ? – J’ai vu un bar sympa tout à l’heure. Y’avait du vert partout, je crois que c’était irlandais. Ça te dirait ? » Elle retrouvait presque l’usage de la parole. Alors que ses jambes en coton avaient du mal à la porte, elle fit un effort pour réintégrer la situation, pour paraître plus normale ; pour ne pas le faire fuir. Elle prit sur elle. Elle avait déjà dit les mots, il ne restait plus rien de si terrible à affronter… N’est-ce pas ? « Raven, il y a quelque chose qui te tracasse ? » Le ton est doux, caressant, un peu comme la mer, il l’appelle. Elle aurait envie de se confier, d’ouvrir son cœur, il lui posait la question. Elle avait déjà dit des trucs bien pires. Il avait déjà vu des trucs bien pires. Elle se demandait vraiment comment il pouvait rester avec une fille qui se faisait poursuivre par des monstres dans son sommeil, qui n’était pas capable de se regarder dans la glace, qui ne pouvait pas faire cuire un gâteau. « Je… » Elle se racla la gorge, ne sachant pas par où commencer. Rave s’arrêta un instant de marcher, tirant un peu sur sa main pour l’approcher d’elle. Ils ont déjà été plus proches. Ils ont déjà été dans le même lit. Elle voulait se coller contre son torse, mais alors il ne pourrait pas lire sur ses lèvres. Elle n’avait pas vraiment envie de parler, mais il le fallait. Parce qu’il fallait dire les choses, sans quoi elles nécrosaient, elles pourrissaient en vous et cela ne faisait que pourrir les relations, par la même occasion. Elle resta là, plantée devant lui, baissant un peu la tête mais pas trop quand même, ne sachant pas s’il pouvait voir ses lèvres – s’en moquant peut-être un peu, car elle avait juste besoin de le dire à voix haute, pour bien ancrer les choses, comme elle avait pu le dire. « Comment dire… Tu es le premier garçon qui s’intéresse à moi. » Bon, c’était déjà un bon début. « Je ne sais pas comment faire, je ne sais pas comment ça se passe. Je ne suis juste… pas douée pour ça. Tu vois… T’es pas obligé… Pas obligé que je te plaise dans ce sens-là. On peut juste rester amis. Parce que… » Alors qu’elle chérissait les mots, trouvait en eux la mélodie du bonheur, ils semblaient fuir sous elle à ce moment-là, s’échapper, coller contre ses dents, contre son palais, se retirer de son cerveau pour ne laisser que la place au vide. « Je t’ai dit que tu me plaisais mais ce n’était pas la peine de me répondre si vite… Ça n’appelait même pas forcément de réponse. C’était un sentiment. Juste… Voilà. Ce que je ressens. Ça n’a pas besoin d’être… Comme ça ? dit-elle en lui montrant leurs doigts entrelacés. Enfin, ça peut l’être si tu en as envie mais… » Elle grogna, parce qu’elle ne savait pas comment dire les choses et que ça l’agaçait. Elle se sentait frustrée d’avoir tant de choses qui tournoyaient en elle sans que ça ne puisse sortir en un discours cohérent. Elle fit des petits cercles concentriques de son pouce dans la paume d’Angus, alors que leurs doigts restaient inconcevablement ensemble. Elle s’occupait toujours les doigts quand elle était stressée. Sauf qu’elle ne pouvait rien faire du pli de sa robe pour le moment. Elle sentait que des larmes de rage commençaient à monter. Elle battit des paupières, les chassant rapidement. « Je ne sais pas ce que je suis censée faire, Angus. » Rave baissa la tête, penaude, un peu au bord de la panique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Mar 26 Juil - 23:43

— J’ai vu un bar sympa tout à l’heure. Y’avait du vert partout, je crois que c’était irlandais. Ca te dirait ?
— Carrément, si ça te tente. Je te suis !


Elle parle un peu. Ca le soulage, mais c’est pas encore tout à fait ça.
Finalement, Raven ralentit la cadence, jusqu’à qu’ils s’arrêtent au milieu du trottoir. Angus finit par s’arrêter aussi et il se retourne vers la jeune femme.

— Je…

Elle se racle la gorge. Angus l’écoute, s’il peut, attentivement. Il la tire vers elle, alors il s’approche. Angus n’a pas l’air d’être dérangé par cette proximité soudaine.

— Comment dire…  Tu es le premier garçon qui s’intéresse à moi. Je ne sais pas comment faire, je ne sais pas comment ça se passe. Je ne suis juste… pas douée pour ça. Tu vois… T’es pas obligé… Pas obligé que je te plaise dans ce sens-là. On peut juste rester amis. Parce que…
— Je me sens pas obligé. C’est un fait : tu me plais, et j’ai envie d’être avec toi, de te tenir la main, de stopper tes cauchemars et tellement d’autres choses. Je ne peux pas m’empêcher de vouloir tout ça. Et je ne veux pas prendre qu’un tout petit bout de toi. Je veux tout. Même tes défauts, je les aimes. Je peux pas te dire pourquoi, je ne comprends pas non plus.


C’est un peu décousu, mais il comprend, il pense. Elle n’a pas d’expérience, il en a. Raven a peut-être peur qu’il soit juste en train de profiter d’elle. Angus a à peine le temps de se rendre compte à quel point ses sentiments sortent de sa bouche sans qu’il puisse maîtriser quoi que ce soit. Il ne maîtrise plus rien de toute façon. Il était persuadé de beaucoup de choses sur lui, mais Raven a vite fait d’arriver et de contredire tout ce qu’il croyait sur lui.

— Je t’ai dit que tu me plaisais mais ce n’était pas la peine de me répondre si vite… Ca n’appelait même pas forcément de réponse. C’était un sentiment. Juste… Voilà. Ce que je ressens. Ça n’a pas besoin d’être… Comme ça ? Enfin, ça peut l’être si tu en as envie mais…
— J’avais peur que tu m’évites en croyant que ce n’était pas réciproque. Je voulais pas te laisser partir comme ça. T’aurais été triste, peut-être, et moi aussi. Et oui, j’aurais envie que ça soit comme ça, mais toi, de quoi est-ce que tu as envie ?


Elle désigne leurs mains. Raven bouge son pouce contre sa paume, et il apprécie, bien que ça soit une manière pour elle d’évacuer le stress. Lui, ça l’apaise, étrangement.

— Je ne sais pas ce que je suis censée faire, Angus.

Raven baisse la tête, un peu embarrassée, semble-t-il. Il lâche sa main pour glisser délicatement ses doigts contre ses joues, relevant son visage vers lui. Il essaye de la rassurer, de trouver les bons mots. Il pose son front contre le sien, réfléchit un peu avant de murmurer, assez fort pour qu’elle puisse entendre mais pas les autres.

— C’est pas grave. Moi non plus je ne savais pas au début, même maintenant, je ne sais pas toujours. Tu n’as pas besoin de savoir, de te torturer l’esprit avec ça. Il suffit juste que tu te laisses porter par ce que tu ressens. Si tu veux faire quelque chose, fais-le. A part si tu as pour projet de me tuer, évite, s’il te plaît. Mais… on a pas besoin de se presser, ni de faire comme les autres. Je ne veux pas une petite-amie parfaite. Tu peux m’arrêter si ça ne te convient pas. Tu peux me demander, aussi. Je suis prêt à tout entendre. Je ne vais pas fuir, plus maintenant.

Il espère que ça la rassure un peu, que ça l’apaise. En parlant, il caresse ses joues avec ses pouces. Il lui laisse un peu de temps pour se calmer, avant de demander :

— Tu te sens un peu mieux ?


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Mer 27 Juil - 13:03

Spoiler:
 

« Je me sens pas obligé. C’est un fait : tu me plais, et j’ai envie d’être avec toi, de te tenir la main, de stopper tes cauchemars et tellement d’autres choses. Je ne peux pas m’empêcher de vouloir tout ça. Et je ne veux pas prendre qu’un tout petit bout de toi. Je veux tout. Même tes défauts, je les aime. Je ne peux pas te dire pourquoi, je ne comprends pas non plus. » Rave ne savait pas si elle devait trouver ça rassurant. Aimer quelqu’un, ça voulait dire gommer ses défauts. Ne pas voir l’autre comme il était réellement. N’était-ce pas se tromper ? Fausser l’image, au risque d’être déçu ensuite ? Elle se posait peut-être trop de question. Ca, c’était censé la rassurer. Elle préféra se concentrer sur les parties qu’elle comprenait, qu’elle arrivait à assimiler. Elle aurait tout le temps du monde pour se poser des questions existentielles, mais plus tard. Elle remarqua que c’était l’une des premières fois que le garçon parlait autant en étant sérieux. Ca devait être assez important pour lui, alors. « J’avais peur que tu m’évites en croyant que ce n’était pas réciproque. Je ne voulais pas te laisser partir comme ça. T’aurais été triste, peut-être, et moi aussi. Et oui, j’aurais envie que ce soit comme ça, mais toi, de quoi est-ce que tu as envie ? » Il désigna leur main, avant de poser une main sur sa joue, caressant sa mâchoire de son pouce. C’était doux, et rugueux à la fois. C’était agréable. Mais ça irradiait de chaleur, comme lorsqu’elle devenait rouge pivoine. De quoi est-ce qu’elle avait envie ? Il ne fallait pas lui poser ce genre de questions. Elle tourna simplement un peu la tête, pour que lèvres touchent la paume de la main d’Angus, et y déposa un baiser. Elle avait l’impression que des millions de fourmis courraient sous sa peau. Elle était à la fois embarrassée, embarrassée qu’ils se touchent comme ça, mais aussi rassurée, un peu. Curieuse, aussi – on ne la changeait pas. Le front d’Angus se posa sur le sien.

« Ce n’est pas grave. Moi non plus, je ne savais pas au début, même maintenant, je ne sais pas toujours. Tu n’as pas besoin de savoir, de te torturer l’esprit avec ça. Il suffit juste que tu te laisses portes par ce que tu ressens. Si tu veux faire quelque chose, fais-le. A part si tu as pour projet de me tuer, évite, s’il te plait. » Elle ne put s’empêcher de soupirer et de lever les yeux au ciel, une fois de plus, sans pour autant s’empêcher de sourire. « Mais… on n’a pas besoin de se presser, ni de faire comme les autres. Je ne veux pas une petite-amie parfaite. » Une décharge électrique remonta le long de son dos. « Alors je suis ta petite amie maintenant ? » Rave elle avait besoin des mots, pour savoir quoi mettre où. C’était idiot, car ça revenait à mettre les choses dans des petites cases, à se relier aux mots plutôt qu’aux sensations, mais pour le moment elle pataugeait trop pour penser à faire autrement. « Tu peux m’arrêter si ça ne te convient pas. Tu peux me demander, aussi. Je suis prêt à tout entendre. Je ne vais pas fuir, plus maintenant. » Elle eut envie de lui demander ce qu’il entendait par « plus maintenant », mais elle préféra se glisser dans ses bras, poser sa taille contre son torse, et écouter son cœur battre. C’était la chose qu’elle préférait au monde. Elle avait l’impression d’entendre la personne vivre, et de pouvoir suivre le fil de ses pensées. Un petit moment passe, avant qu’Angus ne reprenne. « Tu te sens un peu mieux ? » Elle s’écarta de lui, remettant un peu d’ordre dans ses cheveux indisciplinés, occupant doigts par la même occasion. « Oui, ça va. Désolée. » Après en avoir terminé avec ses longs cheveux bruns, elle reprit la main d’Angus, appliquant une nouvelle touche d’illusion sur son œil qu’elle avait légèrement délaissé avec toutes ces émotions. « C’est aussi la première fois que je vais boire, dit-elle finalement. J’ai encore beaucoup de premières fois à découvrir. » Elle préférait le mettre au courant. Parce qu’autant les symphonies, les sagas, les neurones n’avaient aucun secret pour elle… Autant tout ce qui avait attrait à la vie sociale… C’était pas ça. « Si tu trouves ça trop bizarre à un moment donné… Je comprendrais. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Angus Blackburn
le Jeu 28 Juil - 1:47

Spoiler:
 

Alors qu’il pose sa main contre sa joue, Raven tourne légèrement sa tête pour l’embrasser. Son cœur rate un battement, le rouge lui monte un peu aux joues, et il regrette un peu de ne pas être illusionniste pour pouvoir le cacher. Elle soupire et lève les yeux au ciel quand il essaye de plaisanter un peu pour la détendre. Et puis elle sourit.

— Alors je suis ta petite amie maintenant ?
— Si tu le veux.


Il sourit à son tour, même c’était plus pour dire que pour lui demander de sortir avec lui. Ceci dit, ça l’arrange qu’elle pose la question. C’est pas comme s’il ne voulait pas. Elle se glisse entre ses bras et Angus l’entoure de ses bras. L’une de ses mains se glisse dans les cheveux de Raven. Son cœur bat un peu vite, mais rien de très inquiétant. Ils sont un peu hors du temps, insouciant du monde qui les entoure. Et il se sent heureux, mais un peu bêtement. Mais ça lui correspond peut-être un peu.
La jeune femme finit par se séparer de lui et remettre un peu d’ordre dans ses cheveux. Il fixe ses lèvres, guettant une réponse qui ne tarde pas à venir.

— Oui, ça va. Désolée.
— Y’a pas de problèmes.


Son illusion vacille pendant quelques secondes avant de se stabiliser de nouveau. Ses doigts retrouvent les siens à nouveau et Angus serre ses doigts, pas trop fort.

— C’est aussi la première fois que je vais boire, dit-elle. J’ai encore beaucoup de première fois à découvrir.
— Il faut un début à tout, à ce qu’il paraît !


Il sourit davantage. Angus n’a pas l’air plus inquiet que ça à l’idée que Raven soit confronté à tout un tas de première fois. Et il voudrait être là pour beaucoup d’entre elles. Il voudrait qu’elle soit heureuse, autant que possible. Avec des hauts et des bas, bien sûr, parce que c’est inévitable, mais le plus possible. Assez heureuse au moment où elle fait un bilan de sa vie.

— Si tu trouves ça trop bizarre à un moment donné… Je comprendrais.
— Pourquoi ça serait bizarre ?


Lui ne semble pas réfléchir autant, et il semble aussi n’en avoir rien à faire, aussi. Pas dans le sens où peu lui importe, au contraire ; c’est juste que ça ne le dérange pas plus que ça.

— La normalité c’est pas forcément très intéressant de toute façon. Tu trouves que je suis normal ?

Petit à petit, l’ambiance semble s’alléger. Du moins, du point de vue d’Angus, ce qui lui permet de plaisanter un peu, sans pour autant être lourd. Il se remet à marcher, tranquillement, entraîne doucement Raven. Il n’a pas vraiment envie que cette sortie se termine. Ceci dit, ils se verront peut-être le lendemain, donc il se console avec ça. Il n’a pas envie d’être collant, surtout quand il n’aime pas tellement avoir quelqu’un dans ses pattes tout le temps. Il a besoin de ses moments de solitude, ou du moins, des longs moments de silence.


©️ OMEGA
if you wanna break these walls down, you're gonna get bruised.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Invité
le Jeu 28 Juil - 20:28

« Pourquoi ça serait bizarre ? – Bin je ne sais pas. Socialement parlant je sais juste que ça peut paraître étrange. D’autres auraient demandé ce que j’ai fait de ma vie. » Elle s’esclaffa, parce que lorsqu’elle faisait le tableau de ce qu’elle avait vraiment fait, étrangement elle préférait ce qu’elle voyait. Certes, d’autres avaient coché se prendre une cuite, avoir fait un treesome, s’être drogué, sauf qu’elle elle savait jouer du violon, du piano et ses professeurs l’encourageaient de plus en plus à se spécialiser dans une branche médicale. Ca lui convenait. Mais elle pouvait comprendre que ça ne conviendrait pas à tout le monde. Beaucoup pensaient que la vie se résumait à boire, faire la fête, et autres si affinités. Pas Rave. « La normalité c’est pas forcément très intéressant de toute façon. Tu trouves que je suis normal. » Etait-ce une question piège ? « Si je te dis que tu es normal, comme tu viens de dire que ce n’était pas intéressant, je t’insulte. Et si je te dis que tu n’es pas normal, je mens. Je suis coincée. » Elle lui sourit – la normalité n’avait rien de mauvais pour elle. Elle aurait aimée être normale, d’ailleurs, dans le sens où, peut-être que son adolescence aurait été plus simple. Angus était sourd, c’est vrai, mais tout comme elle, il avait opéré un réel travail de caméléon pour pouvoir masquer ça aux yeux de tous. Sinon, pourquoi faire attention à ne pas avoir d’accent étrange lorsqu’il parlait ? Elle se doutait que ce n’était pas venu naturellement et que des heures de travail précédaient ce genre de prouesse. Elle en venait complètement à oublier son handicap – ou alors seulement parce qu’elle n’était pas des plus attentives.

Ils remontèrent lentement la rue, s’arrêtant finalement devant le bar qu’elle avait repéré. Lorsqu’elle se glissa à l’intérieur, ses doigts toujours entrelacés entre ceux d’Angus, elle adopte directement le lieu. La lumière était certes tamisée mais ils pouvaient voir où ils allaient, la musique était dans ses goûts musicaux mais pas trop forte afin qu’ils puissent s’entendre, et il y avait des banquettes en cuir comme elle les aimait. Ses yeux se posèrent sur de larges panneaux au-dessus du bar où se tenaient des rangées de bouteilles colorées. La liste de boissons était trop longue pour qu’elle puisse se décider. Et elle ne savait même pas ses goûts. Etait-elle plus vodka ou plutôt whisky ? Baileys ou mojito ? « Tu prends quoi ? lui souffla-t-elle, un peu perdue. » Son regard fut attiré par la commande de la personne précédente. Ca s’appelait un scaphandre apparemment. Dans un grand verre fuselé, il y avait une bière goût caramel avec un shot de whisky au fond. Plus on buvait la bière et plus le whisky se déversait dans la boisson. Raven hallucina un peu devant la complexité de la chose mais salua l’ingéniosité du gars qui avait inventé ça. « Est-ce que tu peux commander pour moi s’il te plait ? Surprends-moi. Je vais nous chercher une table. » Effectivement, derrière eux se pressait déjà un groupe de jeunes et Raven avait repéré un coin qui lui plaisait bien. Glissant entre les clients, elle se fraya un chemin jusqu’à un petit recoin, une table avec une banquette rouge, avec des coupures de journaux sous verre au mur. Avide de lecture, la jeune femme regarda les articles de presse, curieuse de voir de quoi ils parlaient.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Message Re: RAGUS III | Une touche de sucré. posté par Contenu sponsorisé
le

Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une touche de déco
» eau de mer sucré
» Touche pas à ça malheureux !
» premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
» Bloqué sur la touche "↑"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are Powerful :: Topics de jeu terminés-