AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
You want me to trust you? Then make me. (Melody & William)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

darkness is a strength

J'ai actuellement : 19 ans Posts : 301 Un petit secret sur moi : J'aime pas parler de moi. Donc si vous voulez savoir quelque chose, => ma fiche ^^

... Je suis juste un petit peu gourmande


Avatar : Chrissy Costanza
Crédits : Avatar par BesideTheCrocodile
Pseudo : Luny
Sur YAP depuis le : 05/11/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Melody Kaÿriteh
le Jeu 10 Nov - 21:46

You want me to trust you ? Then make me.

Melody & William


3 mai 2033

Une fois de plus, Melody marche à pas pressés. Elle ne compte plus le nombre de fois où, pour éviter de se faire embêter, elle s'est enfuie, cherchant le réconfort dans la solitude et ses livres. Elle ne fait même plus attention au chemin qu'elle suit, elle l'a emprunté tant de fois pour échapper aux brutes qui ne veulent qu'une chose, se défouler. Et, apparemment, ils trouvaient en elle la cible parfaite.

En réalité, elle ne savait même pas si c'était ces personnes-là qui la cherchaient. A vrai dire, cela faisait trois fois en l'espace de deux semaines qu'elle sentait qu'on la cherchait. Comment elle le savait, elle n'en avait aucune idée. Elle en avait juste l'intime conviction. Ca, et les ombres qui la suivaient à chacun de ses pas que quelqu'un voulait la localiser. Alors elle ne réfléchissait pas plus. Après tout, elle n'était qu'une orpheline ayant été abandonnée dans l'une des rues de Houston, alors pourquoi quelqu'un irait s'embêter à prendre de ses nouvelles?
Non, les seules fois où on la cherchait, ce n'était jamais pour quelque chose de sympathique. En général, cela se finissait par des "Mel', t'as pas dix euros steuplait, j'ai plus de thunes pour acheter mon paquet de clope", ou autres phrases du même type. Sauf qu'elle était parfaitement consciente que ce n'étaient que des tentatives pas très subtiles de lui prendre son argent de poche mensuel. Et elle ne pouvait pas répliquer, poids plume qu'elle était.

S'appuyant sur l'impression que l'ombre lui renvoyait, elle vérifia qu'elle n'était plus suivie avant de pousser la porte de bois. Cette salle, située dans l'une des ailes les plus recluses de l'orphelinat, était inconnue de tous, et c'était tout à fait par hasard qu'elle l'avait découvert. Une ancienne pièce, où les plafonds en arche du bâtiment étaient encore visibles.

Ce lieu avait le don de l'apaiser et de l'inspirer. C'est pourquoi, tout en sortant son cahier et son crayon favoris, elle commença à écrire et réfléchir à qui pouvait bien lui vouloir des noises. Depuis son coup d'éclat au lycée, plus personne ne s'approchait d'elle et elle profitait pleinement de sa solitude et de sa tranquillité. Ce qui, d'ailleurs, l'inquiétait d'autant plus. Il pouvait tout à fait s'agir d'une vengeance, de quelqu'un qui connaissait celui qu'elle avait épinglé au mur comme une mouche. Elle était sûre que ce n'était pas lui en personne, à cause du regard terrorisé qu'il lui avait lancé ces deux dernières semaines.

Elle mordilla son crayon. En plus, il ne s'agissait pas de la même présence, celle-là était beaucoup plus… comment dire, imposante? Elle avait l'étrange impression qu'elle prenait plus de place dans l'ombre, ce qui était absurde. D'ailleurs, elle ne comprenait pas comment elle pouvait ressentir ces choses-là. Après tout, ce n'étaient que des légendes non?

Melody secoua la tête. Bien sûr que ce n'était que des légendes, sinon tout le monde en aurait entendu parler. Mais cette présence l'inquiétait beaucoup plus. Elle avait remarqué que, plus la présence était forte, plus le risque que le règlement de compte implique des coup qui lui laisserait des bleus, des coupures voire des côtes fêlées était important. Alors, elle fuyait. Pour ne pas être blessée, mais pour ne pas blesser non plus. Elle avait remarqué que, lorsqu'elle était en danger, l'obscurité avait tendance à se rassembler autour d'elle. Une fois, elle avait même eu l'impression que…

La vieille porte grinça soudain. En une fraction de seconde, elle remarqua que c'était celui dont la présence l'avait effrayé qui passait la porte. Et les ombres échappèrent à son contrôle, sans qu'elle ne puisse rien faire pour les en empêcher. Elle espéra juste que, qui que soit cet homme, il n'était pas a) là pour la frapper ou se venger et b) capable d'éviter l'obscurité rampant vers lui à toute allure.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Invité
le Jeu 10 Nov - 23:51


You want me to trust you? Then make me
William et Melody

À nouveau William pénétra dans l’orphelinat, il n’aimait pas ce lieu et comprenait pourquoi il avait tant de mal à mener sa mission à bien. C’était la troisième fois qu’il venait à la rencontre de la jeune Melody, son lui avait été donné par la responsable de l’établissement. Elle l’avait décrit comme une jeune fille timide, discrète et solitaire qui préfère se terrer à la bibliothèque plutôt que de fréquenter les autres enfants de l’orphelinat. Au cours des deux premières visites en ce lieu, William avait pu voir la manière de vivre des enfants d’ici, livré à eux même, peu de surveillance et les plus âgés martyrisant les plus jeunes et les plus faibles. Si la description de la vieille femme était juste, alors Melody devait se caché quelque part pensant qu’un ces autres enfants lui voulaient du mal. Le jeune homme trouvait plutôt étrange qu’elle disparût à partir du moment où il s’approchait de la bâtisse, comme si elle sentait le danger venir ou comme si on l’avait averti de sa présence.

Passant par le hall d’entrée, il jeta un coup d’œil vers le salon où quelques enfants se trouvaient, il remarqua une scène qui lui confirma ses doutes quant à cet endroit. En effet, il avait sous les yeux deux adolescents brutalisant un enfant de deux ou trois ans leur cadet, sans doute pour lui prendre le peu d’argent de poche qu’il devait avoir. Il aperçut la vieille dame s’approchait d’eux d’un air sévère, mais une fois celle-ci parti  les enfants recommençaient comme si de rien n’était. William secoua la tête d’un air désolant, il ne pouvait rien faire, ce n’était pas son affaire et il avait une mission à accomplir.
Tous les habitants de cet orphelinat étaient en danger tant que Melody resterait ici. Il ne connaissait pas l’étendue de ses capacités, ni quel pouvait en être ses caractéristiques, mais une chose était certaine, peu importait le pouvoir qu’elle avait, les humains normaux ne devaient pas être mis au courant de l’existence des mutants, et pour que cela reste le cas dans cet orphelinat, il devait trouver Melody. Et cette fois-ci il ne partirait pas tant qu’il ne lui aurait pas parlé. La responsable lui avait affirmé qu’elle n’avait pas quitté l’établissement, qu’il n’y avait pas d’autres moyens de partir que de passé par la porte principale, mais William savait qu’un adolescent était toujours plein de ressource et que si la jeune fille voulait quitter cet endroit elle y arriverait. Mais au fond de lui, il avait le pressentiment qu’elle était toujours là quelque part.

Montant les marches menant à au premier étage, William prit la direction de l’aile ouest du bâtiment, plus par instinct qu’à cause d’un sens aigu de la déduction, mais il avait cru comprendre que la bibliothèque se trouvait par là-bas. Il pénétra dans la pièce pleine de livres, il resta un petit moment dans cette salle restant attentif au moins trouble qui pourrait trahir la présence de Melody, mais rien.
Il finit par quitter la bibliothèque pour se retrouver à nouveau dans ce sombre couloir. Il marcha encore un peu sans réellement savoir où il allait, mais finit par arrivée devant une porte, il n’entendait plus un bruit, le lieu était tellement éloigné du centre d’activité de l’orphelinat que l’on entendait plus les voix et les cris des autres enfants vivant ici. N’ayant rien à perdre à fouiller cet endroit, il décida de pousser la porte et de pénétrer dans ce nouveau lieu. Il n’entendait pas un seul bruit filtre de cet endroit, un silence total. Pour tout dire c’était même trop silencieux.
Mais il n’eut pas le temps de faire le panorama de la pièce qu’il capta soudainement un mouvement sur le sol, une forme noire, un animal peut être, non c’était autre chose, ça se fondait dans l’ombre et ça venait droit vers lui.

Ne cherchant pas à savoir ce que c’était, il avait la certitude que ce n’était pas animal ni organique à vrai dire. C’était une ombre, une ombre mouvante. Il leva la main en direction de l’ombre et une lumière blanche apparut dans sa main. L’espace d’un instant, la pièce fut illuminée de mille feux, le temps pour le projectile de plasma de venir heurter dans une explosion de lumière l’ombre mouvante. Il vit alors l’ombre fuir à l’opposé de William, la suivante du regard il tomba alors sur un visage quelque peu étonné, peut-être un peu apeuré. Mais ce visage ressemblait à la description que lui avait la responsable.

« Melody ? N’aie pas peur. »

Un sourire bienveillant sur le visage, les paumes en avant pour montrer qu’il ne lui voulait pas le mal, il s’approcha lentement de la jeune fille.

« Je m’appelle William Sullivan et j’aimerais te parler si tu le veux bien. »

Il s’avança encore devant le silence de la jeune fille, il savait ce qu’il avait à faire, mais il préférait lui laisser la parole. Sans doute avait-elle des questions, sur sa présence ici et surtout sur cette étrange lumière dont il était le responsable. Il répondrait à toutes se questions, il devait gagner sa confiance avant de lui parler du Centre et de lui demander de l’y suivre afin qu’elle soit en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

darkness is a strength

J'ai actuellement : 19 ans Posts : 301 Un petit secret sur moi : J'aime pas parler de moi. Donc si vous voulez savoir quelque chose, => ma fiche ^^

... Je suis juste un petit peu gourmande


Avatar : Chrissy Costanza
Crédits : Avatar par BesideTheCrocodile
Pseudo : Luny
Sur YAP depuis le : 05/11/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Melody Kaÿriteh
le Ven 11 Nov - 9:20

You want me to trust you ? Then make me.

Melody & William



Lorsqu'elle vit l'ombre se précipiter, elle tenta par tous les moyens de la retenir, mais se rendit compte qu'elle n'avait plus aucune prise sur elle.

L'instant d'après, une lumière éclatante envahissait la pièce et Melody dut fermer les yeux. Ayant pris l'habitude de rester dans la pénombre, car trouvant du réconfort dans la présence de l'obscurité, ses yeux n'étaient plus accoutumés à la forte luminosité. Lorsque celle-ci s'atténua, elle vit un homme d'une trentaine d'année se tenant devant la porte. Si en lui-même il n'avait pas l'air très menaçant, elle n'en ressentit pas moins une peur irraisonnée. En effet, elle avait aperçu du coin de l'œil la forme s'ombre s'enfuir à toute allure et elle n'avait qu'une envie, faire de même. Sauf que voilà, l'étranger se tenait devant la seule porte de sortie, et elle n'avait jamais pensé à trouver une issue de secours. A quoi bon, puisque, d'ordinaire, elle était toujours la seule ici?

Très vite cependant, son irrépressible curiosité commença à prendre le dessus. D'où venait cette lumière, était-ce lui qui l'avait générée? Etait-il possible qu'il soit comme elle?

« Melody ? N’aie pas peur. »

Elle se retint de lever les yeux aux ciels. Elle ne savait pas qui il était, ni ce qu'il lui voulait. Alors il pouvait lui dire tous les "n'aie pas peur" qu'il voulait, elle n'était pas pressée de sortir du coin. Malgré le sourire qui se voulait gentil et les paumes en avant. La dernière fois qu'elle avait espéré quelqu'un de vraiment sympathique, cette personne s'était présentée exactement de la même manière. Autant dire que cela n'avait pas bien fini puisque, lorsqu'elle s'était approchée, elle avait été projeté contre un énième casier. Certes, c'était un autre adolescent, alors que l'homme qui lui faisait face était un adulte. Mais, elle avait appris à ne pas compter sur eux non plus car, la plupart du temps, ils tournaient la tête et faisaient semblant de ne rien voir.

« Je m’appelle William Sullivan et j’aimerais te parler si tu le veux bien. »

Ca, c'était nouveau. Personne ne s'était jamais intéressé à elle, du moins pour parler. Elle le regarda avec méfiance faire encore quelques pas vers elle. Certaines fois, elle avait l'impression d'être une pauvre biche traquée sans relâche dans les bois par d'impitoyables chasseurs sans âmes. A cet instant, elle avait plus l'impression d'être un lapin pris dans les phares d'une voiture. Puis, elle se dit qu'elle allait arrêter avec ses métaphores bizarres. Elle attendit qu'il reprenne la parole. Melody n'aimait pas parler, et elle n'était pas sûr de savoir encore le faire d'ailleurs, passant le plus clair de son temps seule et dans le silence. Elle n'aimait pas parler d'elle non plus, puisque lorsqu'elle laissait sa vraie personnalité ressortir, celle d'une jeune fille plutôt enjouée et très bavarde, les autres precevaient ça comme une faiblesse. Alors déjà qu'on lui menait la vie dure, elle n'allait pas leur donner une autre occasion de s'amuser à ses dépends.

Mais, voyant qu'il ne répondait pas elle maudit sa curiosité. Elle voulait savoir ce qu'était cette lumière, qui était cet homme – même si il lui avait donné son nom – et ce qu'il lui voulait. Cette soif de connaissance voulait avant tout comprendre ce qui venait de se passer, aussi bien pour l'ombre que la lumière. Dans un petit coin de son esprit, la partie débordante d'imagination se mit à imaginer des scénarios plus loufoques les uns que les autres, et pensa que tout cela ferait une magnifique histoire entre les deux opposés. Peut-être la personnification des deux? Et si…

Elle secoua la tête, se rendant compte qu'elle était encore partie dans la lune. William avait toujours les yeux fixés sur elle, et cela commençait à devenir inquiétant. Elle reprit donc la parole, et du s'y reprendre à plusieurs avec une quinte de toux entre chaque, sa voix rendue rauque par le manque d'exercice, car elle n'avait même plus l'envie de chanter, cela pouvant la faire repérer.

« Et pourquoi voudriez-vous cela? Je ne suis qu'une simple fille de cet orphelinat. Je n'ai pas de problèmes ni rien, j'aime ma solitude. »

Elle ne pouvait s'empêcher d'être méfiante, et elle n'allait certainement pas lui dire que les autres adolescents se servaient d'elle comme d'un défouloir, même si, pour un œil averti, les bleus sur ses poignets parlaient amplement. Mais elle n'avait pas envie d'aggraver son cas en balançant ceux qui la brutalisaient, car les représailles, même si rien ne se passait contre eux, allaient être terribles. Elle ne put s'empêcher de continuer d'une petite voix.

« Et c'était quoi cette lumière? »


Couleur de police :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Invité
le Ven 11 Nov - 11:43


You want me to trust you? Then make me
William et Melody

Il voyait l’hésitation dans ses yeux, il connaissait ce sentiment pour l’avoir vu souvent. Les marques sur les poignées de la gamine lui indiquèrent que son intuition était la bonne. Si voir les enfants au rez-de-chaussée lui avait montré ce qu’il se passait réellement dans cet orphelinat, il comprenait encore plus maintenant pourquoi elle cherchait à fuir à chaque fois qu’il se présentait.
Il préféra rester à une certaine distance, non pas pour sa sécurité, mais plutôt pour ne pas effrayer la jeune femme. Il avait capté son attention, mais cela ne durerait pas et elle tentait à nouveau de fuir comme certains le faisaient parfois, à moins que la curiosité soit plus forte.

Lorsqu’enfin elle ouvrit la bouche, il perçut une certaine difficulté à s’exprimer. William savait que c’était difficile de faire face à l’inconnu, mais parfois comme dans le cas présent la peur pouvait faire place à la recherche de savoir, dans certain milieu l’information était signe de survie, mais peut être que c’était le cas dans cet orphelinat, même s’il en doutait. Non, elle était curieuse, mais c’était aussi une forme de survie pour elle, peut être cherchait-elle un moyen de combattre ses démons, qu’il s’agisse de son pouvoir qui lui fait peur ou bien des autres enfants cruels, si un moyen existait de ne plus être sous la coupe d’autres, sans doute la saisirait-elle.
William parut néanmoins étonnait par sa réponse. Pourquoi cherchait-il à lui parler ? Que cette question vienne sur le tapis c’était normal, mais la suite le laissé perplexe. Voulait-elle se protéger en disant cela, elle ne pouvait mentir, pas avec les marques qu’elle avait sur elle. Ou était-ce cette soudaine attention la concernant qu’elle questionnait ? La solitude était un mot qu’il connaissait que trop bien, ayant vécu avec bien longtemps, il en avait fait son ami et aujourd’hui il venait méditer en sa compagnie. Mais dans le cas cet enfant,  il se demandait si cette solitude ne lui avait pas été imposée, ou bien ce l’était-elle imposé à elle-même, un moyen de fuir les autres enfants, de se protéger de leurs mots, de leur violence. Mais étrangement la dernière question fit sourire William. Beaucoup voyait son pouvoir comme une source de lumière sans prendre garde à la puissance destructrice dont il était capable.

Il s’approcha de quelques pas, mais se décala sur le côté, laissant apercevoir la porte à la jeune femme. Il ne voulait pas la retenir, il voulait qu’elle comprenne qu’il ne lui voulait pas de mal et que si elle voulait partir il la laisserait faire.

« Pourquoi ? Je suis sûr que tu connais la réponse. Mais laisse-moi te dire que tu n’es pas une simple fille. Tu n’es pas sans problèmes et le nier ne les fera pas disparaitre, mais je ne suis pas là pour ça. » Il marqua une petite pause, leva sa main, paume ne l’air, devant la jeune femme. « Tu voulais savoir ce qu’était cette lumière, et bien elle est pour moi ce que sont les ombres pour toi. Mais ce n’est pas de la lumière. »

À nouveau la lumière blanche apparut à nouveau dans sa main, mais dans sa paume se trouvait alors une petite sphère blanche, constituée de plasma,  elle produisait de la chaleur, une très forte chaleur, bien trop chaude pour pouvoir la supporter bien longtemps, William était habitué et ne craignait pas cette chaleur qui émanait de son corps. Lorsque la lumière disparut à nouveau l’obscurité s’empara à nouveau de la pièce.

« Tu n’es pas seule. Il y en a d’autres comme nous, chacun à ses propres facultés. Je dois dire que c’est la première fois que je vois quelqu’un capable de contrôler les ombres, ou du moins réussir à avoir une influence dessus. »

Accroupi à côté d’elle, il s’assit complètement sur le sol, prenant ses aises. Il avait capté son attention, et voulait continuer à se montrer amical. Il ne cherchait pas à la duper ni rien du genre, mais la perspective du Centre était parfois dure à avaler pour de jeune esprit, surtout quand on a souffert toute sa vie.

« Je viens d’un endroit où tout le monde est comme nous, ou presque, il y a bien quelques humains normaux, mais la majorité est comme toi et moi. C’est là-bas que j’ai appris à contrôler mon don, comme tu pourrais le faire à ton tour. »

Il se tut alors, préférant laisser cette information être accepté par Melody, il savait qu’elle aurait des questions, que ce soit sur les autres mutants ou bien sur le Centre. Il avait délibérément omis de donner le nom de l’organisation et de trop en parler, il voulait que les questions viennent de la jeune femme au lieu de tout lui balancer à la figure et qu’elle prenne peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

darkness is a strength

J'ai actuellement : 19 ans Posts : 301 Un petit secret sur moi : J'aime pas parler de moi. Donc si vous voulez savoir quelque chose, => ma fiche ^^

... Je suis juste un petit peu gourmande


Avatar : Chrissy Costanza
Crédits : Avatar par BesideTheCrocodile
Pseudo : Luny
Sur YAP depuis le : 05/11/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Melody Kaÿriteh
le Ven 11 Nov - 13:12

You want me to trust you ? Then make me.

Melody & William



Au moment où elle prononça ces mots, Melody comprit tout de suite qu'il n'allait pas croire un seul des mensonges qu'elle venait de sortir, et cela la fit grincer des dents. D'ailleurs, la réponse de William lui ôta tout espoir quant à la dissimulation. En même temps, elle eut envie d'éclater de rire. D'un rire sans joie, plutôt désabusé. Et si elle 'était pas qu'une simple fille, qu'était-elle alors? Elle s'était posée cette question depuis de nombreuses années, et elle n'avait pas encore trouvé la réponse.

Elle ne niait pas ses problèmes, elle n'aimait pas les partager. Nuance. En sachant que, qu'elle les nie ou pas, qu'elle en parle ou non, rien ne changerait à sa vie. Elle ne s'était jamais confiée, et ce n'était certainement pas maintenant qu'elle allait commencer. Durant ces années, la confiance que Melody pouvait accorder aux autres avait diminué, jusqu'à n'être plus qu'infime. Résultat, une solitude assumée, qu'elle avait finie par apprécier, seule compagne de ses jours.
Mais ce rire ne sortit pas. En effet, l'homme s'était décalé de la porte, comme pour lui laisser le champ libre si elle voulait partir. Etrangement, cela la rassura un peu. Certes, elle n'était pas certaine que cela allait bien se terminer, mais jusqu'à présent il n'avait pas faits des gestes pouvant prêter à confusion, ou la laisser croire à une quelconque tentative pour la blesser. Ce n'était pas grand-chose, mais cela faisait tellement longtemps que quelqu'un n'avait pas TOUT fait pour ne pas la faire faire qu'elle décida de rester assise là où elle était.

Elle ne le regretta pas. Fascinée, elle observa William manipuler la lumière. Enfin, rectifia-t-elle toute seule, cela ne pouvait pas être uniquement de la lumière. Même d'où elle se trouvait, c'est-à-dire à quelques pas de distance, elle pouvait ressentir la chaleur intense qui se dégageait de la boule lumineuse flottant quelques centimètres au-dessus de sa paume.

Lorsqu'elle disparut, une tension dont elle n'avait pas conscience disparut de ses épaules, comme si le fait que les ombres aient reflués l'avait stressé. Ce qui n'était pas possible, non? Mais, se dit-elle d'une petite voix, manipuler ce qui semblait être de la lumière ne devrait pas être possible non plus. Elle retint une exclamation stupéfaite lorsqu'il lui apprit qu'il n'était pas le seul à avoir des capacités hors du commun, mais elle se rembrunit en apprenant qu'elle était potentiellement la seule à posséder ce… Don. Elle ne voulait pas sortir de la masse, ne voulait pas se distinguer. Du moins, pour l'instant. Car se distinguer revenait à s'exposer.

William se rapprocha encore, jusqu'à s'asseoir à ses côtés, prenant ses aises. Elle fit appel à toute sa volonté pour ne pas partir en courant. Elle ne se souvenait plus de la dernière fois que quelqu'un s'était approchée d'elle à un tel point, et elle le sentait commencer à empiéter sur son espace vital. Enfin, vu son  quotidien, son espace vital s'étalait à trois mètres d'elle, ce qiu faussait un peu la définition même d'espace vital, mais quand même. Autant dire qu'elle était plus que mal à l'aise.

Cette fois, lorsqu'il reprit la parole, la surprise lui échappa. Il existait un endroit où d'autres gens avec des dons pouvaient évoluer ensemble? Et elle pourrait arriver à maîtriser son don? Cela faisait beaucoup à avaler. Certes, ce qui était arrivé il y a 2 semaines étaient une bénédiction pour elle. Malgré le fait qu'elle soit restée seule et isolée, elle avait prit un peu confiance en elle, consciente que cela la rendait spéciale et qu'elle n'était plus une petite fille sans défenses qui se faisaient marcher dessus.

« Ca me parait difficile à croire. On aurait été courant, non? Je veux dire, je passe mon temps dans la bibliothèque, à lire tout ce qui me passe par la main. Dont les revus scientifiques. C'est pas comme si c'était quelque chose de petit et facile à dissimuler, des gens avec des capacités bizarres  »

En même temps qu'elle parlait, elle se rendit compte que cela lui faisait plaisir. Parler avec quelqu'un, sans craindre que quelque chose arrive en retour, c'était rafraîchissement. La preuve en était sa voix, qui de craintive et basse, pour ne pas aggraver les choses, s'était affermie. Plus elle parlait, plus elle se sentait sûre d'elle. Instinctivement, elle avait plongé la main dans la nappe d'ombre à ses côtés, et s'était mise à la manipuler, comme avec une vieille amie. Un serpent d'ombre s'en détacha et elle le fit tourner entre ses doigts. Elle prit un instant pour profiter de ce calme et de cette quiétude avant de continuer.

« Contrôler mon don, ce serait une bonne idée. D'ailleurs, j'ai une question : est-ce que c'est normal que, l'autre jour, je me suis retrouvée dans une salle du lycée complètement vide alors que l'instant d'avant j'étais encore dans la bibliothèque? Mais, comment ça se passe, si tant est que cela existe vraiment? Parce que, si c'est quelque part comme ici, je ne vous suivrais pas. Dans deux ans, je serais diplômée, et j'ai réussi à obtenir une bourse pour l'université alors, contrôle du don ou pas, je préfère ma tranquillité. »

Elle se tue, les yeux plongés dans l'ombre de sa main. Elle n'osait par contre toujours pas regarder les gens en face, elle avait eu tellement l'habitude de baisser le regard que c'en était devenue une seconde nature. Se faire oublier le plus possible, se fondre dans l'ombre.


Couleur de police :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Invité
le Ven 11 Nov - 14:58


You want me to trust you? Then make me
William et Melody

Il perçut à la fois l’excitation de savoir qu’elle n’était pas la seule à posséder des dons particuliers, mais étrangement elle ne semblait pas aussi enthousiasme quand il lui apprit qu’il n’avait jamais vu d’autres personnes capables de manipulées les ombres. Un désir de paraitre normal ? De se fondre dans la masse ?  Il n’y avait certes pas d’autres personnes ayant ses facultés, mais il en était également le cas pour William et bon nombre d’autres mutants. Il était même plutôt rare que deux mutants aient les mêmes facultés. En cela il n’avait pas été clair avec elle, ou plutôt disons que ça ne lui était pas venu à l’esprit de devoir le spécifier.
Il sentit sa tension lorsqu’il s’assit à côté d’elle, il ne cherchait qu’à la mettre en confiance, il n’avait aucune mauvaise attention, elle n’avait rien à craindre. Mais les vieilles habitudes avaient sans doute la dent dure. Il ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle mit en doute l’existence d’un tel lieu. Il se souvenait que lui-même à l’époque avait eu les mêmes réflexions, mais la situation étant différente, il n’avait pas trop cherché à comprendre, si lui avait eu peur de son don, peur de blesser sa famille et ses amis, elle ne semblait pas préoccupée par tout ça. Il voyait une adolescente à l’esprit assez cartésien, ou du moins qui ne se laissait pas raconter des fables et voulait s’assurer d’elle-même que ce n’était pas une farce.

« En soi tu as raison, ce n’est pas facile de dissimuler notre existence. C’est pour ça que le Centre est là… Oui je te l’accorde ils auraient pu choisir un autre nom. » Il rigola légèrement pour lui-même, il s’était fait cette réflexion il y a longtemps et en avait parfois rigolé avec ses amis. « Le gouvernement américain est au courant de l’existence du mutant, ainsi que les gouvernements des grandes puissances mondiales. Il a été décidé, il y a quelques décennies maintenant, de créer le Centre afin de protéger les mutants, c’est comme ça qu’on nous appelle officiellement, mais également de cacher la vérité aux mondes. Je ne vais pas te dire que c’est facile à dissimuler, mais nous y sommes bien arrivés jusque-là. »

Il avait capté le mouvement de sa main qui plongea instinctivement vers les ombres quand elle parla. C’était fascinant la manière qu’elle avait de modeler ces ombres, elles semblaient si vivantes. Il l’écouta calmement, le ton de sa voix avait changé, elle paraissait plus sûre d’elle, mais à la fois le sens des mots qu’elle choisissait semblait tout de même montrer une certaine peur, encore une fois William mit ça sur la peur de l’inconnu. Il était normal d’avoir des doutes, mais elle semblait quand même intéressée. Il ne lui avait pas encore proposé de l’emmené là-bas que déjà elle y eût pensé.

« En ce qui concerne ce qu’il t’est arrivé cette fois-là, je ne peux pas t’aider, les scientifiques du centre sauront répondre à cette question, enfin, je suppose. Je parle de scientifique, oui eut aussi sont des mutants… Pour la plupart. Ce sont eux qui t’aideront à maîtriser ton don. Il est peut-être unique, mais ne doute pas qu’ils y arriveront. Rares sont les dons qui se retrouvent chez plusieurs individus, je n’ai encore jamais rencontré une personne qui avait le même don que toi, mais je n’ai pas non plus rencontré de personnes ayant le même que moi et pourtant le Centre m’a permis de comprendre et de maitriser cette faculté. »

Il prit quelques secondes pour réfléchir à ce qu’il allait dire. Comment décrire efficacement la vie au sein du Centre ? Il tenta de se souvenir de ce que lui avait l’homme qui l’avait recruté, mais à l’époque cela n’avait pas répondu à sa question. Et dans le cas présent, il pensait savoir quel genre de réponses espérait la jeune fille.

« Disons que le Centre fonctionne un peu comme une université. Les plus jeunes suivent les mêmes cours que dans l’importe quelle institution scolaire. En plus bien sûr d’apprendre à contrôler son don, tu aurais donc la possibilité de finir ton cursus et d’entrer à l’université si tu en as envie. En dehors des cours, la seule contrainte pour ceux qui sont encore mineurs est le couvre-feu de minuit. Là-bas tu n’aurais aucun souci à avoir avec d’autres jeunes de ton âge. Tous sont dans le même cas que toi, certain découvre tout juste leur pouvoir, d’autres sont là depuis des années et apprenne encore à contrôler leur don. Si tu désires rester seule, ton choix sera respecté, et en cas de problème tu pourras compter moi ou d’autres adultes présents au Centre. Tu risques d’être étonné par l’organisation au sein du Centre, la sécurité est assez élevée, à la fois pour éviter que fuite le secret de notre existence, mais également pour éviter tout débordement comme cela peut être le cas ici. Soit assurer que personne ne cherchera à te faire du mal là-bas. »

Il se redressa un peu passant la main dans sa barbe avant de reprendre.

« Et si tu t’inquiètes pour l’après, si tu souhaites aller à l’université… Le Centre encourage les jeunes à continuer leurs études, ayant moi-même suivi une formation interne au Centre après avoir validé ma maitrise, je ne sais pas vraiment comment ça se passe, mais le Centre aide à la réintégration en dehors de l’institut, si cela est son souhait. Mais sache que le cursus de maitrise et long et difficile, il te faudra sans doute plusieurs années avant de parvenir à maîtriser ton don. Mais je t’assure que cela vaut le coup. »

Il préféra la laisser digérer tout ceci avant d’officiellement lui proposer de l’emmener au Centre. Il était patient, c’était surtout là-dessus qu’il se différenciait de ses pairs. S’il ne la ramenait pas aujourd’hui, ce n’était pas grave, il prenait le risque qu’un accident se déclenche certes, mais ainsi il montrait aux jeunes qu’il respecterait leur choix et lui permettait de réellement gagner leur confiance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

darkness is a strength

J'ai actuellement : 19 ans Posts : 301 Un petit secret sur moi : J'aime pas parler de moi. Donc si vous voulez savoir quelque chose, => ma fiche ^^

... Je suis juste un petit peu gourmande


Avatar : Chrissy Costanza
Crédits : Avatar par BesideTheCrocodile
Pseudo : Luny
Sur YAP depuis le : 05/11/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Melody Kaÿriteh
le Sam 12 Nov - 16:41

You want me to trust you ? Then make me.

Melody & William



Tout au long des explications de William, Melody avait senti une émotion l'envahir : l'espoir. C'était tellement incongru qu'elle ne sut pas tout de suite comment l'interpréter. En même temps, la vie qu'il lui proposait semblait idyllique, et elle se demandait avec méfiance où était la contrepartie. C'était quelque chose qu'elle avait dû apprendre rapidement : dans ce monde, rien n'était jamais gratuit ou désintéressé. Encore moins la gentillesse.

Elle refoula donc cette bouffée d'espoir et se força à réfléchir logiquement, avec son cerveau et non son cœur. Elle était certaine que le rôle de William, même s'il ne l'avait pas explicité, était de la ramener dans ce fameux Centre.  Sauf qu'elle ignorait toujours le motif de ce rapatriement. Etait-ce réellement pour sa sécurité, comme il semblait l'affirmer, ou tout simplement pour éviter une quelconque fuite concernant l'existence de gens comme elle. Des… mutants. Elle n'aimait pas vraiment ce terme d'ailleurs. Enfin, qui était-elle pour pouvoir donner son avis sur des choses comme ça? Quoi qu'il en soit, si tout ce qu'il racontait était vrai, alors il ne faisait aucun doute qu'elle apprécierait ce lieu.

Mais, une autre option l'inquiétait profondément. Même s'il avait l'air rassurant, rien ne lui assurait qu'elle serait en sécurité là-bas. Elle savait très bien comment les gens traitaient les personnes différentes. Soit ils les ignoraient complètement, soit ils leur faisaient sentir très clairement que cette personne n'appartenait pas au même monde, ou alors ils essayaient de décortiquer pour comprendre. Elle comprenait tout à fait ce besoin de comprendre puisqu'elle-même était une irrépressible curieuse voulant toujours tout savoir. Cependant, la nature humaine avait tendance à associer "différent" et "dangereux". Et ce qui était "dangereux" finissait généralement par "disparaître" pour ne pas mettre en danger les gens "normaux". Melody estimait que, seize ans, c'était vraiment trop tôt pour disparaître.
Certes, nombreux sont ceux qui estimeraient que Melody était paranoïaque. Mais, avec son histoire, il était normal pour elle de se méfier des occasions presque trop belles pour être vrai.

Elle ne pouvait s'empêcher d'être méfiante et sceptique. D'abord vis-à-vis de l'existence des mutants. Même si, après ce qu'elle avait vu, et ce qu'elle pouvait faire, il était difficile de réfuter leur existence. Et puis, et surtout, par rapport à ce Centre. Elle avait besoin de réponses, et tout de suite.

« Même si un tel Centre existe, qu'est-ce qui me prouve que je serais plus en sécurité là-bas qu'ici? Comment puis-je être sûre que c'est une réelle institution officielle mais néanmoins officieuse? Qu'est-ce qi m'assure que ce n'est pas un centre d'expérimentation? Après tout, ce secret est tellement gros qu'il doit être très difficile à dissimuler. En plus, vous avez mis presque trois semaines avant de me trouver, ce qui est un délai plutôt important. Si quelqu'un de mal intentionné, partons du principe que vous êtes les "gentils" – dit-elle en dessinant les guillemets dans les airs – m'avait trouvé avant vous, j'aurais pu me retrouver dans un tel endroit non? »

Elle s'arrêta un instant pour reprendre son souffle. Sans la menace permanente planant autour d'elle, sa langue s'était déliée et elle commençait à parler sans pouvoir se stopper, ce qui arrivait quand elle réfléchissait. Elle réfléchissait tout le temps à voix haute, et elle ne s'était même pas rendu compte que les mots étaient réellement sortis. Elle arrêta de marcher et se posa en face de William.

« Je sais que vous ne me l'avez pas encore demandé, mais si je ne veux pas vous suivre, vous allez faire quoi? Parce que je suppose que laissez un mutant sans contrôle sur ses pouvoirs, et pouvant donc potentiellement révéler l'existence de ceux-ci aux yeux de tous, ne fait pas parti de vos options. »

Pour la première fois depuis longtemps, elle se tenait droite, les yeux fixés dans ceux de son interlocuteur, une lueur de défi dans le regard. Elle avait assez laissé les autres dicter sa vie, il était temps qu'elle la prenne en main. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle se sentait sûre d'elle et confiante. Elle ne comprit pas que cela avait un rapport avec la nuit tombante, et les ombres envahissant peu à peu la salle, et se contentait d'attendre les réponses.


Couleur de police :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Invité
le Sam 12 Nov - 20:43


You want me to trust you? Then make me
William et Melody

William s’était relevé en même temps qu’elle, et alors qu’elle faisait les cent pas semblant réfléchir à ce qu’il lui avait, il se décala jusqu’à une table présente et s’assit dessus, les bras croisés attendant que la jeune femme reprenne la parole. Il se doutait qu’elle aurait encore beaucoup de questions, mais il ne l’imaginait pas aussi méfiante. Il comprenait cette méfiance, mais parfois il fallait faire acte de foi et croire ce que l’on nous disait. Mais sa vie était sur le point de changer, mais seule sa décision pourrait permettre cela.
Il sourit malgré lui lorsqu’elle émit des doutes sur la véracité de ses dires, il ne s’offusqua pas qu’elle ne le croie pas, après tout elle n’avait que sa parole et elle avait raison de se méfier. Il ne put s’empêcher de grimacer lorsqu’elle parla d’une hypothétique autre organisation qui l’aurait trouvé et utilisé comme cobayes. Il n’avait pas idée à quel point elle était proche de la vérité.

« Il faut bien avouer qu’en général, nous sommes un peu plus rapides que ça, mais ce n’est pas la première fois que je viens ici et tu es particulièrement dur à trouver. » Un sourire amusé s’étira sur ses lèvres. « Mais tu as raison de te méfier, et tu n’es pas loin de la vérité. Je t’ai dit que les mutants étaient connus par plusieurs gouvernements et tu as de la chance de ne pas vivre en Russie ou en Chine. » Il commença à tapoter sur la table à mesure qu’il parlait, il n’arrivait pas trop à rester immobile trop longtemps à cause de son pouvoir et des petits gestes comme celui-là permettait de se concentrer sur autres choses et de faire fi des premiers signes de maux de tête qui arrivaient. « Malheureusement je n’ai que ma parole comme preuve. Je pourrais te proposer de venir avec moi pour voir comment ça se passe là-bas, mais tu me demanderais sans doute qu’est-ce qui te prouverait qu’on te laisserait repartir si tel est ton choix. »

Il se redressa quelque peu et la regarda droit dans les yeux :

« J’ai été dans le même cas que toi, j’avais le même âge que toi quand je suis entré au Centre, j’aurais pu refuser d’y aller et de continuer de vivre la vie que j’avais avant, mais j’avais je n’aurais appris à contrôler mon don et permettre à présent d’aider à mon tour de jeune mutant. Comme tu l’as très bien compris, je suis là en effet pour t’emmener au Centre. Mais tu es tout à fait libre de refuser. Tu veux savoir ce qui t’arrivera si tu refuses… Et bien tu continueras de vivre ici jusqu’à ce que tu sois majeur, tu continueras d’aller au lycée et tu auras même la possibilité d’avoir une bourse pour l’université comme tu le prévoyais déjà. Le Centre veillera sur toi de loin pour s’assurer que tu ne risques pas de dévoiler notre secret ou de faire du mal à d’autres par le biais de ton pouvoir. Il est arrivé que de jeunes mutants ayant fait ce choix n’arrivent pas à se contrôler et commettent l’irréparable. Pour conservait le secret, mais également pour le bien de la vie de ces jeunes, on leur installe un dispositif, le plus souvent un bracelet, qui leur empêcherait de faire appel à leur faculté, ils pourraient ainsi continuer à vivre normalement et le secret serait conservait. » Il jugea utile de dévoiler le moyen qu’avait le Centre pour garder le secret. « Comme tu le disais, il n’est pas facile de garder ce secret, pour cela nous avons l’aide du gouvernement, mais ce n’est pas suffisant. Au Centre il y a des mutants capables d’influer sur l’esprit humain, de diverse façon, mais le résultat est le même, nous arrivons à effacer de l’esprit des gens l’existence des mutants. »

Il s’aperçut qu’il était tard, le soleil avait commencé à décliner à l’extérieur et les ombres à l’intérieur de la salle prenaient de plus en plus l’ascendant. Étrangement cela le fit sourire, lui qui était un être du soleil, qu’il puisse autant aimer les ombres était paradoxal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

darkness is a strength

J'ai actuellement : 19 ans Posts : 301 Un petit secret sur moi : J'aime pas parler de moi. Donc si vous voulez savoir quelque chose, => ma fiche ^^

... Je suis juste un petit peu gourmande


Avatar : Chrissy Costanza
Crédits : Avatar par BesideTheCrocodile
Pseudo : Luny
Sur YAP depuis le : 05/11/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Melody Kaÿriteh
le Lun 14 Nov - 19:12

You want me to trust you ? Then make me.

Melody & William


La première partie de la réponse fit sourire Melody. Un vrai sourire. Certes, timide, mais néanmoins réel. Il était vrai que, lorsqu'elle ne souhaitait pas qu'on la trouve, elle était d'une ingéniosité incroyable. Ça, et le fait qu'instinctivement tous craignaient l'obscurité, car elle empêchait de voir. Mais elle avait réussi à s'en faire une amie au cours de ces années, et à se reposer également sur son ouïe pour compenser le manque de luminosité. Récemment, elle se reposait sur l'ombre elle-même car elle lui apportait autant voire plus d'information que n'importe lequel de ses cinq sens. D'ailleurs, elle se demandait toujours comment il l'avait trouvée, surtout si son don à lui était fait de lumière. Peut-être était-ce pour cela en fin de compte. Après tout, on dit bien que les opposés s'attirent, et quoi de plus diamétralement différent que l'ombre et la lumière?

Cependant, la suite lui fit froncer les sourcils en une expression inquiète. Ainsi, il existait vraiment des personnes qui se servaient d'autre pour des expériences? Mais quel genre de monstre pouvait s'abaisser à de telles extrémités? Elle notifia le cliquetis sourd d'ongle sur le bois. Hyperactivité? Stresse? Appréhension? Rage? Elle ne savait pas et, même si cela l'intriguait, ce n'était pas sa préoccupation principale. Melody ne réagit pas lorsqu'il pointa le fait que, même s'il lui proposait de venir voir, elle ne le croirait pas sur parole, et il avait totalement raison. Elle avait trop longtemps vécu en se méfiant de tout pour accepter sans garanti.

Ce fut lorsqu'il commença à lui parler de la possibilité de refuser que sa curiosité fut piquée. Ainsi, ils étaient prêts à laisser un mutant dans la nature afin de pouvoir vivre sa vie comme il l'entendait? Certes, il y avait un système de protection en quelque sorte, mais Melody trouvait cela tout à fait normal. Après tout, cela avait l'air d'être un sacré secret d'état, et elle comprenait qu'il ne fallait pas que ces jeunes, ou moins jeunes d'ailleurs, elle ne connaissait pas la moyenne d'âge ni l'espérance de survie des mutants, blessent quelqu'un par inadvertance. Une fraction de seconde plus tard, une pensée traversa son esprit, existait-il des mutants se servant de leur don au détriment des autres? Une autre question qui resterait sans réponse, du moins pour l'instant.

Elle s'adossa au mur, plongée dans une réflexion profonde. Bizarrement, le fait qu'ils soient prêts à la laisser continuer de vivre sa vie la rassura, et c'est ce qui la décida. Enfin, ça et la vie que ce Centre laissait espérer. Pouvoir apprendre à contrôler son don, ne plus être la seule à avoir des capacités étranges, la possibilité d'un esprit de camaraderie, la perspective que le harcèlement cesse. Melody s'avoua que c'était la principale raison. Pour la première fois, elle allait pouvoir faire ce qu'elle voulait, déambuler quelque part sans craindre à tout instant de se faire bousculer, ne plus guetter le moindre pied tendu prêt à la faire trébucher.

Ces raisons s'assemblèrent en une seule réponse alors que les ombres, sensibles à son enthousiasme, s'amassaient à ses pieds en un tapis d'un noir abyssale. Une réponse qu'elle offrit à William.

« Ma valise doit être prête pour quand? »



Couleur de police :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Invité
le Mar 15 Nov - 20:04


You want me to trust you? Then make me
William et Melody

Le silence se fit assez rapidement, il pouvait imaginer l’esprit de la jeune fille qui réfléchissait dans tous les sens. Sans doute à se demander si elle devait le croire, s’il était digne de confiance, s’il ne lui avait pas raconté des cracks.
Toujours assis sur la table, William croisa les bras attendant patiemment sa réponse. Il était parvenu après toutes ces semaines à la trouver, à lui parler, c’était déjà un grand pas d’accomplit, il ne s’attendait pas à la ramener au centre le soir même. Il était prêt à lui laisser la semaine pour réfléchir à tout ça, après tout cela faisait beaucoup à encaisser. Mais c’était semble-t-il sans prendre en compte l’impétuosité de la jeunesse. Faisait-elle acte de foi ? Ou bien prenait-elle son courage à deux mais pour affronter le monde au risque de se faire piéger ? Sa réponse fit sourire le mutant. Ce dernier se redressa, quittant la table il s’approcha alors de la porte menant au couloir.

« Quand tu veux, je peux t’emmener au Centre dès ce soir, ou je peux revenir demain ou plus tard dans la semaine, je te laisse le temps de vraiment réfléchir à la question, prend ton temps, ne te précipice pas, ce n'est pas une décision facile. »

Il lui tendit une carte de visite avec son numéro de téléphone dessus et le logo du Centre.

« Appelle-moi quand tu voudras partir, mais si tu souhaites partir dès ce soir je serais en bas à régler quelques affaires avec la responsable de l’Orphelinat. Je pense que j’en aurais pour une heure, si tu veux partir ce soir rejoint moi en bas à ce moment-là. »

Oui il préférait lui laisser le temps de réellement peser le pour et le contre, ce n’était pas une décision qui se prenait rapidement en général. Mais il pouvait comprendre l’impatience de Melody, après tout elle qui ne se plaisait pas ici ne devait rêver que d’un meilleur foyer, un lieu où elle sera à l’abri du regard des autres, où elle ne sera pas un monstre pour eux, où tous seront comme elle.

Un dernier sourire franc en sa direction et il quitta la pièce redescendant tranquillement jusqu’au rez-de-chaussée. Il devait trouver la responsable, pour lui annoncer le départ imminent de la jeune femme et remplir les quelques papiers administratifs nécessaires au « transfert » de Melody.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

darkness is a strength

J'ai actuellement : 19 ans Posts : 301 Un petit secret sur moi : J'aime pas parler de moi. Donc si vous voulez savoir quelque chose, => ma fiche ^^

... Je suis juste un petit peu gourmande


Avatar : Chrissy Costanza
Crédits : Avatar par BesideTheCrocodile
Pseudo : Luny
Sur YAP depuis le : 05/11/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Melody Kaÿriteh
le Dim 20 Nov - 18:31

You want me to trust you ? Then make me.

Melody & William


« Honnêtement, je ne vais pas m'attarder ici, dit-elle en désignant la pièce d'un geste ample du bras. Cette endroit ne m'a rien apporté de bon,  sinon découvrir ma passion pour la musique et les livres. Je passe mes journées à me cacher, à fuir les autres, à sursauter à chaque pas trop près de moi, à craindre à chaque instant de me faire frapper pour quelque raison absurde, ou tout simplement car je suis une cible facile. Alors non, je ne vais pas regretter cette place et je ne vais pas rester là plus longtemps que nécessaire. Donnez-moi une heure, je vous rejoins dans le hall de l'orphelinat. »

Melody sortit à la suite de William et se dirigea vers sa chambre, située au deuxième étage. C'était une chambre tout ce qu'il y avait de plus banale, peu personnalisée, ce qui révélait bien qu'elle ne s'était jamais vraiment intégrée ni considéré ce lieu comme un chez-soi. Elle tira de sous son lit la valise poussiéreuse qui y dormait. Même si elle ne l'avait jamais utilisée, elle l'avait gardée précieusement dans l'espoir de s'en servir un jour et de mettre les voiles, et ce jour était venu. Elle commença donc à ramasser ses maigres possessions. Les quelques vêtements intacts ayant survécu à la mesquinerie de ses camarades d'orphelinat, ses affaires de cours, même si elle ne savait ceux qu'elle suivrait au Centre, en faisant attention à ne pas égarer des feuilles. Elle rangea avec émotion le vieil ours en peluche qui la suivait depuis sa plus tendre enfance. Certes, Melody n'en avait plus besoin pour dormir, mais étrangement cela la rassurait de l'avoir à proximité. Son poil était devenu rugueux d'avoir été trop serré dans les bras et le bleu de son écharpe – oui, elle avait un ours en peluche bleu et non rose, et alors? – était délavé voir tâché. Finalement, elle ouvrit le cadenas de son armoire et en sortit ce qu'elle possédait de plus précieux, du moins à ses yeux : ses carnets. Certains étaient remplis d'écritures, d'histoires courtes  qu'elle écrivait au gré de ses humeurs, d'autres étaient griffonnés de notes de musique, donnant naissance à des mélodies inédites qu'elle fredonnait régulièrement, seule, grâce à son oreille absolue. Finalement, elle enfila sa veste imprimé camouflage, vérifia que son vieil MP4 était toujours dans sa poche ainsi que ses écouteurs et entreprit de descendre les deux étages avec sa valise.

Lorsqu'elle arriva dans le hall, prête à partir, elle s'attira les regards de ceux qui y étaient, d'autant plus que les sorties autorisaient étaient rare. Quant à celles nécessitant une valise entière, n'en parlons pas. Alors la plupart se demandaient s'il y avait un rapport avec l'homme qui venait pour la troisième fois et qui fouinait partout en cherchant Melody. Cette dernière ne chercha pas à croiser leur regard et entendait bien tracer sa route jusqu'à William sans encombre, mais c'était sans compter sur Octavian. Il avait eu l'habitude de chercher Melody pour le fun, et il n'était pas question pour lui de la laisser filer aussi facilement.

«Ben alors Mel', tu t'en vas comme ça sans dire au revoir à personne? T'as bien un petit cadeau d'adieu pas vrai? »

La main grande ouverte était une requête non dissimulée, et Melody fut tentée de céder. Sauf qu'à présent, elle avait quelque chose en plus, et la possibilité de trouver enfin sa place. Alors elle refusa de plier une nouvelle fois. Au lieu de cela, elle releva la tête et plongea ses iris bruns d'ordinaire éteints mais à présent remplis de défi.

« Non. »

« Comment ça, non ? »

Il avait légèrement reculé, surpris par l’animosité dont la douce, effacée Melody faisant preuve à l’instant même. D’ailleurs, elle ne répondit pas et se contenta de le contourner pour rejoindre le recruteur. Un dernier regard sur la pièce, sur les petits se faisant tyranniser par les grands, et elle se dit que, décidément, plus rien ne la rattachait ici. Elle se retourna enfin vers William.

« Je suis prête. »

Fin



PS:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Message Re: You want me to trust you? Then make me. (Melody & William) posté par Contenu sponsorisé
le

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Jesus je suis pas sur que jte trust sur celle la...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are Powerful :: Expéditions :: Back in Time-