AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
RAGUS | You got nothing to prove

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Mar 31 Mai - 0:44



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
Angus n’est pas au Centre depuis très longtemps, et il se remet juste des effets secondaires de son don. Don qui n’en a fait qu’à sa tête depuis son apparition et qui l’a épuisé de manière assez importante. Cela fait un petit moment qu’il est arrivé au Centre déjà, et il s’y adapte assez bien, même s’il n’arrive pas à admettre que la Nouvelle Zélande lui manque. Bien que peu naïf, le jeune homme est assez étonné de voir d’autres jeunes de son âge et ayant la même particularité puisse mal le vivre au point de rendre le travail des employés difficile. Il s’avoue que certes, ce n’est pas le rêve, et qu’ils sont plus ou moins obligés d’aller au Centre, mais il relativise en se disant qu’ils sont quand même vachement bien nourris et logés. Alors que beaucoup d’américains s’endettent pour pouvoir se soigner, les mutants n’ont qu’à demander pour être soigné et tout leur est servi sur un plateau d’argent. La seule chose qu’on leur demande en retour, c’est de garder leur nature secrète et d’apprendre à maitriser leur don, c’est peu cher payer. Au lieu de ça, ils auraient pu finir dans un – véritable – laboratoire où on les aurait laissés crever comme des chiens une fois les résultats souhaités obtenus. Tout ça pour dire que le jeune homme se sentait infiniment chanceux et un peu reconnaissant aussi, pas seulement pour l’avoir aidé à soigner son don, mais aussi à quitter cet enfer familial en quelque sorte.

Alors quand il voit un autre mutant s’en prendre à un employé sans raison apparente, ou de manière très peu justifiable, Angus ne le supporte pas. Surtout quand la personne fait usage de son don. En l’occurrence, il s’agit d’une jeune femme ayant un don psychique, lequel, il ne sait pas vraiment. Après un petit temps d’observation, il finit par se décider à intervenir. Ni une, ni deux, il se dirige d’un pas décidé vers la brune. Il la pousse un peu sèchement, sans rien dire et profitant du contact physique pour annuler son don. Peu importe ce qu’elle était en train de faire à cette femme, cette dernière n’était plus sous son emprise. Il profite de la très certaine surprise qu’il a provoqué pour aider l’employée à reprendre ses esprits, puis l’encourage à aller s’asseoir un peu plus loin le temps de reprendre ses esprits. Si jusque-là, le néo-zélandais a ignoré la jeune femme, il finit par lui jeter un regard furibond.

— C’est pathétique. Je pense que cette femme n’est pas responsable de ta présence ici, chose qui a l’air de fortement te déplaire. Mais ça n’excuse pas tout.

Plutôt d’ordinaire discret, Angus sait faire preuve d’une présence imposante et totalement écrasante, surtout quand la personne fasse à lui est sous l’emprise de son don. Quand il est là, ou tout du moins quand il utilise l’annulation, c’est comme si la personne en face de lui n’avait jamais été un mutant, comme si cette chose que les mutants ressentaient en eux depuis si longtemps n’avait jamais existé. D’ailleurs, la première fois, les gens pensent souvent qu’Angus supprime leur don définitivement. Ce qui n’aide pas, c’est qu’Angus a le regard rivé sur Raven sans pour autant la regarder dans les yeux. En effet, étant sourd, le jeune homme fixe les lèvres de la jeune femme pour pouvoir lire sur ses lèvres, mais ça, la jeune américaine ne peut pas le savoir.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Mar 31 Mai - 1:16

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
Raven avait très mal vécu le changement de vie. Non seulement elle avait perdu son père, emporté par un cancer alors que la folie avait pris possession de son esprit, mais ensuite sa mère l’avait abandonnée en s’enfonçant dans une dépression ma foi fort désagréable, courant se réfugier chez ses parents lorsque tout s’effondrait autour de nous. Raven était perdue dans un brouillard constant, entre douleur et tristesse, incapable de maîtriser correctement son don alors que tout volait en éclat. Tout ce qui lui passait par la tête était susceptible de prendre vie, sans qu’elle le veuille. Et même parfois elle le souhaitait, mais elle aurait aimé garder ça secret. Elle souhaitait hurler sa rage sur tout le monde, et se défouler. Pourtant la politesse la retenait. La politesse ne retenait pas les illusions pourtant, qui avaient quelque chose d’instinctif, de primitif, et qui ne se faisaient pas prier pour prendre vie. Incapable de tout contrôler autour d’elle, la jeune femme essayait de faire comme si elle maîtrisait, et comme si son don était totalement sous contrôle. Peut-être qu’on lui en voudrait, peut-être qu’on la traiterait de garce, mais elle ne voulait pas de bracelet, elle ne voulait pas finir dans une cage parce qu’elle était incontrôlable. Elle voulait rester libre de ses mouvements. Alors pour ça, il fallait passer pour la pire des salopes. Tant pis, elle n’était de toute façon pas là pour se faire des amis.

Aujourd’hui, c’était une pauvre employée qui n’avait rien demandé à personne qui avait subi les affres de mon don. J’en étais désolée, mais je ne pouvais pas le montrer. Un lion avait surgit de mes pensées, incroyablement réaliste, prenant vie sous les yeux de tout le monde, mais retentissant suite à son rugissement aussi. Je n’avais jamais réussi à créer une illusion si parfaite, si convaincante, et je n’avais absolument aucun contrôle dessus. Les illusions étaient dangereuses dans le sens où même si elles ne provoquaient pas de blessure physique, si l’illusion blessait la personne, il y aurait bien entendu une douleur mentale, une déchirure que la personne ressentirait comme si c’était réel. La peur, aussi, était réelle. Le traumatisme aussi. Parfois même la panique, l’angoisse, la suffocation.

Raven est estomaquée du résultat, alors que le lien manque de se jeter au cou de la jeune femme. Elle veut faire quelque chose pour arrêter ça, crier, menacer le lion, menacer son cerveau d’arrêter de lui jouer des tours. Ce n’était pas grave si son père était mort, elle pourrait le surpasser. Au Centre, elle pourrait tout surpasser, mais pitié, faites que ce lion disparaisse… Et alors, répondant à ses prières mentales, le lion disparaît, tout disparaît, le calme plat se fait dans son esprit, dans sa tête, et elle sent toute sa concentration s’évanouir. Ses dons meurent, d’un coup, comme ça… Elle porta subitement ses mains à son visage, consciente que si toutes ses illusions prenaient fin, celle-ci aussi succombait aux côtés des autres. Quelque chose la pousse sèchement, peut-être après, peut-être avant, elle ne sait, elle ne sait plus, elle cherche juste à faire fonctionner ses pouvoirs, que quelque chose lui réponde, punaise. Le garçon lui jette alors un regard furieux, que Raven ne voit qu’au travers d’un œil. « C’est pathétique. Je pense que cette femme n’est pas responsable de ta présence ici, chose qui a l’air fortement de te déplaire. Mais ça n’excuse pas tout. » Raven ne sait pas comment répondre à ça. Elle se sent vide sans ses pouvoirs, sans son compagnon de toujours, et pourtant, elle se sent bien aussi, parce que quelque chose a arrêté de brûler en elle. C’est comme si un pivert frappait sur votre mur depuis des années, et que soudainement il s’arrêtait. Le manque se fait alors ressentir, mais c’est aussi tellement agréable de ne plus rien entendre.
Juste le silence.
Rien que le silence.

« Qu’est-ce que tu m’as fait ? » Elle chuchote presque. Elle ne connait rien du handicap du garçon en face, peut-être même qu’il n’a pas pu lire sur ses lèvres. Raven manque de tomber alors qu’elle essaye de cacher son œil. Mais le lion est parti. Le lion est parti. Elle sent les larmes lui monter aux yeux, mais elle retient, elle retient, car elle ne veut pas pleurer devant ce gars, ce gars qui la sermonne en plus. Il a un accent d’ailleurs, elle se demande d’où. « C’est facile de juger quand on ne sait pas. » Elle retrouve son mordant, son piquant, son envie de se battre avec tout le monde, la terre entière s’il le faut, car elle se sent seule, terriblement seule. « Arrête de regarder mon visage s’il te plait. » Elle voit son regard bloqué sur ses lèvres – est-ce qu’il a vu son œil et qu’il est mal à l’aise ? Pourquoi est-ce qu’il la fixe comme ça ? Est-ce qu’il sait combien elle est monstrueuse ? Est-ce qu’il a vu cet œil de verre qui fait fuir tout le monde ? Les gens ne savent jamais où regarder. Alors Raven avait tissé l’illusion au fil des années, l’améliorant, devenant pièce parfaite du puzzle de son visage. « Pourquoi tu me regardes comme ça, arrête. » Elle n’aime pas qu’on la fixe, elle n’est pas un monstre, elle n’est pas un phénomène de foire. Elle sait qu’elle ne peut pas cacher la cicatrice qui mange la moitié de son visage, mais au moins cache-t-elle son œil.  


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Mar 31 Mai - 2:10



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
Le néo-zélandais est connu pour son don et la sensation de vide qu’il procure, à se demander s’il est aussi vide que ce qu’il laisse dans les cœurs de ceux dont il annule le pouvoir. Son nom, pas forcément par contre. Après tout, il est un adolescent comme un autre, son don est juste peu commun et assez pratique dans le cas où un mutant péterait une durite, surtout s’il s’agit d’une torche humaine, par exemple.

La colère s’évanouit plus vite qu’elle n’est apparu. Il soupire lentement. Dans tous les cas, Angus ne répond pas à sa première question puisque qu’il ne regardait pas la jeune femme à ce moment-là. Dans un réflexe, le jeune homme rattrape Raven par le bras d’une poigne très peu délicate, non pas désireux de lui faire mal évidemment, mais plutôt dans la rapidité de l’action. Une fois stabilisée sur ses deux pieds, il la lâche. Il lève les yeux au ciel à l’entente de sa réflexion et décide de ne pas y répondre pour ne pas alimenter un débat stérile et sans fin.

Alors qu’elle lui demande de cesser de le regarder, Angus lève les yeux plus haut sur son visage qu’il observe pendant quelques secondes sans sourciller. Notamment son œil de verre dont il est loin de se douter l’existence, même s’il se rend bien compte que quelque chose cloche avec son œil. Il comprend bien que cela la complexe, puisque son visage n’était pas ainsi quand il l’a regardé la première fois. Ce n’est pas pour cela qu’il a envie de l’épargner, il sait que la pitié ne l’amènera nulle part et attiser la pitié des autres n’est certainement pas ce qu’elle désire, au vu du personnage.

— Si tu ne me demandais pas d’arrêter de te fixer, je n’aurais presque pas remarqué ce que tu cherches à cacher, lance-t-il nonchalamment. Et je ne vais pas arrêter de te regarder quand je te parle ; j’appelle ça la politesse.

Tout ça pour ne pas dire qu’il est sourd, au fond, mais dans tous les cas, ça n’est pas faux. Comme elle, il omet ce qui l’arrange. Angus semble se contreficher du visage de la jeune femme, en fait la seule chose qu’il l’emporte, c’est de pouvoir voir ses lèvres bouger et former les mots qui en sortent. Il voit bien qu’elle n’est pas à l’aise – au bord de l’hystérie selon lui, en fait – mais s’il ne le fait pas, il ne lui répondra jamais si jamais elle lui parle. Pourtant, le jeune homme semble comprendre peu à peu le don qu’elle possède et la mesure du problème. Au fond, Angus est gentil, et sans pour autant lui en faire la réflexion, il lui laisse le bénéfice du doute sur ses actions antérieures. Pour autant, il ne lève pas l’annulation de suite, laissant la jeune femme dans cette sensation de vide intérieur.

— Si tu ne maitrises pas ton don, tu ne devrais pas refuser l’aide du Centre. J’dis ça pour toi hein, parce que la seule chose que t’y gagne, surtout si tu ne t’y plais pas, c’est la garantie d’y rester encore plus longtemps.

Angus passe sa main dans ses cheveux en tournant le dos à la jeune femme pour se diriger vers la machine à café non loin dans laquelle il insère un peu de monnaie avant de demander un café noir sans sucre. Le jeune homme arrive à un stade où il ne sait pas trop quoi dire de plus. Souvent, il laisse son charisme faire le reste, être sourd en faisant parti. Quoi qu’il en soit, le jeune homme reste très mystérieux.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Mar 31 Mai - 12:03

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
Sa main se posa sur son bras et elle sursauta, peu habituée au contact humain. Il l’aida pourtant à se stabiliser, pour finir par la lâcher – le contact n’avait duré que quelques secondes. Il leva les yeux au ciel, apparemment agacé, et Raven ne savait pas si elle devait en rire ou en pleurer. Depuis toujours entourée d’une carapace cynique et désagréable, elle avait ce tempérament un peu sauvage qui l’empêchait de nouer des liens indéfectibles de nature positive. Elle attisait plus souvent la haine et la rancœur que l’amour et la générosité : on lui avait souvent dit de se défaire de cette petite arrogance et de cette langue de vipère, mais elle ne voulait changer pour personne, et surtout pas pour ce gamin qui pensait tout savoir mieux que tout le monde. Elle était persuadée que son don avait quelque chose à voir avec la perte de ses pouvoirs (un pouvoir d’annulation, de vol ? elle n’avait pas rencontré beaucoup de mutants au cours de sa vie et son inspiration n’était pas assez développée pour inventer toutes sortes de pouvoirs délirants). « Si tu ne me demandais pas d’arrêter de te fixer, je n’aurais presque pas remarqué ce que tu cherches à cacher. Et je ne vais pas arrêter de te regarder quand je te parle ; ça s’appelle la politesse. – Et si Monsieur je-sais-tout réfléchissait deux secondes, il saurait qu’une moitié de visage arrachée, ça ne passe pas vraiment inaperçue. Et fixer les gens, c’est justement être impoli. » Raven n’aimait pas qu’on lui marche sur les pieds, surtout quand on se prenait pour plus intelligent qu’elle ne l’était. Elle garda une main sur la moitié gauche de son visage, heureuse que la folie de ses illusions se soit évaporée alors même qu’elle ne pouvait plus masquer son handicap.

Il ne la touchait plus, mais elle ne pouvait tout de même pas avoir accès à ses pouvoirs. Pouvait-il le faire de loin ? Apparemment oui puisque le vide intérieur continuait de faire rage. Cela ne la dérangeait pas plus que ça, elle aurait juste aimé avoir quelque chose pour masquer son visage. Au moins gardait-elle son œil fermé. Le Centre avait évoqué la possibilité de la chirurgie esthétique : ils avaient des fonds bien plus élevés que ma famille, et la possibilité de faire disparaître quelques-unes des zébrures barrant son front et sa joue. Elle avait accepté bien entendu, ce serait d’autant moins de concentration à bousiller dans cette fichue illusion, mais l’opération n’aurait lieu que le mois prochain. Ils ne souhaitaient pas faire de plus amples travaux sur son visage tant qu’elle n’aurait pas terminé totalement sa croissance, et elle était encore assez jeune pour que son corps grandisse encore. En bref, elle aurait toujours besoin d’utiliser ses pouvoirs, mais beaucoup moins. Peut-être que cela lui permettrait aussi de se concentrer sur tout le reste qui partait en sucette. « Si tu ne maîtrises pas ton don, tu ne devrais pas refuser l’aide du Centre. J’dis ça pour toi hein, parce que la seule chose que t’y gagnes, surtout si tu ne t’y plais pas, c’est la garantie d’y rester encore plus longtemps. » Ce n’était pas tant une question de ne pas se plaire que de ne pas avoir le choix. Elle n’aimait pas qu’on la force à faire certaines choses. Au contraire, elle était heureuse de ne plus se coltiner sa mère dépressive et complètement hors de la réalité et ses grands-parents qui ne supportaient pas plus les mutants que leur fille. Elle n’était pas mécontente d’avoir des soins prodigués par le Centre et des professeurs à son écoute. Simplement révéler qu’elle ne contrôlait plus rien lui semblait inconcevable. Elle n’avait jamais vécu d’échec, elle avait toujours été la petite fille modèle qui arrivait à tout faire en un claquement de doigt. Avouer cette perte de contrôle lui valait aussi quelques séances en plus chez la psy, qu’elle supportait de moins en moins à mesure que les séances passaient.

Le jeune homme passa une main dans ses cheveux et tourna les talons pour aller chercher un café dans la machine. Raven était un être sociable malgré sa tendance solitaire et Angus avait au moins eu la patience de rester discuter avec elle. D’autant plus que rester à ses côtés lui permettait de faire taire son don encore un peu. Elle devait rester avec lui. Est-ce que les cauchemars cesseraient si elle dormait près de lui ? Tout dépendant de comment fonctionnait son don. Après qu’il ait pris un café, Raven se commanda un chocolat chaud. Elle avait horreur du café à son grand désarroi, car on lui prêtait certains bienfaits intéressants, comme le fait de rester éveillé. « Je ne sais pas pour qui tu me prends, mais je ne refuse pas l’aide du Centre. Certaines personnes ont juste plus de mal que d’autres avec l’autorité, les ordres constants. Si la plupart des employés du Centre sont des gars géniaux, y’en a une partie qui veut nous voir en cage, ne l’oublie pas. Comment ça marche ton don ? C’est toi qui a stoppé mes pouvoirs, n’est-ce pas ? » Elle avait d'autres questions à lui poser, notamment sur l'accent qu'il avait qu'elle ne reconnaissait pas, piquée dans sa curiosité.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Mar 31 Mai - 13:08



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Et si Monsieur je-sais-tout réfléchissait deux secondes, il saurait qu’une moitié de visage arrachée, ça ne passe pas vraiment inaperçue. Et fixer les gens, c’est justement être impoli.
— Désolé si je me focalise sur d’autres choses que tes complexes,
lâche-t-il telle une bombe. Fixer les gens quand tu leur parles pas, ça je suis d’accord, mais quand tu leur parles c’est la moindre des choses.

Il fait une pause, puis le nez dans son café, dit :

— C’est même pas si terrible que ça.

Il se racle un peu la gorge, surtout quand il est honnête et qu’il se rend compte qu’il vient de dire ouvertement qu’il la trouve jolie. Même s’il veut bien s’admettre que ce n’est pas ce qu’il y a de plus gracieux, il se dit aussi que ça lui donne un certain charme. Il se demande ce qu’il lui est arrivé pour avoir la moitié de son visage dans un tel état.
Angus boit une gorgée de café et reste silencieux un long moment, les sourcils froncés. Lui non plus n’aime pas se laisser marcher sur les pieds. Puis il fait claquer sa langue, un peu agacé par la réponse de la jeune femme.

— Je ne sais pas pour qui tu me prends, mais je ne refuse pas l’aide du Centre. Certaines personnes ont juste plus de mal que d’autres avec l’autorité, les ordres constants. Si la plupart des employés du Centre sont des gars géniaux, y’en a une partie qui veut nous voir en cage, ne l’oublie pas. Comment ça marche ton don ? C’est toi qui a stoppé mes pouvoirs, n’est-ce pas ?
— Pour moi ça revient au même. Si tu n’es pas capable d’accepter l’autorité du Centre, surtout par fierté, c’est comme si tu refusais son aide, et donc forcément, tu ne peux pas maîtriser ton don. C’est pas comme si j’avais envie de te blâmer, c’est juste la réalité. Et personnellement, je n’ai jamais eu de problème avec des employés du Centre.


Il hausse les épaules, prend appui contre la machine à café, s’obstine à fixer les lèvres de Raven. Quoi qu’il regarde le sol pendant quelques secondes, distrait dans ses pensées, puis la regarde dans les yeux tout en parlant :

— Oui c’est moi.

Angus ne s’attarde pas trop sur le fonctionnement réel de son don, car il ne trouve pas ça très intéressant.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Mer 1 Juin - 22:46

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
« Désolé si je me focalise sur d’autres choses que tes complexes. » Bonjour Raven, prends ça dans tes dents. Blessée dans son petit orgueil, la jeune femme se dit qu’il ne vaut pas mieux insister, qu’il n’en vaut pas la peine. Il se croit plus doué que tout le monde ? Plus intelligent ? Raven aurait aimé lui laisser le bénéfice du doute et passer sur ses propos blessants, mais là elle n’en a plus du tout envie. « Fixer les gens quand tu leur parles pas, je suis d’accord, mais quand tu leur parles c’est la moindre des choses. – T’inquiète pas, tu n’auras plus à me fixer. » Pourtant elle ne peut s’empêcher de rougir quand il lui indique qu’elle n’est pas trop laide avec la moitié de son visage bouffé. Elle ne sait pas trop comment le prendre, se sent un peu bête, mais elle se sent souvent bête, alors ça ne change pas de d’habitude. Lui aussi a l’air de se sentir bête remarque alors elle se réconforte avec ça. Il plonge son regard dans son café, restant plus silencieux qu’elle ne l’aurait voulu. Elle n’aime pas qu’on lui rentre dedans, mais rares sont les personnes honnêtes et qui osent, alors elle avait plutôt appris à les chérir plutôt qu’à les repousser. Oui, qui aime bien châtie bien, c’était un peu son credo.

« Pour moi, ça revient au même. Si tu n’es pas capable d’accepter l’autorité du Centre, surtout par fierté, c’est comme si tu refusais son aide, et donc forcément, tu ne peux pas maîtriser ton don. Ce n’est pas comme si j’avais envie de te blâmer, c’est juste la réalité. Et personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes avec des employés du Centre. – Tu n’as pas envie de me blâmer pourtant c’est ce que tu fais depuis le début. C’est bien si tu n’as de soucis avec personne. C’est bien si tu acceptes tout ce qui t’arrives avec humilité et déférence. Bravo. » Elle manque même de l’applaudir mais elle se contente simplement de hocher la tête, presque sincère même si une pointe de sarcasme entre en ligne de mire. « Et du coup, quelle est la finalité de ces propos ? Que je suis un monstre sans cœur qui dérange tout le monde ? Que je devrais être meilleure et prendre exemple sur toi ? » Raven est presque honnête quand elle pose la question. Elle ne comprend pas ce qu’il cherche à faire ? A la faire culpabiliser et avoir des remords ? Dommage pour lui, ce n’était pas vraiment son genre. A lui ravaler sa fierté ? A nouveau, bien pour lui, mais elle l’aurait certainement oublié dans les jours qui suivraient. Par contre, même si elle ne le trouvait pas forcément des plus agréables, son pouvoir avec quelqu’un d’intriguant et d’obsessionnel. Il ne semblait pas vouloir lui en dire plus sur comment fonctionnait son don ; tant pis pour lui, il se coltinerait la jeune femme jusqu’à ce qu’elle perce le mystère. S’il y avait une seule personne qui pouvait arrêter les cauchemars, elle se ferait une joie de lui coller aux baskets pour profiter de son don.

Elle le voit qui hésite à regarder son visage, effleurant ses lèvres, ses joues, ses yeux, papillonnant sans jamais s’arrêter. Est-ce qu’il est mal à l’aise à cause de ses cicatrices ? Ca n’a pas l’air d’être ça. Elle hésite à montrer son œil de verre, ou à simplement fermer la paupière, mais elle préfère encore garder une main sur son visage. Ok elle avait des complexes, et qu’il aille se faire foutre si ça le dérangeait. Pas tout le monde ne pouvait être Superman.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Jeu 2 Juin - 0:35



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
— T’inquiète pas, tu n’auras plus à me fixer.

Sans trop savoir pourquoi, Angus se met à rire, mais il est bien le seul à comprendre pourquoi. Il a un rire peu sonore, parce qu’il ne rit pas non plus aux éclats.
Il se dit juste que s’il arrête de la fixer, il va avoir bien des problèmes à avoir une discussion avec elle et cette dernière aura bien du mal à comprendre pourquoi il ne répond pas. Mais d’un côté, il aime cette sensation d’être normal, et il finit par s’identifier à elle par son désir de cacher son visage abîmé. C’est comme lui qui fait en sorte que sa surdité ne passe pas pour un handicap, que cela devienne un mur infranchissable pour pouvoir parler avec d’autres personnes. C’est pour ça qu’il a travaillé si dur, avec sa famille, pour qu’il ait l’air le plus naturel possible quand il parle. Évidemment, c’est difficile qu’il s’en rende compte lui-même, mais le fait que les gens ne le regardent pas trop bizarrement est la preuve que ce travail a porté ses fruits. Il rit aussi car il ne comprend pas trop la réponse de Raven.

— Tu n’as pas envie de me blâmer pourtant c’est ce que tu fais depuis le début. C’est bien si tu n’as de soucis avec personne. C’est bien si tu acceptes tout ce qui t’arrives avec humilité et déférence. Bravo.
— C’est beau le sarcasme,
fait-il les lèvres pincées. Et j’ai pas dit que je ne le faisais pas mais j’ai dit que j’en avais pas forcément envie. C’est différent.

Angus se sent un peu agacé par son comportement et lève une nouvelle fois les yeux au ciel. Pourtant, quand il lui parle, il continue à la regarder dans les yeux, puis à fixer ses lèvres pour pouvoir lire ce qu’elle dit.

— Et du coup, quelle est la finalité de ces propos ? Que je suis un monstre sans cœur qui dérange tout le monde ? Que je devrais être meilleure et prendre exemple sur toi ?
— Pourquoi il faut immédiatement partir dans ce genre d’extrême ?
Angus marque un silence puis reprend. Je suis loin d’être un exemple, encore moins d’être parfait. Si ça te chante, t’es libre d’emmerder qui bon te semble, j’ai envie de dire que si la personne se retrouve pas par terre en tremblant devant moi, c’est pas mon problème.

Le jeune homme vient à nouveau boire une gorgée de café. Il est loin de se prendre pour Superman, loin de là même. Quand il s’agit de cacher son véritable état d’esprit, Angus est tout simplement un as. Si on peut dire assez timidement que c’est un bon point, personne ne se risque à applaudir ce genre d’état d’esprit, simplement parce que ce genre de personnes sont des bombes à retardement.

— Écoute, j’ai pas envie de me battre avec qui que ce soit, donc on va dire qu’on en reste là, tu veux bien ?

Après quoi, il boit la dernière gorgée de son café et se tourne pour jeter son gobelet à la poubelle, en espérant qu’elle ne décide pas de lui parler pendant qu’il a le dos tourné. Il se tourne à nouveau vers elle, presque aussitôt et fixe ses lèvres en attendant de lire sa réponse.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Ven 3 Juin - 9:06

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
Angus se mit à rire, un rire un peu éraillé qu’elle trouva étrange mais pas désagréable à entendre. Elle ne préféra pas lui demander ce qu’elle avait dit de drôle, ses joues se parant d’une légère teinte rosée. Si elle n’aimait pas qu’on l’oublie ou être invisible, la jeune femme avait du mal à traiter avec une attention constante qu’on lui aurait porté, ou à une conversation trop longue. Un peu mal à l’aise, ses premières envies et ses premiers ressentiments commençaient à s’effacer pour simplement laisser une grande peine d’être dans une impasse, constamment depuis le départ de ses parents. « Je suis loin d’être un exemple, encore moins d’être parfait. Si ça te change, t’es libre d’emmerder qui bon te semble, j’ai envie de dire que si la personne se retrouve pas par terre en tremblant devant moi, c’est pas mon problème. – Et du coup on fait comment pour les aides-soignants qui sont incapables de t’apporter de l’aide car ils sont trop flippés par un don que tu ne contrôles pas ? » Elle se mordit violemment la joue, espérant qu’il n’avait pas entendu, pas compris, qu’il ne l’aurait pas écouté ou qu’il foncerait tête baissé dans ses grandes idées utopiques. Elle venait d’avouer sans le vouloir qu’elle ne contrôlait pas son don – et c’était inadmissible.

Ses pensées tournoyèrent un instant sans prendre forme, alors qu'elle se rendait compte de l’abysse qui se dessinait sous ses pieds. Raven avait toujours parfaitement contrôlé son pouvoir, déployant des trésors d’ingéniosité pour en demander toujours plus, toujours plus longtemps à ses pouvoirs. Son père avait été impressionné par sa maîtrise incroyable des illusions – elles étaient moches, certes, on n’y croyait pas, certes, mais aux moins étaient-elles maîtrisées. La fêlure laissée dans son cœur semblait avoir complètement annihilé toutes ses facultés de contrôle et elle se demandait si elle les retrouverait un jour. Elle avait menti au test de la psychologue, persuadée que ses facultés motrices reviendraient, car elle en avait été capable auparavant. Ca devait bien compter pour quelque chose, non ? Complètement terrorisée par l’échec qui n’était pas tolérée sous son toit, Raven se sentit défaillir et elle préféra poser son chocolat sur le comptoir et agripper la table pour ne pas perdre l’équilibre devant l’immensité du travail qu’il restait à accomplir.

« Ecoute, j’ai pas envie de me battre avec qui que ce soit, donc on va dire qu’on en reste là, tu veux bien. – Oui, tu as sans doute raison. Mais tu devrais penser à mettre ton don au profit du Centre, ça pourrait aider pas mal de mutants. » Dont moi. Coucou l'égoïsme que cachait Raven sous une couche d'autres choses. Il se retourna pour jeter son gobelet à la poubelle mais ne partit pas tout de suite, posant à nouveau son regard sur ses lèvres comme s’il y cherchait la réponse à toutes ses questions. C’était certainement un moyen comme un autre de ne pas s’attarder sur ce qu’elle cherchait à cacher. Son pouvoir d’annulation était très intéressant, et certains mutants réputés dangereux pourraient en avoir besoin : juste histoire d’arrêter d’avoir peur quelques minutes, de pouvoir se sentir enfin humain, et pas seulement comme une bombe à retardement que personne ne pourrait arrêter si l’envie les prenait de tout briser.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Ven 3 Juin - 21:57



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
Angus n’entend pas sa réflexion même s’il en perçoit quelques bribes. Il ne fait donc aucune réflexion. Jugeant la jeune femme assez calme, il désactive son don. Il pourrait l’utiliser encore un petit moment, mais il faut qu’il garde un peu son énergie pour plus tard.

— Oui, tu as sans doute raison. Mais tu devrais penser à mettre ton don au profit du Centre, ça pourrait aider pas mal de mutants.
— C’est pas aussi simple que ça. Je ne peux pas aider tout le monde dans la mesure où mon don connait des limites.


Et puis même s’il voulait, il ne pourrait pas dans la mesure où il n’a pas la formation pour utiliser son don sur le terrain. Le jeune néo-zélandais ne peut donc pas mettre son don au service du Centre en toutes circonstances. Mais ça, il se le garde pour lui.

Il hausse les épaules tout d’un coup, ne trouvant rien de plus à ajouter à la conversation. Finalement, il se remet à penser à leur conversation d’un peu plus tôt, notamment en posant à nouveau son regard sur l’œil de Raven à nouveau intact.

— Tout le monde a ses complexes, même moi, je suppose, lance-t-il dans un sourire mystérieux.

Au fond, Angus se retrouve un peu à travers l’illusionniste. Même si leur différence s’exprime à différent niveaux, tous les deux sont confrontés à des gens qui ne sont pas habitués à voir des gens dans leur cas. Souvent ils ne savent pas comment réagir – et ils réagissent mal. Même si Angus s’efforce de ne pas en tenir rigueur, certaines réactions ne sont pas forcément très gratifiantes. A la manière de Raven qui cache son visage abîmé, Angus s’efforce de camoufler sa surdité. Le Centre lui a proposé quelque fois, un implant qui pourrait lui redonner 80% de son audition. Pour le moment, Angus n’a pas accepté, même s’il n’a pas refusé non plus. Il est déjà très rebuté par le prix de l’intervention, qui reviendrait à plus de 20 000€ et puis psychologiquement, il ne se sent pas prêt à entendre davantage de conneries que ce qu’il réussit déjà à percevoir.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Lun 6 Juin - 17:05

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
Soudainement l’attraction disparut. Le soulagement explosa en Raven, qui réactiva aussi rapidement que possible son don, prenant un petit moment pour que l’illusion recouvre lentement son visage, laissant les cicatrices disparaître sous l’influence magique de ses pouvoirs. Elle sentit toute peur s’envoler de ses épaules, comme si tous ses problèmes n’existaient plus alors qu’elle retrouvait son physique normal, qui n’intriguait personne. Elle retira lentement ses doigts de son visage, et prit une profonde inspiration. Les démons s’empareraient rapidement de son esprit, surtout lorsqu’elle fermerait la paupière à nouveau ; elle n’était pas dupe, elle savait bien ce qui se déroulerait lorsque sa concentration s’épuiserait au profit d’un repos bien mérité. Raven ne savait plus trop comment se positionner face au garçon qu’elle avait en face d’elle mais elle savait une chose : ils ne s’entendaient peut-être pas pour le moment, mais un gars avec un tel don ne devait pas filer entre ses doigts. « C’est pas aussi simple que ça. Je ne peux pas aider tout le monde dans la mesure où mon don connait des limites. – Je sais bien, mais certaines personnes n’arrivent pas à contrôler leur don comme elles le voudraient, et fermer les yeux en priant que ça s’arrêtera, ça ne fonctionne pas. Mais je peux comprendre que tu n’en aies pas envie : c’est une grande responsabilité. » Raven venait de trouver toute seule la clef à son problème : fermer les yeux et prier ne changerait rien à sa situation. Il fallait qu’elle reprenne l’ascendant sur ce qui lui servait de don pour éviter de blesser d’autres personnes à l’avenir. Restait plus qu’à mettre cette magnifique résolution en place. « Quand on veut, on peut » lui avait toujours semblé ridicule. Elle avait essayé de son père : on le lui avait arraché. Depuis, elle ne voulait plus rien, et paradoxalement ne pouvait pas plus non plus.

« Tout le monde a ses complexes, même moi je suppose, lança-t-il d’un sourire mystérieux. » Un petit sourire fleurit sur les lèvres de Raven. « Oui, on en a tous. Sauf que certains sont moins visibles que d’autres. Après on trouve toujours des combines… chuchota-t-elle en repensant à son masque fait sur mesure. – Au fait, je m’appelle Raven. Je sais pas si tu as bien envie de me revoir, mais au moins tu pourras m’appeler pas autre chose que « machine ». » Elle était curieuse de connaître le nom du garçon, surtout parce qu’il serait ensuite plus aisé pour elle de le retrouver. Elle n’avait pas envie de se mettre quelqu’un à dos, encore moins lui. Ils s’étaient juste croisés au mauvais endroit, au mauvais moment, ce qui faisait qu’ils étaient partis du mauvais pied. Raven ne le lui concèderait jamais bien sûr, la fierté l’étouffant trop pour le moment, mais peut-être qu’un jour elle le ferait… « On sera certainement amenés à se recroiser bientôt, on habite au même endroit. »

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Lun 6 Juin - 18:59



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
Il regarde Raven remettre son illusion en place, un peu contrarié. Cependant, il n’arrête pas de la fixer pour autant, preuve qu’il ne la regardait pas seulement à cause de son visage déformé. Évidemment, elle est encore plus jolie sans ses cicatrices, mais il aime aussi son visage naturel, sans illusions. Le brun ne dit rien ; il ne voudrait pas la mettre mal à l’aise, ni même montrer trop l’intérêt qu’il lui porte. Angus serait déçu si elle s’en allait en courant à cause de ça. De plus, il ne veut pas passer pour un coureur de jupon.

— Je sais bien, mais certaines personnes n’arrivent pas à contrôleur leur don comme elles le voudraient, et fermer les yeux en priant que ça s’arrêtera, ça ne fonctionne pas. Mais je peux comprendre que tu n’en aies pas envie : c’est une grande responsabilité.

Angus secoue la tête brièvement pour lui signifier qu’elle se trompe à son sujet.

— C’est pas tellement une question d’envie, mais si j’utilise trop mon don, c’est moi qui prend. Je pense que personne n’a envie de voir quelqu’un se tuer pour limiter les dégâts d’un don qu’ils ne maîtrisent pas.  Et personnellement, je n’ai pas l’intention de sacrifier ma vie pour des gens que je ne connais pas et qui ne seront même pas reconnaissant.

Angus aimerait pouvoir maintenir son don aussi longtemps que Raven, malheureusement, ce n’est pas possible pour lui, surtout s’il a à faire à des mutants très puissants. Il semble hésiter un peu, joue un peu avec ses doigts avant de relever la tête et dire :

— Si jamais t’as encore des problèmes avec ton don, tu peux m’appeler. Je suis pas prof, mais je peux t’aider.

Il sourit un peu timidement, l’air de rien. Alors que Raven se présente :

— Au fait, je m’appelle Raven. Je sais pas si tu as bien envie de me revoir, mais au moins tu pourras m’appeler par autre chose que « machine ».
— Pourquoi n’aurais-je pas envie de te revoir ?
lâche-t-il en riant. Moi c’est Angus, et je serais vraiment très, très ravi de te revoir, illusion ou pas, d’ailleurs.

Raven fait alors face à un jeune homme beaucoup plus souriant qu’à leur rencontre. Et si cela pourrait contrarier la jeune femme, Angus n’est vraiment pas horrifié à l’idée de voir la moitié du visage abimé de son interlocutrice.

Si Angus trouve ça injuste qu’il connaisse le complexe de Raven, et pas cette dernière, ce n’est pas pour autant qu’il lui en parle. Il préfère voir s’ils vont se rapprocher davantage avant de lui en parler, bien que ça ne soit pas vraiment d’une importance capitale non plus.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Mar 7 Juin - 21:13

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
« C’est pas tellement une question d’envie, mais si j’utilise trop mon don, c’est moi qui prend. Je pense que personne n’a envie de voir quelqu’un se tuer pour limiter les dégâts d’un don qu’ils ne maîtrisent pas. Et personnellement je n’ai pas l’intention de sacrifier ma vie pour des gens que je ne connais pas et qui ne seront même pas reconnaissants. – Tu sais, tu m’as aidée là et pourtant on ne parle pas de sacrifier sa vie ou quoi que ce soit. Je ne te dis pas de changer le quotidien de tout le monde, mais parfois un petit coup de main, ça peut changer la façon de voir les choses. Mais ça ne me regarde pas, après tout. Tu as raison, les gens sont bien trop égoïstes pour leur propre bien. » Elle pouvait comprendre qu’il n’ait pas envie de s’embarrasser de tous les problèmes de tout le monde. Mais elle devait avouer que si elle avait un don qui lui permettait de faire un geste… En fait, elle n’en savait rien. Peut-être qu’elle aurait envie d’être seule dans son coin et de ne rien faire. Il était simple et hypocrite de dire « moi dans cette situation je… » mais alors si on n’imaginait plus aucune situation, c’était aussi la mort cérébrale assurée… Encore un constat qui menait dans une impasse qui menait donc Raven à juste simplement se taire. « Et il se passe quoi quand tu utilises trop ton don ? Migraines ? » Longues avaient été les journées douloureuses où elle se payait les migraines infernales dues à l’utilisation de son don. Les cauchemars étaient aussi la suite logique des inconvénients à l’utiliser quotidiennement. Ce n’était pas non plus le genre de choses qu’elle était prête à partager avec un inconnu. ‘Bonjour, je deviens folle à cause d’utiliser mes pouvoirs et vous ?’.

« Si jamais t’as encore des problèmes avec ton don, tu peux m’appeler. Je ne suis pas prof mais je peux t’aider. » Une teinte rosée s’étala sur ses joues alors qu’elle recevait la proposition d’aide du garçon. « Merci, je n’hésiterai pas. » Enfin, si, elle hésiterait, mais il n’avait pas besoin de le savoir. « Pourquoi n’aurais-je pas envie de te revoir ? Moi c’est Angus, et je serais vraiment très, très ravi de te revoir, illusion ou pas, d’ailleurs. » La couleur rosée vira au rouge rapidement. « Je promets pas que les illusions ne seront plus là. » Le garçon a comme changé d’humeur. Elle voulait lui signaler qu’il n’avait pas mis de gants lors de leur premier échange houleux mais elle ne préféra pas revenir sur un terrain glissant. Il riait, alors il valait mieux rester sur cette note joyeuse. « Tu as un cours bientôt ? On peut aller voir l’océan si tu en as envie, je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller. » Elle avait envie de sentir le goût du sel sur ses lèvres et le vent gifler ses cheveux. Même si Angus ne voulait pas la suivre, elle irait tout de même, coiffée de ses écouteurs et accompagnée d’un bon livre à dévorer. On ne lui avait pas encore attribué de cours ni de professeurs puisqu’elle venait à peine d’arriver.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Jeu 9 Juin - 22:07



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Tu sais, tu m’as aidée là et pourtant on ne parle pas de sacrifier sa vie ou quoi que ce soit. Je ne te dis pas de changer le quotidien de tout le monde, mais parfois un petit coup de main, ça peut changer la façon de voir les choses. Mais ça ne me regarde pas, après tout. Tu as raison, les gens sont bien trop égoïstes pour leur propre bien.
— J’exagère un peu, mais évidemment, ce que je voulais dire c’est que je ne peux pas aider tout le monde, comme tu l’as dit.


Mais d’un autre côté, elle a raison, il n’a pas envie de s’embarrasser des problèmes de tout le monde. Le reste est déjà assez compliqué comme ça. C’est pas facile de vivre pour tout le monde, il ne comprend pas en quoi c’est plus facile pour lui. Peut-être parce que c’est un don qui ne demande pas vraiment un effort surhumain pour apprendre à le maîtriser, parce qu’il n’y a pas de risque qu’il blesse quelqu’un avec. La seule personne qu’il blesse, c’est lui, donc ce n’est pas très grave. Peu importe le don, il y a un prix à payer. Rien n’est acquis, rien n’est donné.

— Entre autres. J’ai vécu pire comme « effet secondaire ». Et toi ?

Il hausse les épaules. C’est du passé tout ça, s’il utilise son don de manière raisonnable, il n’y a plus de raisons que cela lui arrive de nouveau. Ça avait été difficile à vivre, mais il avait survécu.

Spoiler:
 

Ca faisait du bien de faire quelque chose de normal et d’avoir l’air normal, sans avoir besoin constamment de mettre l’autre dans l’embarras. Et il était ravi de se dire qu’il allait juste manger une glace, avec une fille qui essaye tout autant que lui de paraître normale et qu’il avait visiblement mal jugée.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Jeu 9 Juin - 22:44

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
« J’exagère un peu, mais évidemment, ce que je voulais dire c’est que je ne peux pas aider tout le monde, comme tu l’as dit. » Elle hocha lentement la tête, comprenant que son don ne devait pas être agréable à endurer jour après jour. Beaucoup de mutants devaient nécessiter de son aide, tout comme Raven elle-même qui avait eu l’envie égoïste de le coller pour que ses cauchemars s’arrêtent. Elle préférait avoir un don singulier et personnel, comme ça elle n’avait pas besoin d’être face à des cas de conscience comme il pouvait l’être. Elle se sentait toutefois un peu inutile avec son pouvoir à deux balles. Certes, elle pourrait avoir une très bonne place dans un cirque, divertir des enfants – et même des adultes – pendant des heures, créer des films pour vrais que nature… Mais à part ça, elle ne savait pas quoi en faire. Certains devenaient chasseurs de tête pour le Centre, d’autres protecteurs, certains arrivaient à entrer dans les forces de l’ordre car ils avaient des pouvoirs incroyables, utiles. Qu’est-ce que Raven pouvait faire de ses illusions ? Pas grand-chose… Enfin, elle n’avait pas encore trouvé. Peut-être qu’avec quelques années de plus au Centre, elle se serait plus fixée sur ce qu’elle voulait faire de son futur. « Entre autres. J’ai vécu pire comme « effets secondaires ». Et toi ? » Rave baissa les yeux, n’ayant pas spécialement envie de s’étaler là-dessus. Elle ne connaissait pas encore assez Angus pour lui faire part de cette partie d’elle qu’elle haïssait. Et puis il n’avait pas révélé grand-chose lui non plus. Raven était plutôt du genre donnant donnant : tant qu’il resterait muet comme une carpe, elle ne voyait aucune raison d’en dévoiler plus sur elle. « Oui, pareil. » Elle ne développa pas plus – mais elle avait l’impression qu’il ne chercherait de toute façon pas à creuser. Est-ce qu’elle en avait envie ? Elle avait trop de fierté en elle pour avouer la réponse à cette question.

« Non, j’ai plus cours, je viens d’être diplômé. Donc on peut aller voir l’océan si tu veux. On peut même, genre, manger une glace ! » Trop d’informations arrivaient en vague pour Raven. Déjà peu habituée à discuter avec des garçons, elle se sentait complètement fondre fasse à lui. « Tu… tu es diplômé ? Wahou, bravo. C’est pour ça aussi que tu contrôles si bien… » Une petite gêne grandit en elle, comme si elle était moins méritante maintenant. Il était diplômé, et pas elle. Est-ce qu’ils avaient seulement le droit d’aller manger une glace ensemble ? Est-ce que ça n’entrait pas en collision avec ce truc qu’on appelait déontologie ? Est-ce qu’il était censé être un professeur pour elle maintenant ? Complètement glacée à l’idée de la manière dont elle lui a parlé alors qu’il est diplômé… C’était idiot, bien sûr, mais Raven était ainsi faite. Maintenant elle ne pouvait pas retirer sa proposition. « Oui, une glace, ce serait parfait… » Elle lui emboîta le pas pour aller voir l’océan, qui l’avait depuis toujours hypnotisé. Elle pouvait rester des heures face à la mer à juste regarder les va-et-vient des vagues. Peut-être même qu’avec un peu de courage, elle oserait aller se baigner.

« On passe par la cuisine du coup ? » Elle n’était pas certaine d’où il voulait aller chercher la glace, et le malaise était de toute manière bien ancré en elle maintenant. Se tordant les mains en arrivant près de la maison Psy, elle chercha un autre sujet de conversation pour ne pas paraître trop idiote – enfin de toute façon elle était déjà persuadée qu’il était trop tard pour ça. « Et du coup, tu sais ce que tu veux faire ensuite ? Tu vas rester au Centre tu penses ? »


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Jeu 9 Juin - 23:49



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Tu… tu es diplômé ? Wahou, bravo. C’est pour ça aussi que tu contrôles si bien…
— Oui, mais bon, ça fait quand même au moins deux ans que je suis au Centre et j’ai pas le don le plus compliqué à contrôler. J’vais pas dire que c’est pas mérité, mais on va dire que c’était moins compliqué que pour certains… Merci en tout cas.


Il hausse les épaules, sourit un peu. Angus est loin d’être professeur dans tous les cas, et c’est ce qu’il a dit un peu plus tôt à Raven. Il a les capacités d’aider des gens, mais pas de leur apprendre à gérer leur don. Il a bien des conseils, mais ça ne va pas plus loin.

— On va à la cuisine du coup ?

Il acquiesce. Dans tous les cas, Angus semble ravi d’aller se balader avec Raven et de manger une glace. Alors qu’ils se dirigent vers le dortoir des Psy, il marche à côté d’elle, de façon à pouvoir discuter plus facilement pendant le trajet. Et puis Angus finit par se décider à se mettre au même niveau que Raven, même si cela sort de sa bouche comme si c’était la chose la plus normale au monde, mais qui explique pourquoi il tient tant à voir le visage de Raven quand il parle. Il connait son secret, et même si ce n’est pas en secret, il se dit que ça serait juste plus facile pour tous les deux.

— Juste pour ton information, je suis sourd. Et c’est pas pour ça que je suis moins normal que quelqu’un d’autre, déclare-t-il subitement. Comme toi et ton œil.

Et puis il se met à rire. Il préfère dédramatiser plutôt que faire de sa surdité un véritable complexe et handicap. Il est tout à fait capable de prouver au monde qu’il vaut quelque chose, même sans sa capacité à entendre. Angus se surprend à penser que ça lui ferait plaisir que Raven arrive à en faire de même. Comme on dit : « Il vaut mieux en rire qu’en pleurer ». Puis il poursuit, après un petit silence :

— A nous deux, on a quand même deux oreilles et trois yeux, on devrait s’en sortir.

Après un moment, Raven bascule sur un autre sujet :

— Et du coup, tu sais ce que tu veux faire ensuite ? Tu vas rester au Centre tu penses ?
— J’y réfléchis, mais je sais pas trop. Je pourrais entamer une formation pour faire partie du Squad ou aller à l’université, mais mon don ne serait pas vraiment utile. Du coup, je ne sais pas combien de temps je vais rester au Centre encore. Tu voudrais que je reste ?


Il le fait exprès, d’ailleurs, son air malicieux le trahit totalement mais il n’en a rien à faire. Ca l’amuse, et en espérant que son acolyte se déride un peu, il a l’impression qu’il l’intimide et ce n’est pas ce qu’il veut. Ils arrivent alors devant le dortoir des Psy.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Sam 11 Juin - 19:37

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
« Oui, mais bon, ça fait quand même au moins deux ans que je suis au Centre, et j’ai pas le don le plus compliqué à contrôler. J’vais pas dire que ce n’est pas mérité, mais on va dire que c’était moins compliqué que pour certains… Merci en tout cas. – Non mais même, c’est bien. J’ai hâte d’être à ce moment-là. Tu dois être fier. » Elle ne ressentait pas vraiment d’envie, ce défaut qu’il l’avait longtemps poursuivie lorsqu’elle voulait une vie plus ‘normale’ ; juste une certaine stupeur et aussi de la fierté pour lui. Contrôler son don, c’était un certain but ; celui de toute une vie pour certains. Il n’avait peut-être pas un don ‘compliqué’… Ca restait un don tout de même et personne ne pouvait comprendre ce que les autres comprenaient. Angus accepta pour aller à la cuisine, et ils se dirigèrent lentement vers le dortoir des Psy. Raven ne sut pas trop quoi dire, jusqu’à ce qu’Angus se mette au à son niveau. Elle s’arrêta un instant, surprise de la tournure des évènements. « Juste pour information, je suis sourd. » Ah, ok. L’apprentie mutante se sentit un peu bête de ne pas l’avoir vu avant… Elle n’était plus certaine de savoir comment se comporter avec lui maintenant – même si la raison lui dicter d’agir normalement tout simplement, elle savait ce que c’était d’avoir un handicap. Elle-même ne voyait rien de l’œil gauche, donc elle ne pouvait rien dire… Elle s’était habituée à force d’avoir son champ de vision réduit… Il s’était certainement aussi habitué à être sourd. « Et c’est pas pour ça que je suis moins normal que quelqu’un d’autre. Comme toi et ton œil. » Le poil de Raven se hérissa subitement – putain. Il avait vu, alors ? Il avait vu l’horreur qui lui servit d’œil ? Rougissant violemment, elle baissa la tête et acquiesça lentement, perdant toute envie de lui poser des questions – de toute façon, elle n’était pas certaine qu’il était bien correct de poser des questions. Il se mit à rire mais ça ne permit pas du tout à Raven de déstresser. En plus d’être diplômé, il avait vu l’abomination de son visage. Génial. Il s’agissait vraiment de la seule chose (avec ses cauchemars) qu’elle ne souhaitait révéler à personne. Strictement personne. Et Angus était quelqu’un…

« A nous deux on a quand même deux oreilles et trois yeux, on devrait s’en sortir. » Elle ne put s’empêcher d’éclater de rire à cette idée, mais si son malaise persistait. Ouais, ça devrait aller. Et puis elle savait qu’avec les prochains progrès technologiques, il lui serait bientôt possible d’avoir un magnifique œil bionique. Mais elle avait peur du coût de tout ça. Autant de la bourse que psychologique.

« J’y réfléchis, mais je sais pas trop. Je pourrais entamer une formation pour faire partie du Squad, ou aller à l’université, mais mon don ne serait pas vraiment utile. Du coup, je ne sais pas combien de temps je vais rester au Centre encore. Tu voudrais que je reste ? » Le cœur de la jeune femme se glace encore plus, ne comprenant pas ce qu’il attendait d’elle. Certains appelleraient ça du flirt – mais Raven n’avait jamais vraiment bien compris les normes sociales, ou même quelles réponses on attendait d’elle. Encore déstabilisé à l’idée qu’il ait vu son visage (oui elle avait encore l’espoir que ses mains aient caché le massacre). « C’est une bonne idée le Squad… Tu pourrais toujours prendre des cours en parallèle je pense. » Au moins ici, il était en sécurité. Et son don était vraiment précieux. Mais il ferait bien ce qu’il voudrait : il ne fallait pas qu’il le regrette plus tard. « Mais oui, si tu restais on pourrait continuer à manger des glaces. » Bonjour, heureusement que le ridicule ne tuait pas. Raven se sentait extrêmement inconfortable dans cette situation, ses joues tellement chaudes qu’elle avait appliqué une petite touche d’illusion pour cacher son rougissement grandissant. Ils arrivèrent devant le dortoir des Psy. Raven bifurqua vers un petit coin cuisine aménagé pour les petites faims nocturnes. Il y avait une plus grande cantine dans le grand complexe mais certains mutants préféraient rester dans leur dortoir. « Tu prends quel parfum ? lui demanda-t-elle en piochant un cornet au nougat dans le petit congélateur. »


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Jeu 16 Juin - 22:43



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Non mais même, c’est bien. J’ai hâte d’être à ce moment-là. Tu dois être fier.
— Pas spécialement, fait-il en haussant les épaules.

Il sourit un peu. Angus a très facilement appris à accepter son don, ça n’a jamais été un problème pour lui, d’ailleurs. Mais disons qu’il n’a jamais rien changé à sa vie quotidienne. Certes, il a dû faire des milliers de kilomètres et vivre dans un nouveau pays, mais ça n’a rien changé d’autres. Dit comme ça, ça paraît beaucoup cependant, après avoir dépassé un certain temps d’adaptation, c’est comme s’il avait toujours vécu à New-York. Contrairement à certains mutants, son don n’a pas fait de lui un surhomme. Si un jour il se faisait agresser par un groupe de gens malfaisants, son don ne l’aiderait pas. Là où il est plutôt content, c’est qu’il est protégé de n’importe quel don, ce qui l’effraie plus qu’un groupe de jeunes qui essaye de prouver leur virilité. En vrai, quand il y pense, ce sont surtout les dons comme celui de Raven qui lui font peur, ceux qui peuvent rentrer dans son esprit, y laisser des idées qui ne sont pas propres de lui ou y trouver ses faiblesses pour en jouer. Surtout quand il s’agit de sa mère, dont il ne parle à personne.

— Désolé, c’est un peu soudain, mais si on devient ami, il faut que tu le saches. Je veux pas que tu penses que si je te réponds pas c’est parce que je m’en fiche, mais parce que je n’entends pas. Et que j’aime pas mentir sur ça, même si je m’en amuse.

Même si c’est lui dans un premier temps, qui lui fait croire qu’il est normal, ce n’est pas quelque chose qu’il veut garder secret pour toute la vie. De toute façon, les gens finissent très vite par le découvrir et ça n’apporte rien à part des conflits. C’est comme son œil : éventuellement, il aurait bien fini par le voir, surtout avec le don qu’il a. Mais même s’il ne dit rien à ce sujet, Angus n’irait pas voir quelqu’un pour dire qu’en effet, Raven a un œil de verre et que la moitié de son visage est abimé. Ce n’est pas ce genre de personne qu’il inspire en tout cas. Et comme il l’a dit, ce n’est pas quelque chose qui lui importe beaucoup.

Ceci dit, Angus se rend bien compte que ça la travaille, et ce, même s’il lui a dit qu’il ne trouvait pas ça repoussant comme Raven le croit. Alors qu’ils rentrent dans le bâtiment, lui en premier, tenant la porte à son acolyte, il la regarde, très sérieux. Doucement, il la rassure :

— Je ne dirais rien à propos de ton œil. Aux autres, je veux dire.

Le brun n’aime pas forcément intimider les gens, mais c’est ce qui arrive souvent sans qu’il le veuille. Il faut dire qu’au premier abord, il n’est pas forcément très sympathique. Mais c’est très rare qu’il les mette mal à l’aise pour une autre raison que la découverte de sa surdité. Ou alors elle n’appréciait pas trop qu’il se montre si taquin juste après leur rencontre houleuse. Dans tous les cas, Angus ne comprend pas trop, donc il pense à autre chose.

— C’est une bonne idée le Squad… Tu pourrais toujours prendre des cours en parallèle, je pense.
— Tu crois ?


Angus aimerait bien que ça soit possible, mais il doute fortement que les deux soient compatibles. Le jeune homme pense que la dose de travail serait sûrement trop importante. D’autant plus que le Squad demande un entrainement physique assez rude. Bien que le jeune homme fasse beaucoup d’exercice, il n’est pas sûr d’avoir le niveau nécessaire pour à l’heure actuelle. Qui plus est, sa surdité est vraiment un obstacle, il doit donc réaliser l’opération proposée par le Centre avant de postuler au Squad.

— Tu prends quel parfum ?

Angus n’a pas vraiment d’idée précise de ce qu’il veut, du coup, il se penche au-dessus du congélateur, analyse rapidement le contenu de celui-ci puis se décide finalement pour une glace à l’eau aromatisée à la menthe. Après quoi, ils s’éloignent graduellement du coin cuisine puis du dortoir pour se diriger vers l’océan. Le jeune homme adore l’océan, ça fait partie intégrante de sa vie depuis qu’il est tout petit. Ca lui tarde donc de le revoir.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Ven 17 Juin - 11:55

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
Angus n’était vraiment pas du genre fier. Plutôt humble, Raven appréciait plutôt cette qualité même si elle savait que certains avaient du mal à l’être. Parfois, elle remarquait une fissure dans le jeu des masques des autres ; ils se pensaient humble, faisaient tout pour le sembler, mais au fond d’eux ils n’avaient qu’une envie. Qu’on les félicite, qu’on les vante et qu’on en fait des idéaux. Angus ne semblait pas appartenir à cette catégorie et c’était un plaisir pour Raven de voir que certains mutants restaient modestes malgré les pouvoirs incroyables dont ils étaient dotés. « Désolé si c’est un peu soudain, mais si on devient amis, il faut que tu le saches. Je veux pas que tu penses que si je te réponds pas, c’est parce que je m’en fiche, mais bien parce que je n’entends pas. Et que je n’aime pas mentir sur ça, même si je m’en amuse. » Elle hocha lentement la tête, comprenant totalement ce qu’il voulait dire par là. Raven ne s’amusait pas de son handicap, elle faisait d’ailleurs tout pour le cacher, mais s’il réagissait comme ça, alors tant mieux pour lui. « Non non mais… Je te remercie de ta confiance. Et ça doit pas être facile… Mais tu es né comme ça ? Parce que tu parles super bien quand même. Je n’avais rien remarqué… » Elle se tordit les mains, un peu mal à l’aise de cette conversation, un peu mal à l’aise de ne rien avoir remarqué. Il avait dû faire un travail extraordinaire pour parler de cette manière, presque normalement. Il y avait un petit accent certes, mais elle l’avait surtout mis sur le compte du fait que tous les mutants venaient du monde entier. Elle avait de la chance, elle était américaine, mais il y avait beaucoup de mutants qui venaient d’ailleurs. Peut-être que c’était le cas d’Angus, elle ne lui avait pas encore demandé. Pourtant elle en savait déjà beaucoup sur lui en seulement quelques minutes de discussion… « Je ne dirais rien à propos de ton œil. Aux autres, je veux dire. » Elle lui sourit timidement, ayant perdu toute cette assurance qu’elle avait au début de leur conversation. Raven se sentait toujours beaucoup plus faible en face de ses homologues masculins. Alors qu’elle n’avait aucun problème à s’affirmer face à des filles… Cela venait peut-être de son éducation, ou alors de ses mauvaises aventures, en tout cas elle n’aimait pas se sentir tout le temps mal à l’aise de cette manière face aux garçons, et bientôt hommes. « Merci beaucoup. Je ne dirai rien non plus. » De toute façon elle se voyait mal en parler avec qui que ce soit… ‘Ah au fait tu savais qu’Angus…’, non, vraiment, pas du tout son genre.

« Dans les facultés on peut bien suivre deux cursus en même temps, alors pourquoi pas ici ? Il y a toujours les cours en ligne ou les cours du soir… Ou des profs, peut-être, qui auraient envie de te donner des cours. Après tu peux essayer et arrêter si c'est trop difficile. » Parfois il suffit juste de pousser un peu le destin pour que les choses arrivent. Pas tout le temps, sinon ce serait trop facile, mais il suffisait d’un petit coup de pouce de temps à autre pour que les choses tournent comme on le voulait. « Ca veut dire que tu vas devenir monsieur muscles ? » Elle n’avait pas encore rencontré un membre du Squad, mais elle se doutait bien qu’ils ne rigolaient pas. Il attrapa finalement une glace à l’eau à la menthe, tandis qu’ils s’éloignent lentement de la cuisine pour arriver dehors. Le vent ébouriffa les cheveux de Raven, et ils vinrent se coller dans sa glace. Elle râla, un moment en essayant de se dépêtrer de sa longue chevelure qui se maculait de nougat. Elle attacha ses cheveux rapidement et dégusta sa glace en traînant sur la plage. Il faisait bon malgré un vent chaud plutôt houleux. L’océan l’appelait presque à se baigner. Une idée plutôt taquine naquit dans un petit coin nébuleux de son cerveau. « - Ca te dirait de te baigner ? » Elle n’était pas certaine qu’elle respecterait son ‘non’ s’il n’était pas d’accord. Elle pourrait de toute façon leur faire croire que l'eau était chaude.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Sam 18 Juin - 0:43



❝There's no need to be so damn cruel ; you got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Non non mais… Je te remercie de ta confiance. Et ça ne doit pas être facile… Mais tu es né comme ça ? Parce que tu parles super bien quand même. Je n’avais rien remarqué…
— C’est pas forcément une question de confiance. Enfin, c’est-à-dire que ça me paraît normal que certaines personnes soient au courant. Sinon oui, je suis né comme ça. Et on peut dire que j’assumais pas nécessairement mon handicap au début. Et je ne voulais pas finir muet comme beaucoup de gens dans ma situation, trop embarrassé par le fait d’être incapable de parler convenablement aux yeux des autres. Ca a pas été facile, mais j’y suis arrivé et je suis vraiment très content. Du coup, que les gens ne remarquent rien, c’était le but. Ca me touche assez que tu n’es rien remarqué en fait. Et que tu n’es rien demandé à ce sujet non plus d’ailleurs.

Il fait une pause, puis regarde Raven :

— Je suis plus bavard que toi en fait. Est-ce que je dois m’inquiéter ?

Il se met à rire. Ca l’amuse de se dire qu’il est plus bavard qu’elle en sachant qu’il n’entend pas. Et ce n’est pas un reproche à l’égard de la jeune femme, bien au contraire. Mais il est vrai que le jeune homme n’a pas réellement de complexes non plus, ce qui lui permet de parler assez ouvertement de son handicap.

— Merci beaucoup. Je ne dirai rien non plus.
— De rien et merci du coup. Mais tu sais, c’est pas forcément un secret, du coup t’es pas forcément obligée de le garder pour toi. Dans tous les cas je me mettrais pas en colère pour ça.
(Il marque une pause puis demande :) Et du coup, je peux te demander ce qu’il est arrivé à ton visage ?

Angus demande gentiment, il ne force pas son acolyte à en parler. C’est juste de la curiosité, mais il ne s’en formalisera pas si elle ne veut pas en parler. Mais il aimerait en savoir plus sur elle, lui aussi, lui montrer qu’elle l’intéresse un tant soit peu.

— Dans les facultés on peut bien suivre deux cursus en même temps, alors pourquoi pas ici ? Il y a toujours les cours en ligne ou les cours du soir… Ou des profs, peut-être, qui auraient envie de te donner des cours. Après tu peux essayer et arrêter si c’est trop difficile.
— C’est pas faux. Mais c’est aussi vrai qu’avec mon handicap, il faut que je trouve un établissement habilité. C’est pas forcément compliqué, mais bon. Et puis je sais pas trop ce que je ferais à la fac en vrai.


Il reste pensif un petit moment, jusqu’à que Raven prenne la parole à nouveau.

— Ca veut dire que tu vas devenir monsieur muscles ?

Angus éclate de rire. Même s’il prend Raven tout à fait au sérieux, le peu de naïveté sous cette question l’amuse. Mais il ne se moque pas d’elle.

— Je vais prendre du muscle, c’est sûr, de là à être body-buildé, sûrement pas. De toute façon, les filles n’aiment pas forcément les garçons trop musclés, non ?

Il observe son amie râler après la glace, puis décide de la lui prendre pour couper court au massacre, le temps qu’elle s’attache les cheveux. Pendant ce temps, il en profite pour la goûter, sans même demander la permission. Après tout, ce n’est qu’une glace. Son expression faciale exprime très vite qu’elle a bon goût. Une fois ses cheveux attachés, il lui tend à nouveau sa glace.
Bientôt, ils arrivent au bord de l’océan. En faisant attention à ne pas faire tomber sa glace, il commence à enlever ses chaussures et chaussettes. Quand il se redresse, ses yeux se posent de nouveau sur les lèvres de Raven, qui n'ont pas perdu de temps pour se mettre à bouger et former de nouveaux mots :

— Ca te dirait de te baigner ?
— Tu as un maillot au moins ? rétorque-t-il en haussant en sourcils, le sourire aux lèvres. C’est pas que j’ai pas envie, mais bon…


Il jette un œil aux vagues. Elles ne sont pas monstrueuses, mais il y a l’air d’y avoir pas mal de courant. Il allait devoir imposer quelques conditions à la baignade s’ils ne voulaient pas prendre le risque de boire la tasse.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Dim 19 Juin - 12:04

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
Angus lui expliqua son choix par rapport à sa révélation précédente. Pour lui, il était normal que certaines personnes soient au courant. Il était né comme ça, n’assumant pas du tout son handicap au début. Elle pouvait bien entendu le comprendre – elle était elle-même encore au milieu de cette phase. Ce n’était pas simple de se débarrasser de ce genre de choses. Elle avait dix-sept ans, traînait cette infirmité depuis cinq années maintenant, ne réalisant toujours pas ce qui lui était arrivé ce jour-là. Chérissant comme son plus grand secret la cause de cet accident, elle ne l’avait jamais révélé car elle n’avait jamais fait assez confiance à qui que ce soit pour que cette révélation soit pertinente. Elle ne savait pas vraiment quel âge avait Angus, il semblait lui aussi du même âge. Cela faisait, mettons, quinze ans qu’il se traînait ce soucis. Peut-être que dans dix ans, elle aussi aurait le courage de vivre au grand jour. Ou alors elle aurait cédé aux appels incessants de la chirurgie esthétique. « Ca a pas été facile, mais j’y suis arrivé et je suis vraiment très content. Du coup, que les gens ne remarquent rien, c’était le but. Ca me touche assez que tu n’aies rien remarqué en fait. Et que tu n’aies rien demandé à ce sujet non plus d’ailleurs. – Je n’aime pas qu’on me pose des questions là-dessus, alors je me vois mal en poser aux autres. Même si je suis trop curieuse pour mon propre bien, il est vrai. » Elle haussa lentement les épaules, un peu embarrassée face aux compliments du jeune homme. Personnellement touchée par ses propos, lui ne devait pas se rendre compte du poids qu’ils avaient auprès d’elle. N’ayant jamais eu d’amis, perdue dans son monde de livres et de musique, on ne lui avait jamais porté grand intérêt. « Je suis plus bavard que toi en fait. Est-ce que je dois m’inquiéter ? » Elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. Plutôt bavarde et guillerette au quotidien, elle sentait pourtant que quelque chose se tissait entre eux deux, alors qu’elle lui avait livré, sans le vouloir, la cause de son mal-être constant. « Oui, si je ne parle pas c’est que je suis morte... ou malade. » Souvent rabrouée dans son enfance, on l’avait surnommée moulin à paroles à plusieurs reprises. Posant mille questions à la minute, écoutant rarement la réponse lorsqu’elle en recevait une, elle s’était inventé des amis imaginaires avec qui converser car elle sentait bien que ses longues discussions embêtaient souvent. Elle avait appris à se contrôler et à se taire, comprenant qu’il s’agissait d’un trait qui pouvait en agacer plus d’un.

« Et du coup, je peux te demander ce qui est arrivé à ton visage ? » Le ton est gentil, doux, caressant presque, et pourtant elle prend ça comme une gifle, un coup de massue désagréable. Comme quand vous faites une course de vitesse avec votre meilleur ami, et qu’il attrape votre teeshirt pour vous tirer en arrière. Un sentiment de tricherie, de trahison, d’abandon presque. « Dans un accident. » La gorge serrée, elle préféra ne rien dire d’autre pour le moment. Peut-être qu’elle viendrait un jour à se confier sur ce qui était arrivé. Ce n’était ni un tigre, ni un corbeau, encore moins un combat de rue qui lui avait arraché son œil, mais elle savait que si elle mettait des mots dessus, la culpabilité rejaillirait.

« Je vais prendre du muscle, c’est sûr. De là à être body buildé, sûrement pas. De toute façon, les filles n’aiment pas forcément les garçons trop musclés, non ? » Elle fronça le nez, comme elle avait l’habitude de le faire quand quelque chose la répugnait. « Tout à fait. Je ne trouve pas ça beau du tout. Mais chaque fille est différente après. Même si je crois qu’elles n’aiment pas spécialement les crevettes non plus. On est jamais contentes de toute façon, dit-elle en esquissant un sourire. » Certaines personnes se mettaient en couple, persuadées de pouvoir changer la personne avec qui elles s’établissaient. S’il y avait bien une leçon que Raven avait tiré de toute sa vie, c’est que les gens ne changeaient pas. Et personne ne pourrait la lui déloger. Angus lui tint sa glace le temps qu’elle se débatte avec sa chevelure enragée et elle le remercia, lui envoyant un regard noir quand il chipa un bout, avant de sourire timidement.

Arrivant près de la langue de l’océan, le garçon retire ses chaussures et ses chaussettes en terminant sa glace. « Tu as un maillot au moins ? lui rétorqua-t-il. C’est pas que j’ai pas envie, mais bon… » Elle termina rapidement sa glace, retira son teeshirt et son short et attrapa la main d’Angus. Complètement gaga de l’océan et des vagues, elle se moquait bien du temps, de la chaleur, elle aimait juste se sentir transporter par les vagues. Elle aimait aussi contempler les poissons dans l’eau, mais l’eau était trop agitée pour qu’il y en ait aujourd’hui. Toutefois, toujours supplantée par une timidité maladive et un manque de confiance en elle, elle appliqua une petite onde d’illusions sur son corps, pour qu’Angus le perçoive plus selon ses critères de beauté plutôt que selon la réalité. Elle ne pourrait pas le tenir bien longtemps, juste le temps que leurs corps se retrouvent dans l’eau et qu’on ne puisse plus rien voir. Les railleries provenant de la gente masculine l’avaient trop blessées pour qu’elle laisse qui que ce soit voir ce qu’elle était réellement désormais. « Qui a besoin d’un maillot de bain ? On habite à côté. »


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Lun 20 Juin - 15:11

[quote="Angus Blackburn"]


❝You got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Je n’aime pas qu’on me pose des questions là-dessus, alors je me vois mal en poser aux autres. Même si je suis trop curieuse pour mon propre bien, il est vrai.
— La curiosité dans mon cas n’est pas un problème. Au contraire, je suis content que les gens s’intéressent à mon handicap mais il y a certaines personnes qui te prennent pour un assisté, qui pensent que ça te rend incapable de faire quoi que ce soit, je trouve ça moins sympathique. C’est un peu compliqué à expliquer, mais c’est pas pareil.


Il est sûr qu’elle comprend le genre de questions auxquelles il fait référence. En tout cas, ce ne sont pas celle qu’elle pose. Angus n’aime pas que les gens l’aident dans sa vie, car il n’en a pas besoin. Il n’est dépendant de personne sous prétexte d’être sourd. Il n’a jamais voulu concéder que cela ait été un handicap d’une manière ou d’une autre, comme le fait d’être un mutant n’est pas un handicap. Il n’aime pas qu’on l’aide à faire des choses qu’il est parfaitement capable de faire tout seul sous prétexte qu’on qualifie sa différence de handicap. Ca l’agace. Il n’est pas incapable. Il est tout aussi capable que n’importe qui. Et il le prouve tous les jours. Mais la réflexion de Raven l’inquiète un peu. Elle a l’air d’avoir une faible estime d’elle-même en disant ça.

— Oui, si je ne parle pas c’est que je suis morte… ou malade.

Taquin, il feint l’inquiétude, un peu moqueur, un peu sérieux aussi, il dit :

— Je devrais peut-être te porter jusqu’à l’espace médical alors…

Observateur, le jeune homme voit bien le visage de sa nouvelle amie se crisper quand elle lui répond. Il se demande s’il n’a pas fait une erreur en lui demandant. Le brun ne veut pas la mettre dans une position inconfortable.

— Dans un accident.
— D’accord.


Angus décide de ne pas insister, même si son visage affiche un peu sa déception. Il fronce tout à coup les sourcils, conscient que sa déception est trop présente. Mais c’est vrai que du coup, il ne sait pas trop ce qu’il peut demander à Raven et il se voit mal lui demandait quelle est sa couleur préférée, ou son animal représentatif. Des choses trop banales, finalement.

— Tout à fait. Je ne trouve pas ça beau du tout. Mais chaque fille est différente après. Même si je crois qu’elles n’aiment pas spécialement les crevettes non plus. On est jamais contentes de toute façon.
— Pour ma propre survie, je ne vais faire aucun commentaire sur le genre féminin.


Il rit un peu mais pas autant que tout à l’heure, regarde à nouveau l’océan après avoir posé ses chaussures par terre. Il aime l’océan, se souvient de ces étés passés au bord de celui-ci, à batifoler avec sa sœur, à faire des pâtés de sable, à visiter des endroits incroyables de son pays, tout petit pays. Angus n’aime pas seulement l’océan, mais aussi la pluie omniprésente dans son pays. Quand il pense, il ne retrouve pas toute cette beauté aux États-Unis.

— Qui a besoin d’un maillot de bain ? On habite à côté.

Il a à peine le temps de la voir se déshabiller qu’il sent la main de Raven dans la sienne. La surprise lui fait échapper son pouvoir, qu’il contient de nouveau immédiatement après quand il se rend compte que ça lui a échappé. Il serre sa main plus fort aussi, parce qu’il ne veut pas qu’elle la retire à cause de son don qui lui a échappé. Et puis il la regarde dans les yeux, longtemps. Même quand il se rend compte que la succession de surprises l’a fait oublier de respirer. Si elle avait peur de ne pas se sentir assez femme face à Angus, elle n’avait plus de soucis à se faire avec ça. Bon, c’est aussi en partie parce qu’il n’a plus l’habitude qu’on le touche comme ça. En fait, il aimerait bien qu’elle oublie ce qu’il venait de se passer car la dernière chose qu’il désirait était bien de la faire fuir.

— Désolé, ça m’a échappé.

Après quoi, il lâche la main de son amie pour pouvoir se déshabiller à son tour. Puisqu’on était pas si loin du sujet de la crevette, Raven pouvait noter que le jeune homme face à elle n’en était pas une, même s’il restait encore du travail à faire pour être taillé tel un membre du Squad comme il souhaitait le devenir plus tard. Dans tous les cas, Angus n’ose pas lui reprendre la main, même si ce n’est pas l’envie de lui faire qui lui manque. Comme beaucoup trop d’autres choses.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Lun 20 Juin - 17:55

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
« - La curiosité dans mon cas n’est pas un problème. Au contraire, je suis content que les gens s’intéressent à mon handicap mais il y a certaines personnes qui te prennent pour un assisté, qui pensent que ça te rend incapable de faire quoi que ce soit, je trouve ça moins sympathique. C’est un peu compliqué à expliquer, mais ce n’est pas pareil. » Elle hocha la tête, comprenant totalement ce qu’il voulait dire. Elle avait de la chance, elle avait encore un œil pour voir le monde, et à dire vrai, elle ne souvenait plus vraiment de ce que ça faisait de voir avec deux yeux. Elle était bien sûr embêtée pour voir sur la gauche, mais son ouïe s’était développée de manière à pallier à ce souci. Les prothèses optiques n’étaient pas encore assez développées mais Raven ne désespérait pas de voir un jour un œil bionique lui permettre de voir à nouveau. Elle ne se considérait pas elle-même comme handicapée alors qu’elle l’était sûrement. Elle continuait de regarder les autres avec de la peine. Elle ne pouvait s’empêcher d’en ressentir. Oh mon dieu. «  Angus. Tu ne peux pas écouter de musique. » Ce n’était pas une question, mais pas une affirmation non plus. L’horreur de cette situation s’insinua en elle tandis qu’elle faisait attention à ce qu’il puisse lire sur ses lèvres. « Et si on met très fort, tu ne peux pas… sentir les pulsations, tu vois ce que je veux dire ? » Elle ne voulait pas le plaindre. Elle ne devait pas le plaindre, c’était le deal. Il ne connaissait peut-être même pas la douceur ni le goût de la musique. Comment quelque chose que l’on ne connaissait pas pouvait nous manquer ?

« Je devrais peut-être te porter jusqu’à l’espace médical alors. - Bon courage pour me soulever !» Ce fut à ce moment-là qu’elle décida qu’elle aimait bien son humour. Elle rigola à sa blague ; elle aimerait bien voir ça. Elle n’était pas certaine qu’il arriverait à la porter. Il ne demanda rien de plus sur son accident et elle l’en remercia mentalement. Un jour, peut-être. Mais aujourd’hui, elle n’avait pas envie de se replonger dans son passé, de farfouiller dans ses souvenirs emplis de noirceur. « Pour ma propre survie, je ne vais faire aucun commentaire sur le genre féminin. – Sage décision. Je mords. » Elle n’était pas une grande féministe dans l’âme, mais elle était d’accord avec ces idéaux. Elle ne prenait pas la peine de le rabrouer à tout le monde, mais elle faisait attention à s’entourer d’amis qui évitaient au maximum d’être sexistes. Du coup, déjà qu’elle n’en avait pas beaucoup, le choix se trouvait encore plus restreint.

Alors qu’elle glissait ses doigts froids dans la main d’Angus, la surprise libéra le pouvoir du garçon. Heureusement pour elle, cela ne dura qu’une demi-seconde. Le voile d’illusion envolé, les yeux d’Angus s’accrochèrent un instant sur son visage défiguré, mais il n’eut pas le temps de voir qu’elle avait maquillé son corps. Elle sentit le rouge monter aux joues, et alors qu’il serre plus fort encore sa main ne pense pas à appliquer une illusion sur son visage pour cacher sa timidité. Tout un paradoxe. Une jeune femme qui se déshabille sans aucun problème devant un inconnu mais qui ne supporte par le regard insistant de celui-ci. Souvent elle se demandait si ce n’était pas le début de la folie, mais on disait que les fous ne se rendaient pas compte qu’ils étaient fous. Alors elle ne l’était pas, n’est-ce pas ?

Les secondes se suspendent entre eux alors qu’il appuie fortement sur ses doigts et que leur regard s’accroche. Son cœur même semble s’arrêter alors que tout son rideau d’illusions s’est recomposé. Elle sent son pouvoir tiraillé par les difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui. Comme si le masque qu’elle applique tous les jours se fendille lentement d’être trop retiré. « Désolé, ça m’a échappé. – Pas de soucis. Tu as déjà vu à quoi ça ressemblait de toute manière. Ca m’a aussi échappé plus tôt aujourd’hui. » Elle haussa lentement les épaules. Elle avait le sentiment qu’il était en train de fendre sa coquille, avec son pouvoir mystérieux. Il devait être le seul à l’avoir vue ainsi depuis très longtemps. Sans mascarade. Il lâcha subitement sa main et se déshabilla à son tour. Elle se rua dans les vagues de l’océan, laissant la mer lécher ses plaies, tandis qu’elle plongeait la tête la première. Elle chercha Angus du regard, espérant pouvoir l’asperger d’eau, comme une gamine. « Elle est pas chaude, on va avoir la crève ! s’esclaffa-t-elle en faisant attention à ce qu’il puisse voir ses lèvres. »


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Lun 20 Juin - 23:07



❝You got nothing to prove❞
Raven & Angus
— Angus. Tu ne peux pas écouter de musique.

Il hausse un sourcil, ne comprenant pas vraiment où elle voulait en venir au début. Il avait envie de lui répondre que non. Puisqu’il est sourd, c’est un peu normal qu’il ne puisse pas écouter de musique. Il n’a même pas conscience de sa propre voix, ni de celle de Raven, de sa sœur ou de toutes les personnes qui lui sont chères. Et il ne peut même pas dire que ça lui manque, qu’il aime ça, il ne sait pas ce qu’est un son. Même si des fois, il pense qu’il aimerait savoir ce que c’est.

— Et si on met très fort, tu ne peux pas… sentir les pulsations, tu vois ce que je veux dire.
— Je sens très bien les vibrations donc j’ai une perception très différente de la musique par rapport à toi.


Seulement les vibrations sont loin de rendre justice à ce qu’est véritablement la musique. Il sourit un peu. Au mieux, il peut reproduire le rythme d’une chanson en tapant sa main sur son genou, sur un coin de table, mais rien de plus. Ceci le laisse perdu profondément dans ses pensées jusqu’à qu’elle reprenne la parole :

— Bon courage pour me soulever !

Angus lève les yeux au ciel, le sourire aux lèvres :

— Je suis sûr que tu pèses pas si lourd que ça.

Il se dit qu’il vaut mieux attendre qu’ils soient dans l’eau pour la soulever, mais il est sûr qu’il peut la porter sans aucun problème. Mais en vrai, Angus n’a pas trop envie de batailler sur le poids de la jeune femme pour lui, tant que l’on est bien dans son corps, ça ne sert à rien de faire un régime. Et puis il n’aime pas cette mode qu’il y a sur internet et qui consiste à faire culpabiliser certaines femmes de leur corps alors que ce n’est pas une question de poids, mais de morphologie.

— Sage décision. Je mords.
— C’est très effrayant tout ça.


Angus prend ça sur le ton de la rigolade, mais évidemment, il ne va pas rabaisser Raven pour son genre. Ca lui semble impensable, surtout dans la mesure où il a lui-même une sœur et que la dernière chose qu’il lui veut, c’est d’être malheureuse dans sa vie à cause de gens sexistes. D’ailleurs, il est un peu féministe, au fond, d’où ça réelle envie de l’encourager à s’accepter comme elle est.

— Pas de soucis. Tu as déjà vu à quoi ça ressemblait de toute manière. Ca m’a aussi échappe plus tôt aujourd’hui.
— Tu parles de ton visage comme s’il était monstrueux. Je suis pas d’accord, je trouve que ça te donne du charme. Beaucoup trop en fait.


Est-ce qu’il perdait en crédibilité à sortir de telles choses avec une facilité déconcertante, puis se déshabiller en un quart de seconde ? Mais il le pense vraiment, son regard ne peut pas être plus sérieux. Encore une fois, il n’a pas l’air embarrassé de lui dire ouvertement qu’il la trouve jolie, la jeune femme n’a d’ailleurs pas trop intérêt à contredire son jugement personnel, à insinuer qu’il ment, car il a des arguments beaucoup plus convaincants. Ceci dit, sa réponse le ramène un peu à la réalité et le débarrasse de sa gêne.

Une fois qu’il ne lui reste plus que son caleçon, il commence à marcher vers l’océan et à rejoindre Raven. L’océan vient lécher ses orteils. Il met un pied devant l’autre, se reprochant toujours plus de son amie, tandis que les vagues viennent s’écraser contre son corps, le repoussant du côté inverse. Cela ne semble pas le perturber plus que ça, ceci étant dit. A son tour, il plonge et remonte rapidement à la surface histoire d’être mouillé entièrement.

— Elle est pas chaude, on va avoir la crève !
— C’est un peu tard pour y penser,
fait-il un sourire aux lèvres.

Il attrape sa main, sans pour autant la prendre à proprement parler. Timide, il se contente de la tenir. Comme l’eau lui arrive déjà au-dessus des hanches, il fait comme s’il était en train de rien faire. Et puis aussi il veut s’assurer de pouvoir la retenir si jamais ils se font surprendre par une vague.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Invité
le Lun 20 Juin - 23:47

you got nothing to prove

ft. angus


« La volonté est aveugle et la douleur est myope. »
« Je sens très bien les vibrations donc j’ai une perception différente de la musique par rapport à toi. – Oui. Mais c’est quoi, alors, la musique pour toi ? Comment on t’a expliqué ce que c’était ? Tout comme un aveugle ne comprendra jamais ce qu’est le rouge… Comment appréhendes-tu cette notion ? En tout cas tu fais bien de ne pas entendre ma voix, on dirait une chèvre à l’agonie. » Elle détestait entendre sa voix, mais il paraissait que c’était universel. Le pire, c’était sur les enregistrements. L’impression d’avoir été sous hélium la rendait mal à l’aise. « C’est très effrayant tout ça. – Bien sûr que je peux être effrayante ! grimaça-t-elle en essayant de prendre un air féroce. » Autant essayer de faire passer un bisounours pour un démon. Oh, elle aurait pu appliquer quelques illusions dégueulasses sur son visage mais elle sentait déjà qu’elle faiblissait – et si elle voulait pouvoir nager en maintenant son illusion sur son visage, il fallait qu’elle s’économise. « Tu parles de ton visage comme s’il était monstrueux. Je ne suis pas d’accord, je trouve que ça te donne du charme. Beaucoup trop en fait. – Merci d’essayer de regonfler mon ego mais on ne va pas se mentir. On dirait qu’un animal m’a arraché la moitié du visage. Ce n’est pas la peine de dire des choses pareilles. Je le vis bien, tu sais. » Raven passa complètement à côté des compliments amenés par le garçon. De toute façon elle n’avait jamais vraiment bien compris tous ces codes sociaux à propos de la drague. En fait, elle n’arrivait même pas à la deviner lorsqu’elle transparaissait des propos des autres. Elle répondait d’ailleurs souvent à côté de la plaque ce qui donnait l’impression qu’elle n’avait pas d’intérêt réciproque aux gens. Vous savez, quand vous draguez quelqu’un avec insistance et que la personne semble faire exprès de répondre totalement autre chose, vous finissez par perdre patience et arrêter d’essayer. Sauf que voilà, l’illusionniste n’avait jamais appris à repérer les signes avant-coureurs. Enfin, quand elle était trop lourde, elle s’en rendait bien compte oui, mais à la place elle perdait tout son naturel, se mettait à bégayer, regard ses pieds et tordre ses mains comme une enfant. Très peu douée dans l’art de recevoir les compliments, elle préférait amplement les distribuer. La psychologue du Centre lui avait vaguement parlé d’un syndrome de l’imposteur mais l’apprentie mutante en avait marre que l’on mette des noms sur tout et n’importe quoi. Elle se sentait telle quelle, elle ressentait ces choses, pas la peine de lui donner un nom pour qu’elle se sente plus légitime, même si beaucoup de patients fonctionnaient ainsi. Ce n’était pas rassurant de savoir que vos sentiments étaient classés dans la catégorie ‘syndrome’ quoi qu’en pensent les gens.

« C’est un peu tard pour y penser. – Au pire on se tiendra compagnie à l’infirmerie. Ils n’avaient qu’à pas mettre un océan ici s’ils ne voulaient pas qu’on se baigne dedans ! » Elle se roula dans l’eau, enfin dans son élément naturel. Se débarrassant des quelques illusions qui maculaient son corps, elle sentit Angus qui lui attrapait la main, sans pour autant glisser ses doigts entre les siens. Raven avait eu le temps de détacher ses cheveux et elle repoussa quelques mèches qui lui tombaient devant les yeux tandis qu’elle contemplait le corps maculé de tatouages de son comparse. « Je ne savais pas que tu avais des tatouages. Ils sont très jolis. J’aimerais beaucoup m’en faire, moi aussi. Mais je n’ai pas très envie d’utiliser l’argent du Centre pour ça, alors j’attends d’avoir mon propre argent, tu vois ce que je veux dire ? » Comme si sa langue s’était déliée en même temps que l’eau avait léché ses chevilles, elle se sentait complètement libre ici. Elle maintient tout de même une pression accrue sur son visage. Quoi qu’il en dise, elle n’aime pas quand elle est vraiment toute nue. Ce qui était assez ironique à dire puisqu’elle se retrouvait en sous-vêtements dans un océan avec un quasi inconnu. Elle avait eu une connaissance, au lycée, qui lui avait avoué son incompréhension face à la terreur du sous-vêtement. «  Eh bien, oui, tu te mets bien en maillot de bain sur la plage tout l’été et pourtant tu ne crains rien n’est-ce pas ? Alors pourquoi as-tu peur de te montrer en sous-vêtements ? Ca cache les mêmes portions de peau. » Depuis elle avait laissé tomber la majorité de ses complexes ainsi que sa pudeur. Il avait totalement raison. Alors qu’une vague plus grande que les autres arrivait à leur rencontre, la jeune fille sauta sur Angus pour le faire couler. Il fallait bien qu’il mouille ses cheveux !


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

YOUR SAFETY IN OUR HANDS

J'ai actuellement : 21 ans Posts : 1273 Un petit secret sur moi : Angus est né avec une surdité profonde, c'est-à-dire qu'il n'a nullement la possibilité d'entendre. Quand les conditions sont réunies, il peut lire sur les lèvres et avoir une conversation (presque) normale avec les gens. Il "parle" le NZSL et l'ASL qu'il a commencé à apprendre quand il est arrivé au Centre (respectivement les langages des signes Néo-Zélandais et américain. * Sa mère est morte quand il avait 16 ans, ça l'a profondément affecté. Vu que sa famille s'est brisée en même temps qu'elle est partie, Angus n'a jamais réussi à faire complètement son deuil. * Il adore voyager. S'il apprécie de visiter les endroits touristiques, Angus préfère davantage les endroits typiques des pays qu'il visite. Il est incroyablement curieux et humaniste, de manière générale, il est très intéressé par ses semblables et aime apprendre à les connaître, partager des choses. * Il aime aussi beaucoup l'astronomie, passion que sa mère lui a légué avant sa mort. Il trouve ça très apaisant. * Depuis peu, il a adopté un Akita qu'il a nommé Vixen.


Avatar : Ash Stymest
Crédits : avatar by SOHA
Pseudo : crowe
Sur YAP depuis le : 28/05/2016

Fiche de don
Description du don :

Voir le profil de l'utilisateur
Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Angus Blackburn
le Mar 21 Juin - 1:05



❝You got nothing to prove❞
Raven & Angus

— Oui. Mais c’est quoi, alors, la musique pour toi ? Comment on t’a expliqué ce que c’était ? Tout comme un aveugle ne comprendra jamais ce qu’est le rouge… Comment appréhendes-tu cette notion ? En tout cas tu fais bien de ne pas entendre ma voix, on dirait une chèvre à l’agonie.
— Tu exagères, je suis sûr que c’est pas vrai. Et sinon, tu l’as dit toi-même : je ne comprends pas ce qu’est la musique. Je n’en connais que la définition du dictionnaire : un ensemble de sons, d’instruments, de voix. Quelque chose qui peut être très beau, mais je ne peux pas comprendre, je ne sais pas ce que c’est…


Il fronce les sourcils, un peu en difficulté alors qu’il essaye d’expliquer à Raven sa perception de la musique. Ce n’est pas quelque chose d’évident, et il a du mal à en saisir l’intérêt.

— Bien sûr que je peux être effrayante !
— A part si tu utilises ton don, j’en doute.


Il se met à rire alors qu’elle grimace. C’est adorable ! Sa réflexion suivante l’est moins, et a le don de l’agacer au plus au point. Mais Angus est du genre têtu, alors il ne veut la laisser dire de telles choses. Son rire a vite fait de s’effacer. Le jeune homme attrape son poignet et la tire vers lui. Geste soudain et pas moins effrayant de la part d’un étranger. Il coince son visage entre ses mains et écrase ses joues. Angus reste totalement sérieux face à sa bouche presque en cul de poule, même s’il meurt d’envie d’éclater de rire. Angus est effrayant, surtout quand il est si près du visage des gens. Et que son interlocuteur est plus petit que lui.

— Merci d’essayer de regonfler mon ego mais on ne va pas se mentir. On dirait qu’un animal m’a arraché la moitié du visage. Ce n’est pas la peine de dire des choses pareilles. Je le vis bien, tu sais.  
— Vu tes propos, j’en doute. C’est pas parce que je te fais un compliment que je flatte ton ego ; évidemment que oui. C’est surtout parce que je le pense. Et si je pense que t’es une imbécile, je le dis aussi, je ne flatte pas ton ego. Donc toi, merci de ne pas dire des choses pareilles, parce que ça fait mal. Ca me donne envie de t’embrasser si seulement ça pouvait te prouver le contraire. Ca t’empêcherait de dire des conneries, aussi.


Et il aurait pu faire comme il a dit et l’embrasser pour l’empêcher de parler. C’est pas l’envie qui lui en manque. Mais au lieu de ça, il reste silencieux pendant un petit moment, où il la fixe intensément de ses yeux verts, puis il la lâche, ces joues et ses lèvres reprenant une allure normale. Pour accompagner ces dires, il laisse son don faire sa vie, ce qui soulage un peu sa concentration. Alors les illusions de Raven s’effacent comme les vagues viennent effacer un pâté de sable. Malheureusement pour elle, la jeune femme sera toujours à sa merci par rapport à son don.

Angus essaye de ne pas rester en colère contre Raven, alors il reste à soupirer dans son coin pendant deux minutes. Est-ce qu’elle pouvait au moins se rendre compte qu’elle ne le laissait pas du tout indifférent ?

— Au pire, on se tiendra compagnie à l’infirmerie. Ils n’avaient qu’à pas mettre un océan ici s’ils ne voulaient pas qu’on se baigne.
— C’est sûr,
lance-t-il en haussant les épaules, toujours touché dans son propre ego.

Il a la mâchoire un peu serrée, démontrant qu’il était surtout vexé plutôt qu’en colère. Il la regarde se rouler dans l’eau puis se détacher les cheveux avant qu’il lui prenne la main. Voilà qu’elle lui fait des compliments. Cela le déride un peu et il regagne un peu de sa bonne humeur.

— Je ne savais pas que tu avais des tatouages. Ils sont très jolis. J’aimerais beaucoup m’en faire, moi aussi. Mais je n’ai pas très envie d’utiliser l’argent du Centre pour ça, alors j’attends d’avoir mon propre argent, tu vois ce que je veux dire ?

A l’entendre, Angus avait l’impression d’être un enfant du Centre et c’était sûrement un peu ça. Il était logé, nourri, soigné et éduqué aux frais du Centre, mais il n’avait jamais utilisé l’argent du Centre pour faire ses tatouages, c’était des cadeaux de sa famille. Le premier, sur son bras, était un cadeau de sa famille pour ses dix-huit ans. Tatouage au style maori, symbole de son pays. Le deuxième était beaucoup plus imposant et situé dans son dos sur le côté gauche, très coloré. Qui ressemble à un dragon.

— Merci. Et oui, je comprends, c’est normal. Le Centre nous paye déjà tout, ça serait abuser de leur gentillesse.


Il sourit. Puis il se fait attaquer par Raven. S’il vacille, il n’oublie pas de l’emporter avec lui durant sa chute. Alors elle se retrouve portée dans les bras, telle une princesse. Sauf qu’il lui met la tête sous l’eau. Puis il la remonte. Il ne veut pas la noyer non plus.

— Saleté.

Il sourit jusqu’aux oreilles, preuve qu’il ne faut pas prendre cette insulte au sérieux.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Message Re: RAGUS | You got nothing to prove posté par Contenu sponsorisé
le

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» No need to argue, prove you love us. (MEMBRES, INVITÉS)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are Powerful :: Votre Personnage :: Créer des liens :: Topics de jeu terminés-